Je sens déjà que ma critique va être loin de faire l'unanimité, mais je n'ai pas aimé ce film.

La jeune Marine Vacth est certes très jolie, elle a une ligne d'interprétation qu'elle tient jusqu'au bout, mais qui me déplait.

Je m'explique : comme souvent dans les films français (oui je suis victime de préjugés mais j'ai dernièrement mis un 8 à un film français, et ne suis pas du genre fermée..), l'actrice principale est un objet de fantasmes sans grande intériorité.
Quoi? Mais comment ça? Attends il a fait plein de gros plans sur ses yeux, si c'est pas de l'intériorité ça?
Non, s'en est pas, ou alors je ne l'ai pas vue.
Je ne m'acharne pas sur la jolie Marine parce qu'il me parait évident que son choix d'interprétation est surtout guidé par celui de son metteur en scène et qu'elle ne me parait pas mauvaise actrice.

Ozon veut ici faire le portrait, soit disant sulfureux, d'une gamine de 17 ans , bourgeoise, qui se prostitue pour le plaisir.
Pour le plaisir? Elle ne m'a pas l'air d'en prendre tant que ça.
Pour l'orgueil de voir un homme payer comptant pour elle? Elle ne m'a pas l'air d'y accorder grande importance non plus.
Pour se réapproprier son corps, qu'elle ne verrait que comme un objet de désir pour les hommes? Mouais, cette ligne là aurait du être plus explorée, étant donné que l'une des seules séquences cinématographique est la première fois de la jeune fille , qui se voit de l'extérieur faire l'amour sans rien ressentir.

Le film m'a été vendu comme sulfureux, je ne l'ai même pas trouvé sensuel. Il ne suffit pas de montrer de la chair et de la baise pour que ça soit érotique, il faut une tension, absente ici.
Glauque? Même pas, elle a plutôt l'air de coucher avec des inconnus comme on irait faire du shopping.

Les seules séquences où la tension est présente sont entre le frère et la sœur, et l'ombre de la main du frère sur le corps de sa sœur, sa présence quasi constante, en font pour moi un personnage plus intéressant qu'Isabelle.
Plus intéressante aussi sa mère, Géraldine Pailhas, pour le coup réellement habitée et perturbée par ce qu'a fait sa fille.

Quant à la réalisation, elle reste d'un classique sans surprise, sans recherche sur l'image, ou le son.

Ce n'est pas mon cinéma, pas ma came, pas ce que je recherche dans une salle obscure. Néanmoins je ne descends pas en dessous de 5 parce que ses fautes à mes yeux ne sont pas si graves et que je suis sûre que le film peut plaire.

Pour moi ça reste pas assez.
EIA
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes La Carte ugc est mon amie ( en 2013) et Oui! Oui! OUI! Ah ben non en fait.

Créée

le 23 août 2013

Critique lue 5.3K fois

113 j'aime

11 commentaires

EIA

Écrit par

Critique lue 5.3K fois

113
11

D'autres avis sur Jeune & Jolie

Jeune & Jolie
EIA
5

Peut mieux faire

Je sens déjà que ma critique va être loin de faire l'unanimité, mais je n'ai pas aimé ce film. La jeune Marine Vacth est certes très jolie, elle a une ligne d'interprétation qu'elle tient jusqu'au...

Par

le 23 août 2013

113 j'aime

11

Jeune & Jolie
Sergent_Pepper
8

"Dans son œil, ciel livide où germe l'ouragan / La douceur qui fascine et le plaisir qui tue."

Après l’été de ses dix-sept ans où Isabelle perd sa virginité sans passion, considérant que « C’est fait », l’automne débouche directement sur une passe. Pas de transition, pas d’explication, pas de...

le 2 févr. 2014

108 j'aime

27

Jeune & Jolie
PatrickBraganti
2

La putain et sa maman

Avec son nouveau film, François Ozon renoue avec sa mauvaise habitude de regarder ses personnages comme un entomologiste avec froideur et distance. On a peine à croire que cette adolescente de 17...

le 23 août 2013

89 j'aime

29

Du même critique

Noé
EIA
6

4,5,6 ? Flou mystique

Au sortir du cinéma, s'il est une chose évidente, c'est que Noé ne laisse pas indifférent. La salle, comble, se déverse sur le trottoir sous les rires moqueurs et les oh! admiratifs, on donne son...

Par

le 13 avr. 2014

80 j'aime

48

Nostalghia
EIA
10

PS : I love you

Tellement de choses à dire de ce film.. D'abord, la honte de n'avoir jamais vu un film de Tarkovski avant ça, celle même de ne jamais en avoir entendu parler avant de passer mon temps sur Sens...

Par

le 25 juil. 2013

63 j'aime

15

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
EIA
10

"Viens au pays des Schtroumpfs, ou tout est merveilleux..."

Aujourd'hui j'ai mis deux dix. Soit quelqu'un a réussi (très discrètement) à m'administrer des petites pilules qui font voir la vie en rose, soit je suis une sacrée veinarde. J'ai toujours cru en ma...

Par

le 2 août 2014

60 j'aime

11