Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La classe ouvrière va au paradis est un grand film politique. C'est à ce caractère politique que je réduis ma critique. Dans ce long-métrage, on ne parle pas de l'Usine, on la montre. On ne parle pas de l'aliénation, on la montre. On ne parle pas des rapports de classe, on les montre.


Les jeux et logiques du pouvoir ouvrier y sont mis en relief avec rigueur et sans tendresse. D'un côté se tient un syndicalisme d'usine, institutionnalisé, dont les prises de positions faites de compromis sont parfois victorieuses et souvent futiles. De l'autre l'on retrouve les autonomes, fils de l'insurrection 68arde italienne porteurs d'un discours matérialiste et violent. Ces "étudiants" révolutionnaires et visiblement empreints de maoïsme ne voient pas l'ouvrier à travers son humanité mais à travers son rôle historique.
La structure soutenant ce conflit entre syndicat et étudiant est bien sûr le pouvoir capitaliste résidant dans le patronat et ses alliés. Un pouvoir qui commence à imposer un nouveau modèle : celui de la compétition entre chaque ouvrier (via le salaire à la pièce et l'autonomisation). Un pouvoir qui commence donc à organiser le travail afin que le dépassement personnel soit valorisé plutôt que la solidarité.


On lira (ou relira) le Capital écrit 120 ans avant, Retour sur la Condition ouvrière 20 ans plus tard et A nos amis 44 ans après et on y retrouvera l'intuition du film objectivée. Ces textes expliquent ce que nous ressentons au jour le jour, ce que ce film transpire. Dans ce dernier, le message délivré y est donc plus franc et incisif mais moins explicable. C'est à travers un homme que l'on dévoile les structures. Ce n'est pas à travers les structures que l'on dévoile l'homme.
La classe ouvrière va au paradis n'est pas qu'une œuvre artistique. C'est également une œuvre politique participant à sa manière à la conscientisation du prolétariat. Ce film est sombre mais il travaille à l'avènement de jours plus lumineux.

Utopia
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes et Films à l'adresse de tout gauchiste respectable

Créée

le 30 juin 2015

Critique lue 938 fois

10 j'aime

Utopia

Écrit par

Critique lue 938 fois

10

D'autres avis sur La Classe ouvrière va au paradis

La Classe ouvrière va au paradis
oso
8

La bête dans les nuages

S’il fallait isoler une séquence de la classe ouvrière va au paradis pour le résumer, ce serait probablement cette partie de jambes en l’air très romantique entre un ouvrier blasé et la muse qui lui...

Par

le 6 juil. 2015

11 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
Utopia
9

OPERAI !

La classe ouvrière va au paradis est un grand film politique. C'est à ce caractère politique que je réduis ma critique. Dans ce long-métrage, on ne parle pas de l'Usine, on la montre. On ne parle...

le 30 juin 2015

10 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
AMCHI
7

En attendant le paradis, c'est l'enfer sur Terre

Dans La Classe ouvrière va au paradis on a encore droit à une incroyable prestation survoltée de Gian Maria Volonte, confirmant de film en film qu'il est l'un des mes acteurs préférés.Une œuvre...

le 8 juin 2022

10 j'aime

6

Du même critique

La Chute
Utopia
8

Critique de La Chute par Utopia

J'ai adoré cette œuvre pour sa forme comme pour son fond. L'idée de faire un long monologue donne une impression d'aveu intéressant. Les images de la chute elles, ne manquent pas. En ce qui concerne...

le 31 oct. 2010

11 j'aime

1

La Classe ouvrière va au paradis
Utopia
9

OPERAI !

La classe ouvrière va au paradis est un grand film politique. C'est à ce caractère politique que je réduis ma critique. Dans ce long-métrage, on ne parle pas de l'Usine, on la montre. On ne parle...

le 30 juin 2015

10 j'aime

Alcools
Utopia
8

Mc apolin

Voilà ce que devait être le hip-hop d'avant guerre. Les gens ont raison : Le rap c'était mieux avant. Plus sérieusement, Apollinaire est peut être dur à lire, mais si vous cherchez le fond de sa...

le 6 nov. 2010

10 j'aime

1