Du droit à l'intégritié physique, à l'autodetermination et à bénéficier d'une sexualité complète

Pourtant dépréciée par nombre de pédiatres, urologues, sexologues, voire jugée comme un acte pédocriminel chez des hommes circoncis en état de souffrance et militants « intactivistes », l'ablation d'une partie du pénis lorsqu'elle est imposée aux enfants reste aujourd’hui victime d'un tabou solide, qui permet rarement d'aborder les problèmes de fond non seulement sur le plan déontologique, mais aussi pragmatique, physiologique. Les raisons de cette réserve, de cette prudence collective, peuvent s’expliquer par des considérations souvent implicites : l'acte aborde des sujets qui sont eux-mêmes sociologiquement tabous, comme la sexualité d'une part (la pénétration, la masturbation, la motricité du pénis et du prépuce, la richesse de ses fonctionnalités, etc.) et la religion d'autre part. La circoncision - Une ablation qui pose question met en lumière la face cachée de la pratique, dont voici une première synthèse.

  • La circoncision enlève environ 50% d'une partie sensible du pénis. Le tissu érogène global s'en retrouve donc nettement réduit.
  • 10,9% des enfants et adolescents sont circoncis en Allemagne. Les motifs religieux ne concernent qu'une petite partie d'entre eux. Si on s'en tient aux directives strictement médicales en vigueur, pas plus de 1% des petits garçons ont besoin d'être circoncis.
  • Plus de 500 000 garçons en Allemagne ont été circoncis sans justification médicale.
  • Le taux de circoncision atteint 2 à 20 % en Europe selon les pays. C'est beaucoup plus que ce qui est médicalement indiqué.
  • Au 18ème et 19ème siècle, la circoncision a été pratiquée pour lutter contre la masturbation, considérée comme un péché.
  • Aux USA, le bébé est attaché et ne bénéficie pas d'une anesthésie suffisante pendant l'opération.
  • Une médecin au Kenya, la docteur Jutta Reisinger, opposée à la circoncision, a vu des enfants pleurer et appeler à l'aide. "On entendait des cris depuis la salle d'opération. Un enfant est sorti le pantalon ouvert après sa circoncision. Il pleurait à chaudes larmes tellement il souffrait. Les enfants sont traumatisés."
  • Des enfants du Kenya témoignent des complications et des antidouleurs qu'ils prennent mais qui ne règlent pas le problème. Un des enfants a vu son pénis rentrer dans son abdomen en conséquence de sa circoncision et ne retrouvera plus jamais un pénis fonctionnel.
  • Dans 15 pays d’Afrique, les enfants victimes de complications après leur circoncision n'ont pas de suivi comme dans les pays où les soins médicaux sont moins défaillants.
  • L'ONG « Intact Kenya » sensibilise sur les risques de la circoncision et lutte contre la pratique.
  • En Allemagne, des musulmans, notamment des imams et des juifs manifestent également contre la circoncision, au nom des droits de l'enfant.
  • En Turquie, un homme explique qu'il n'était pas d'accord sur sa circoncision. « Je leur avais dit que je ne veux pas. Leur réponse : si, on va le faire pour toi aussi. J’étais terrifié. Ça a détruit la relation que j'avais avec ma mère ».
  • Depuis les années 70 chez les juifs, une autre cérémonie existe, la « Brit Shalom », (« l’alliance sans souffrance ») où on ne pratique plus la circoncision. Un juif qui a fait le rituel du Brit Shalom témoigne : « le prépuce est la zone la plus érogène du corps de l'homme. » Sa femme : « voir la famille applaudir pendant la circoncision alors que mon enfant souffre, je me suis rapidement dit que ça ne pourrait pas être possible ».
  • Florian, jeune adulte en Allemagne, a porté plainte contre le médecin qui l'a circoncis, alors que ce n'était pas justifié. « J'ai jamais oublié dans quel état j’étais après l'opération. Le membre couvert de sang, boursouflé. Et ça faisait incroyablement mal ». Il a été traumatisé lorsqu'il était dans l'âge de la masturbation, choqué de ne pas pouvoir masturber son gland avec un prépuce.
  • Selon Maximilian Stehr, chirurgien pédiatrique allemand, « il est inconscient de laisser un enfant en bonne santé subir une intervention superflue comme la circoncision. »
  • La circoncision viole le droit de l'enfant à l'intégrité physique et à l'autodétermination.

CIRCONCISION RITUELLE ET POSTHECTOMIE : UN AMALGAME SYSTÉMATIQUE

La circoncision rituelle est un acte religieux, culturel, ancestral, qui est effectué depuis des millénaires, de façon brutale et extrêmement douloureuse souvent chez les nouveau-nés ou les enfants en état de détresse respiratoire, sans environnement médical.

