Bah en fait... Comment dire... On dirait que la réalisatrice s'est contentée de lire le résumé figurant sur la quatrième de couverture et en a fait un film de plus de deux heures. Il n'y a absolument aucune substance ; la colonne vertébrale du récit est aseptisée, lissée et ponctionnée au possible. Il ne reste qu'une romance mélodramatique sirupeuse et un procès totalement accessoire et fonctionnel.

Pour que j'aime un film, il faut que j'y croie. L'accroche narrative ici repose sur la dureté de la vie Kya. Or je n'ai jamais, pas une seule seconde, ressenti la moindre âpreté, la moindre viscéralité, la moindre rudesse se dégageant de la narration. On nous dit que Kya est une marginale totalement ostracisée qui en a bavé dans la vie. Ah bon ? Ce n'est pas du tout ce que j'ai vu à l'écran. J'ai vu une nana qui s'en sortait plutôt bien et qui ne souffrait pas particulièrement. À la limite, ça ne serait pas un problème si la caractérisation n'était pas aussi superficielle. Et c'est bien là qu'est le hic : Kya est la protagoniste mais son aura ne dépasse jamais celui d'un archétype mélodramatique de téléfilm. Tout comme les autres personnages, elle n'est qu'un pion destiné à faire avancer l'intrigue et non une individualité à part entière. Et c'est triste à dire mais je suis incapable de ressentir de l'empathie pour quelqu'un qui ne m’a jamais donné l'impression d'exister. Après, Daisy Edgar-Jones charrie toujours plus de présence que les deux Chad (j'ai même pas envie d'aller chercher leurs noms sur Google) dont elle s'amourache.

Honnêtement, j'ai du mal à cerner le propos du long-métrage d'Olivia Newman tant tout est survolé, à peine évoqué, traité à la va-vite, bourré de jumps narratifs drainant réalisme et crédibilité. Encore une fois, moi ce que j'ai vu à l'écran c'est 60% de galoche, 30% de film de prétoire au déroulement des plus anecdotiques et 10% de marais (sans conteste la meilleure partie). Je n'ai pas vu de discours sur la différence, je n'ai pas vu de discours sur le communautarisme, je n'ai pas vu de discours féministe. Que reste-t-il dès lors ? Une belle photographie Instagram et quelques jolis mouvements romanesques de caméra. Tout ça est bien trop propre et scintillant... JE VOULAIS DE LA CRASSE ET DE LA SUEUR, JE VOULAIS SENTIR LES MARAIS ! LES ASPÉRITÉS C'EST LE CINÉMA QUE DIABLE ! Même l'affiche n'a aucune personnalité.

L'erreur fatale est d'avoir voulu raconter tout le bouquin en 125 minutes au lieu de se focaliser sur une section spécifique du roman. L'esthétisation à outrance est un autre faux pas. La laideur du réel, parfois, ça a du bon.

PS : Le twist final est juste capillotracté. Comment le spectateur est censé avaler ça sans aucune illustration visuelle ?

Créée

le 21 août 2022

Critique lue 2.7K fois

29 j'aime

2 commentaires

Tex_AS

Écrit par

Critique lue 2.7K fois

29
2

D'autres avis sur Là où chantent les écrevisses

Là où chantent les écrevisses
Tex_AS
3

Là où pousse la guimauve

Bah en fait... Comment dire... On dirait que la réalisatrice s'est contentée de lire le résumé figurant sur la quatrième de couverture et en a fait un film de plus de deux heures. Il n'y a absolument...

le 21 août 2022

29 j'aime

2

Là où chantent les écrevisses
Dominic-Decoco
7

Une belle mélodie

SPOILER ALERT D’un côté vous avez le scénario plutôt classique : un meurtre dans une petite ville américaine où les ragots se diffusent à la vitesse de la lumière, et le suivi du procès pour savoir...

le 15 août 2022

23 j'aime

Là où chantent les écrevisses
AurélienBoucher
9

Critique de Là où chantent les écrevisses par Aurélien Boucher

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur " la Fille des marais " de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n'est pas cette fille sauvage et analphabète...

le 19 août 2022

12 j'aime

Du même critique

Là où chantent les écrevisses
Tex_AS
3

Là où pousse la guimauve

Bah en fait... Comment dire... On dirait que la réalisatrice s'est contentée de lire le résumé figurant sur la quatrième de couverture et en a fait un film de plus de deux heures. Il n'y a absolument...

le 21 août 2022

29 j'aime

2

L'Empire
Tex_AS
4

L'invasion des profanateurs de pop culture

Ma grand-mère disait toujours : "Gamin, il y a une fine frontière entre l'art et le nanar". Illustration empirique ici.J'ai aimé (dans l'ordre) :- les (trop) rares apparitions de Carpentier et Van...

le 22 févr. 2024

27 j'aime

18

Monkey Man
Tex_AS
4

Slumdog Baba Yaga

En fait, c'est comme John Wick sauf qu'il y a un vague propos social et que les scènes de baston sont génériques et mal chorégraphiées. Concernant le propos social il est bien sûr fonctionnel et...

le 11 avr. 2024

21 j'aime

11