Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Il existe une première version de la ruée vers l'or d'une durée de 92 minutes qui est sortie en 1925 et qui était muette, puis en 1942, le film a été reprit, les intertitres sont supprimés et le film sonorisé par Chaplin en personne. Au final le film fut traduit en français et durait 68 minutes, c'est cette version que j'ai vu. Certaines personnes pensent que le fait de sonoriser le film le rend plus accessible au grand public, parce que les films ne sont pas facile à regarder, que ça a mal vieillit, etc... Je fais partie des personnes qui ne sont pas d'accord, le cinéma muet permet, grâce aux mouvements des acteurs et aux expressions, de comprendre une palette de sentiments sans le moindre son, il se suffit à lui même. Imaginez le kid en train de pleurer dans la camionnette de l'assistance publique qui va l'emmener à l'orphelinat et une voix off qui dit : « le kid est triste, il pleure », de quoi casser la magie du film.

Bref, soit dit en passant on s'y fait tant bien que mal, la sonorisation a été plutôt bien intégrée, et le narrateur ne parle pas constamment, ce qui permet de profiter de nombreuses scènes muettes. Le film est, outre cette sonorisation, un petit chef d'œuvre, il contient plusieurs scènes cultes.

Avec la fameuse danse des petits pains qui est apparue pour la première fois dans un film avec Buster Keaton, la maison sur le bord de la falaise qui se balance, le film est vite resté dans les mémoires. Nettement moins politisé, ce film a le mérite de présenter le vagabond sous un jour beaucoup plus vulnérable, l'histoire d'amour permet d'intégrer la cruauté et la tristesse dans l'univers de Chaplin.

La fameuse scène dans la cabane pendant la tempête fait clairement penser a Buster Keaton luttant contre les éléments dans ses films. Entre scènes comiques et touchantes, « la ruée vers l'or » permet de ressentir une palette d'émotion plus importante que dans ses autres courts métrages.

Pour un second long métrage, c'était une grande réussite qui confirmait son talent à la fois de réalisateur, scénariste et Acteur et rattrapait l'échec commercial de l'opinion publique, film dramatique où Chaplin n'apparaissait pas devant la caméra.
CREAM
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 29 août 2011

Critique lue 1K fois

11 j'aime

3 commentaires

CREAM

Écrit par

Critique lue 1K fois

11
3

D'autres avis sur La Ruée vers l'or

La Ruée vers l'or
Sergent_Pepper
9

After the gold crush.

La longue file des aspirants à la fortune qui serpente dans la glace en ouverture du film semble à bien des égards figuer, a posteriori, celle des foules qui se pressent à la projection du prodige...

le 19 févr. 2015

69 j'aime

10

La Ruée vers l'or
blig
9

Charlie qui claudique

Il claudique Charlie, Charlot, le vagabond solitaire sans-le-sou en équilibre précaire sur la corniche des montagnes enneigées d'Alaska, mais ne tombe pas. Heureux sont les insouciants, les...

Par

le 2 déc. 2014

40 j'aime

10

La Ruée vers l'or
Docteur_Jivago
10

L’ordre qui trépasse

Je n'ai jamais vu quelqu'un aussi bien mêler la tragédie et la comédie que Charlie Chaplin, et à mon sens, La Ruée vers l'Or est son sommet, alors qu'il s'inspire d'une histoire vraie, celle d'une...

le 1 avr. 2014

29 j'aime

3

Du même critique

Malevil
CREAM
10

Critique de Malevil par CREAM

Venant d'un auteur ayant reçu le Goncourt, je m'attendais à quelque chose de grand, et le résultat dépasse toutes les espérances possibles. Le thème post apocalyptique a été abordé en littérature et...

le 23 avr. 2011

39 j'aime

2

Les Faux-Monnayeurs
CREAM
10

Avant-gardiste

ATTENTION SPOILERS ! C'est vraiment très délicat de parler de se livre, je connaissais Gide de nom, sachant qu'il était un écrivain français très célèbre. Après être tombé sur un classement des...

le 26 juin 2011

29 j'aime

La Nuit
CREAM
9

Tendre est la nuit

J'ai découvert, il y a quelques années, Antonioni avec Zabriskie Point, que je n'ai jamais vu en entier parce que je me suis bien emmerdé et j'ai rien compris au film. A cette époque, je crois que je...

le 5 mai 2011

28 j'aime