Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Adapté d'un best-seller dont je n'avais absolument jamais entendu parler, « Là où chantent les écrevisses » peut séduire par son classicisme bon teint, relativement sobre voire élégant, développant un léger charme suranné plutôt bienvenu. Cela se regarde sans déplaisir, le film trouvant un équilibre à peu près cohérent entre flashback et scènes de procès, le second étant une véritable spécialité américaine, ce qui se confirme ici bien qu'il n'y ait réellement aucun coup d'éclat ou rebondissements spectaculaires.

On peut être surpris du choix de la débutante Olivia Newman à la réalisation, l'ensemble restant sage, appliqué, scolaire, manquant de passion malgré sa relative fluidité narrative. Surtout, c'est ultra-méga-giga mélo, de ceux comme on n'ose plus en faire depuis des décennies. C'est à la fois sa force et sa limite. D'un côté, plutôt sympa de voir une assez belle histoire d'amour avec grands sentiments, évidemment contrariée par un élément perturbateur (et quelques caricatures en passant). De l'autre, difficile d'échapper à un côté légèrement cliché, certains échanges ne brillant pas franchement par leur originalité.

Pas vraiment « whodunit », le suspense tenant avant tout dans la culpabilité ou non de l'héroïne, le dénouement se fend toutefois d'un « twist » final presque attendu, laissant inutilement plusieurs questions en suspens. Heureusement, la prestation de Daisy Edgar-Jones, elle, ne souffre d'aucune contestation, notamment secondée par le toujours excellent David Strathairn, et ce bel éloge de la nature à travers la faune locale séduit (et quels beaux dessins!). Du bon et du moins bon, donc, dans cette adaptation ô combien classique, mais qui pourra plaire aux plus « romantico-indulgents » d'entre vous : pourquoi pas.

Caine78
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2022

Créée

le 3 oct. 2022

Critique lue 64 fois

2 j'aime

Caine78

Écrit par

Critique lue 64 fois

2

D'autres avis sur Là où chantent les écrevisses

Là où chantent les écrevisses
Tex_AS
3

Là où pousse la guimauve

Bah en fait... Comment dire... On dirait que la réalisatrice s'est contentée de lire le résumé figurant sur la quatrième de couverture et en a fait un film de plus de deux heures. Il n'y a absolument...

le 21 août 2022

28 j'aime

2

Là où chantent les écrevisses
Dominic-Decoco
7

Une belle mélodie

SPOILER ALERT D’un côté vous avez le scénario plutôt classique : un meurtre dans une petite ville américaine où les ragots se diffusent à la vitesse de la lumière, et le suivi du procès pour savoir...

le 15 août 2022

23 j'aime

Là où chantent les écrevisses
AurélienBoucher
9

Critique de Là où chantent les écrevisses par Aurélien Boucher

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur " la Fille des marais " de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n'est pas cette fille sauvage et analphabète...

le 19 août 2022

12 j'aime

Du même critique

Enquête sur un scandale d'État
Caine78
2

Enquête sur un scandale cinématographique ?

Thierry de Peretti est un réalisateur doté d'une bonne réputation, notamment grâce à « Une vie violente », particulièrement apprécié à sa sortie. J'y allais donc plutôt confiant, d'autant que le...

le 20 août 2022

32 j'aime

8

Mourir peut attendre
Caine78
4

Attente meurtri(ère)

Cinq ans d'attente, avant que la crise sanitaire prolonge d'une nouvelle année et demie la sortie de ce 25ème opus, accentuant une attente déjà immense due, bien sûr, à la dernière de Daniel Craig...

le 7 nov. 2021

28 j'aime

31

L'Origine du monde
Caine78
3

L'Origine du malaise

Je le sentais bien, pourtant. Même si je n'avais pas aimé « Momo », adapté du même Sébastien Thiéry, cela avait l'air à la fois provocateur et percutant, graveleux et incisif, original et décalé,...

le 25 sept. 2021

22 j'aime