Des enfants après le rituel d'une circoncision :

https://www.zupimages.net/up/22/30/78fk.jpg

La posthectomie est un acte qui doit être justifié par un problème de santé, qui ne peut se résoudre sans chirurgie. En théorie, la pratique de l'ablation partielle ou totale du prépuce se fait alors dans un contexte strictement médical, pour des raisons exclusivement médicales, dans des cas extrêmement rares de phimosis à risque (impossibilité de pouvoir décalotter) et ce, une fois si, et seulement si, des crèmes aux corticoïdes ou des solutions au Dakin (efficaces à plus de 90%) n'ont pas abouti à une guérison. La douleur reste inévitable, mais peut être diminuée, et est encadrée par un protocole clinique.

Toutefois, il faut savoir que le phimosis ne peut éventuellement poser des difficultés qu'à l'âge adulte. Il est physiologiquement normal, naturellement sain et utile que le prépuce soit accolé au gland durant toute la période de l'enfance, sans que ça ne pose la moindre gêne. Le détachement se fait naturellement avec l'âge et la puberté.

Ce manque de précision courant renvoie à un des problèmes sous-jacents qui est parfois occulté : le phénomène de dissimulation de la pratique, pour contourner la réglementation de la sécurité sociale. L'émission « Allô Docteurs » sur France 5 est une des rares à avoir dénoncé la tromperie.

LA FRAUDE AU REGIME D'ASSURANCE MALADIE

Lorsque l’ablation n’est pas effectuée pour des motifs médicaux, la loi stipule qu'elle ne peut être remboursée par le régime d’assurance maladie (c'est le cas, entre autre, au Canada). Il se pratique alors un maquillage, une escroquerie coutumière. On fait passer la circoncision (religieuse, rituelle) pour une posthectomie (chirurgie justifiée par une nécessité vitale), afin de pouvoir être remboursé.

Pourquoi ce contournement est-il accepté ? La raison principale est historique. Il existe bien une interdiction de la cour européenne contre l'atteinte à l'intégrité physique. Cependant, anciennement, après la seconde guerre mondiale, le droit à la circoncision dans la déclaration universelle des droits de l'homme a été plus ou moins « toléré ». René Cassin, acteur majeur de ces travaux (prix Nobel de la paix en 1968) était de confession juive. Cette déclaration était, dans son contexte historique, une position contre l'atrocité que fut l’holocauste, condamnant les agissements d'Hitler. Il était donc délicat d’inclure encore la communauté juive et ses pratiques religieuses dans un texte alors que ce peuple venait déjà de subir une des pires abominations de notre histoire contemporaine. Aujourd’hui, l'acte est interdit sans justifications cliniques, de la même manière qu'on n'opérerait ni un rein ni un doigt sans aucune raison de santé. Mais la chose reste théorique. La liberté religieuse fait contrepoids au code de déontologie médicale. Un lobbying idéologique, religieux et dogmatique persiste, même si celui-ci a subi cette dernière décennie beaucoup de travers, notamment depuis que le Tribunal de grande instance de Cologne a statué que la circoncision d'un enfant pour des motifs religieux était une blessure corporelle passible d'une condamnation, ou qu'en Autriche et en Suisse, des hôpitaux ont décidé de ne plus pratiquer ces interventions.

PHYSIOLOGIE D'UN PLAISIR PERDU : PAS DE SEXUALITÉ PRÉPUTIALE SANS PRÉPUCE

Le prépuce est un organe mobile et sophistiqué tout entier dévoué à la sexualité. Il contient plusieurs milliers de terminaisons nerveuses pour plus de plaisir et est une lèvre érogène : peau à l’extérieur, muqueuse à l'intérieur. Déplié, il fait la taille de la paume de la main. Son ablation surprime à vie le plaisir intense, délicieux et exquis de la sexualité préputiale. La sexualité préputiale, qu'est-ce que c'est ? C'est bénéficier d'un gland 100% sensible. La circoncision désensibilise, sèche le gland et le rend moins érogène (il subit une kératinisation, c'est-à-dire qu'une couche de protéine le recouvre progressivement.) C'est ensuite le mouvement de va-et-vient du fil élastique du prépuce qui masturbe le gland (anneau préputial.) Voir cette image animée en mouvement pour comprendre :

https://www.zupimages.net/up/22/30/79p8.gif

Le plaisir est double et simultané : la masturbation du gland ajoutée à la stimulation du prépuce en tant que telle procurent un bien-être puissant. Le prépuce permet donc des plaisirs récréatifs. Lors d'une fellation, on peut s'attarder sur le frein, particulièrement érogène, la bande striée, décalotter et recalotter selon ses envies, en commençant avec un rythme doux, très lentement, sensuellement, puis en y allant de plus en plus crescendo.

Mutilé, il n'y a plus le phénomène « d’éclosion », le délice de sortir « le fourreau de son gland », qu'on peut multiplier à l'envi.

