La Liste de Schindler, (Steven Spielberg, 1993) décrit comment Oskar Schindler, un industriel allemand, réussit pendant la Seconde Guerre mondiale à sauver environ 1 200 Juifs promis à la mort dans le camp de concentration de Płaszów, sans pour autant occulter les travers et ambiguïtés d’un espion de l’Abwehr et membre du parti nazi.
Le film montre dans le même mouvement la liquidation du ghetto de Cracovie.
Le film est un succès mondial (3 M d’entrées en France pour un film en noir et blanc de 3h). Spielberg est alors accusé de mercantilisme à l'heure du renfermement de la France sur son pré carré culturel de prestige. L’idée que le récit ne montre que des survivants (1100 sur 6 M de morts) va choquer car cela ne reflète évidemment pas la réalité de la Shoah.
Cette représentation de la Shoah est certes adaptée aux attentes d’un public américain. Dans La Liste de Schindler, le héros du film est un « bon Allemand », un Juste, qui a permis de sauver des centaines de vies juives. Selon les règles propres au cinéma hollywoodien, le film met en avant des valeurs positives, l’issue ne doit pas en être désespérante. Or, Lanzmann avait imposé de façon un peu dogmatique l'impossibilité de fictionnaliser et de représenter la Shoah. On ne peut inventer des images là où il n’y en a pas, on ne peut construire une « histoire » autour de l’extermination comme le fait Spielberg dans La Liste de Schindler.


En réalité, le vrai sujet du film n’est pas Auschwitz mais la mise en place de l’opération de sauvetage des Juifs de Schindler, qui vient court-circuiter la machine de mort nazie.
Spielberg se place donc du côté des vivants, de l’humain. Dès le début, il ne filme que des personnages qui vont en réchapper pour ne pas créer de suspens (filmer un juif qui va mourir c’est finalement s’aligner sur la logique des nazis selon laquelle un juif vivant est déjà un juif mort - ainsi dans la série ABC Holocaust, 1979). Le faux suspens à Auschwitz autour de la scène de la douche permet de rendre l'effroi tout en appliquant à la lettre l'interdit de la reconstitution de la chambre à gaz.

Le film de Steven Spielberg incarnait également un état précis de l'histoire de la mémoire de la Shoah. Spielberg mettait en scène la vie d'un Juste à une époque où le destin de cette poignée d'hommes qui ont sauvé des juifs était de plus en plus mis en lumière.
Enfin, le film marque le début d'une longue carrière fructueuse avec le chef opérateur Janusz Kaminsky, qui montre à nouveau toute l'étendue de son génie dans le récent West Side Story.

Créée

le 9 déc. 2021

Critique lue 432 fois

13 j'aime

4 commentaires

Critique lue 432 fois

13
4

D'autres avis sur La Liste de Schindler

La Liste de Schindler
MatthieuS
10

Une œuvre à Oskar

Ce film multi-oscarisé traite de l’œuvre d’Oskar, homme contrasté qui finit par sauver la vie de plusieurs centaines de juifs de la solution finale échafaudée par la sauvagerie nazie. Et c’est le...

le 23 mars 2018

65 j'aime

22

La Liste de Schindler
Norn
5

Steven recherche Osk(c)ar(s)

Steven(*) est gentil. Très gentil. Tout le monde le sait, alors quand il fait un film, le film est gentil aussi. Mais cette fois, Steven en a marre de cette image qui lui colle à la peau. Fini les...

Par

le 23 mars 2014

56 j'aime

8

La Liste de Schindler
Fatpooper
3

"I like to make lists... that's why Steven chose me to do it" - Liam Neeson dans Life's too short.

En revoyant Shindler's list 11 ans après ma découverte à la télé, je comprends mieux le discours de Terry Gilliam autour du film: Spielberg semble passer outre l'horreur qu'était vraiment...

le 23 janv. 2012

45 j'aime

67

Du même critique

Lost River
Olivier_Paturau
3

Lost Highway

On ne reprochera pas à Ryan Gosling de ne pas faire preuve d'imagination. Il choisit de traiter du déclin de l'ancienne capitale de l'automobile, Detroit, vidée par la crise de ses habitants (qui...

le 9 avr. 2015

53 j'aime

5

A Star Is Born
Olivier_Paturau
4

Gueule de bois

Passé une première demi-heure enthousiasmante, A Star is Born peine à convaincre et finit paralysé par des défauts d'écriture majeurs. Alors qu'il étire son récit sur deux heures et quart, le film...

le 3 oct. 2018

52 j'aime

8

120 battements par minute
Olivier_Paturau
8

L'armée des morts

Robin Campillo confirme avec son 3eme film qu'il est un des cinéastes de sa génération les plus passionnants. Il maîtrise aussi bien l'art de l'écriture (pas facile de mêler didactisme dans la...

le 24 juil. 2023

44 j'aime

1