Je ne savais guère à quoi m'attendre en me lançant dans L'Hirondelle d'Or, notamment réputé pour avoir renouvelé et donné un nouveau souffle au genre du Wu Xia Pian, mais force est de constater qu'il provoque bien l'effet voulu, et surprend même, à l'image de sa modernité.


Dès les premières secondes l'oeuvre intrigue, notamment par la façon dont King Hu capte les paysages et place une atmosphère plutôt ambiguë. Peu à peu, l'histoire passe au second plan, elle ne devient guère intéressante (et elle ne s'avère pas forcément très bien écrite), c'est dans les personnages, les chorégraphies et la mise en scène que Da zui xia trouve son salut, cette façon dont le réalisateur capte son héroïne et arrive à faire ressortir une véritable beauté formelle de son oeuvre.


Alors oui, comme dit plus haut c'est loin d'être parfait, l'histoire déçoit et est un peu prévisible, c'est parfois un peu n'importe quoi (on met notamment trois plombes à découvrir que le protagoniste est censé se travestir) tandis que le sur-jeu des acteurs devient par moment légèrement irritant, et pourtant...


L'Hirondelle D'or se regarde comme on peut admirer un magnifique tableau, la mise en scène, ainsi que la technique, de King Hu, subliment tout cela et nous en mettent plein la vue, alors que l'héroïne, jouée par Cheng Pei Pei, reste aussi l'un des points forts du film tant elle est aussi jolie que passionnante.


L'aspect fantastique venant prendre place dans ce film de cape et d'épée est aussi assez bien géré, permettant à l'oeuvre de surprendre sans en devenir trop lourde, et j'ai vraiment bien aimé la vision de la Chine médiévale proposée. Les combats sont bien souvent remarquablement chorégraphiés, c'est un vrai régal, à l'image de la séquence dans l'auberge, et c'est aussi dans les moments précédents les combats, la tension lorsque le calme précède la tempête, que L'Hirondelle D'or est particulièrement réussi.


Si on peut reprocher à L'Hirondelle d'Or quelques failles dans le scénario, cette oeuvre pionnière dans le renouveau du Wu Xia Pian se révèle d'une pure beauté formelle, emmenée par une héroïne particulièrement passionnante dans le passionnant contexte de la Chine médiévale.


En tension avec sa société de production Shaw Brothers, notamment sur les méthodes de travail, King Hu quitta vite Hong-Kong pour Taiwan, alors qu'ils sortiront une suite à L'Hirondelle d'Or deux ans plus tard, sans lui.

Docteur_Jivago
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes 亞洲路徑 : Voyage à travers le cinéma asiatique, Plongée dans le cinéma de Hong Kong, Ma Filmothèque et Les meilleurs films de la Shaw Brothers

Créée

le 24 avr. 2017

Critique lue 681 fois

24 j'aime

3 commentaires

Docteur_Jivago

Écrit par

Critique lue 681 fois

24
3

D'autres avis sur L'Hirondelle d'or

L'Hirondelle d'or
Docteur_Jivago
7

Have a Drink on me

Je ne savais guère à quoi m'attendre en me lançant dans L'Hirondelle d'Or, notamment réputé pour avoir renouvelé et donné un nouveau souffle au genre du Wu Xia Pian, mais force est de constater qu'il...

le 24 avr. 2017

24 j'aime

3

L'Hirondelle d'or
abscondita
7

La grâce d'une danseuse

L’Hirondelle d’or est bien connu pour avoir renouvelé le « wu xia pian ». Du point de vue de l’intrigue, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, c’est creux. Pourtant je suis...

le 29 juil. 2022

9 j'aime

7

L'Hirondelle d'or
CeeSnipes
5

Trop désuet et largement dépassé.

Avant de réaliser des films comme Dragon Gate Inn ou A Touch of Zen, King Hu était déjà à la tête de quelques wu xia pian plus ou moins couronnés de succès. Come Drink With Me est son premier...

le 2 sept. 2015

5 j'aime

Du même critique

Gone Girl
Docteur_Jivago
8

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

le 10 oct. 2014

171 j'aime

35

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

le 25 oct. 2014

158 j'aime

43

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

le 19 févr. 2015

152 j'aime

34