Certaines personnes souffrant de leur circoncision, de cette impossibilité de pouvoir masturber le gland, doivent acheter une vaginette (sextoy masculin) pour pratiquer l'autosexualité/la masturbation.

D'autres circoncis sont dans un état traumatique profond et pratiquent une restauration du prépuce. Il s'agit d'utiliser un système d’étirement du reste de la peau du pénis caché sous ses sous-vêtements, toute la journée et le soir, mais il faut minimum trois ans avant d'obtenir un résultat, soit un pseudo prépuce.

Image du procédé :

https://www.zupimages.net/up/22/30/7dbi.jpg

Pour la femme, la motricité du prépuce, qui glisse, qui remue, qui masturbe, sont des caresses et des stimulations supplémentaires lors de la pénétration. Voici deux femmes qui apprécient cet apport :

https://www.zupimages.net/up/22/30/jmzn.png

Leur T-shirt :

- "Le sexe avec un prépuce est meilleur !"

- "Les vagins adorent les glissements du prépuce !"

LE PRÉPUCE : EROGENE ET PROTECTEUR D'EROGENEITE

Voici ci-dessous un schéma, lié à l'étude du docteur Morris Sorrells :

https://www.droitaucorps.com/wp-content/uploads/2013/05/sorrells-etude-sensibilite-prepuce.jpg

Comme on peut le constater, le pénis intact contient logiquement toutes les zones sensibles de l'organe, soit 17 testées en tout ici, tandis que le pénis circoncis en contient seulement 9, avec 2 cicatrices. Mais surtout, la zone principale, le gland, est désensibilisée, selon les outils de mesures effectuées, pour la raison évidente de l'absence de prépuce qui protège sa nature de type muqueuse. L’étude comparative arrive à cette constatation finale : « la zone la plus sensible de toutes est la zone du prépuce (totalement absente chez l’homme circoncis) révélée quand le prépuce se replie sur lui-même en découvrant le gland. Cette zone est extrêmement sensible, plus sensible que n’importe quelle zone d’un pénis circoncis, statistiquement. »

Comparaisons de l'esthétique d'un pénis intact par rapport à un pénis circoncis :

https://www.zupimages.net/up/22/30/4hsq.jpg

https://www.zupimages.net/up/22/30/10nk.jpg

Le pénis circoncis perd de sa fraîcheur, son aspect rosacé et brillant, ne possède plus ce qu'on pourrait définir comme une structure complexe, raffinée et élégante.

Tous ces faits démontrent qu'un pénis incomplet (sans prépuce) signifie une sexualité incomplète.

Enfin, 100 à 200 nouveau-nés meurent chaque année à cause d'une circoncision rien qu'aux USA (réaction à l’anesthésie, attaque d’apoplexie, hémorragie, infections, etc. ) sans parler des complications qu'on doit subir pour la vie.

CONCLUSION GENERALE

Le plus important reste cette conception élémentaire, fondamentale, pourtant naturelle lorsqu'elle est déchargée de toutes inclinaisons dogmatiques, selon laquelle un enfant ne peut être découpé dans son intimité la plus profonde de manière arbitraire et qu'il doit pouvoir bénéficier du propre choix de sa sexualité, de l'état de son corps plus tard, une fois majeur et responsable. L’ablation d'une partie importante, sensible et érogène du pénis revient à imposer à un enfant une sexualité totalement irréversible et à détourner la déontologie médicale. Au-delà de l'acte en tant que tel, la circoncision est aussi une marque corporelle, indélébile, parfois religieuse imposée à un enfant qui n'a plus le choix ensuite de s'en soustraire s'il veut plus tard changer de croyance, de religion, de spiritualité. Ce rite confessionnel et dogmatique lui sera à jamais marqué au fer rouge. La circoncision viole les droits de l'enfant et est un déni partiel des pouvoirs du plaisir masculin. Le pénis est un formidable outil récréatif et le prépuce son fantastique jouet.

OkaLiptus
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 17 septembre 2022

38 j'aime

50 commentaires

Edward aux mains d'argent
OkaLiptus
10

Once upon a time in Hollywood...

"Bien sûr qu'il avait un nom, il s'appelait, Edward..." Autrement dit, Tim Burton. Œuvre magistrale, naïve, irrésistible, foudroyante, féerique mais qui sait jouer du réel tout en intégrant...

il y a 5 ans

90 j'aime

69

Ma Rubrique SensCritique
OkaLiptus
4

Ce qui me gêne dans la nouvelle refondation du site

Senscritique vit une petite crise. J'échange régulièrement avec eux à ce sujet. Ils font des visioconférences avec certains membres actifs afin de prendre en compte leurs remarques. Voici les miennes...

il y a 2 mois

83 j'aime

178