Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

S’il fallait isoler une séquence de la classe ouvrière va au paradis pour le résumer, ce serait probablement cette partie de jambes en l’air très romantique entre un ouvrier blasé et la muse qui lui permet d’augmenter sa cadence de production, jeune cariste qui connaît là sa première fois, guidée par un égoïste macho convaincu d’être une bête parmi les bêtes, entre le frein à main et le levier de vitesse d’un pot de yaourt motorisé.


Une scène touchante par son réalisme, mais aussi gênante dans son déroulement : désenchantée, maussade et désespérante. L’homme se détourne de celle qui a nourri ses fantasmes en un claquement de doigt, tandis que la demoiselle jure qu’on ne l’y reprendra plus. Comme si la gangrène causée par la société industrielle qu’Elio Petri critique vivement avait tout dévoré, que la passion ne pouvait plus se faire sa place. Brûlot politique parfois un peu trop unidimensionnel, La classe ouvrière va au paradis ne manque ni de verve ni d’implication. Petri y couche le mépris qu’il nourrit pour les riches industriels ne jurant que par leur force de production, oubliant que derrière les chiffres se trouvent des hommes, volontaires certes, mais friables et vivants.


A travers le destin du génial Gian Maria Volonté, homme prêt à courber l’échine pour quelques dollars supplémentaires, qui finit tardivement par prendre le chemin de la révolte lorsque son intégrité physique, mais aussi mentale, est mise en danger, ce sont l’Italie industrielle et politique des années 70, et plus globalement l’exploitation à outrance sous couvert d’un travail rémunéré, qui sont pointées du doigt par un cinéaste bien décidé à montrer les crocs. Certains diront que c’en est même trop, que le portrait est facilement rageur, je préfère le percevoir comme l’expression sincère d’un homme concerné par cette bien nommée aliénation par le travail, qui, à la fin des années 70, s’exprimait à plein tube, pour le bonheur des costards propriétaires des chaînes de production.


Même s’il est évident que son film manque un peu de tenue par moment, la faute incombant à un rythme quelque peu oscillant et un personnage, interprété certes avec fougue par Gian Maria « la classe » Volonté, trop caractérisé par son tempérament binaire, j’ai fini la séance avec le sourire ainsi qu’un respect renouvelé pour Elio Petri, celui que ce dernier avait gagné avec son virulent —plus abouti à mon sens— Enquête pour un citoyen au dessus de tout soupçon.

oso
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste L'ours, Homo Video, en 2015

Créée

le 6 juil. 2015

Critique lue 789 fois

11 j'aime

oso

Écrit par

Critique lue 789 fois

11

D'autres avis sur La Classe ouvrière va au paradis

La Classe ouvrière va au paradis
oso
8

La bête dans les nuages

S’il fallait isoler une séquence de la classe ouvrière va au paradis pour le résumer, ce serait probablement cette partie de jambes en l’air très romantique entre un ouvrier blasé et la muse qui lui...

Par

le 6 juil. 2015

11 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
Utopia
9

OPERAI !

La classe ouvrière va au paradis est un grand film politique. C'est à ce caractère politique que je réduis ma critique. Dans ce long-métrage, on ne parle pas de l'Usine, on la montre. On ne parle...

le 30 juin 2015

10 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
AMCHI
7

En attendant le paradis, c'est l'enfer sur Terre

Dans La Classe ouvrière va au paradis on a encore droit à une incroyable prestation survoltée de Gian Maria Volonte, confirmant de film en film qu'il est l'un des mes acteurs préférés.Une œuvre...

le 8 juin 2022

10 j'aime

6

Du même critique

La Mule
oso
5

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Par

le 26 janv. 2019

81 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Par

le 7 déc. 2014

74 j'aime

17

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Par

le 14 déc. 2014

58 j'aime

8