Difficile de savoir quels furent les changements apportés par la production contre le gré de Schrader. En tous cas, le résultat final n'est pas si calamiteux que ça. Je vais attribuer ces qualités à Schrader. Mais le film comporte aussi des maladresses, et je ne pense pas que ce soit uniquement la faute des producteurs. Donc j'imputerai cela aussi à Schrader. En fait, je vais 'oublier', à l'instar du héros du film, que ce film a été remanié. Enfin, j'y ferai certainement allusion quand même en fait.


Le scénario me paraissait casse gueule d'après le pitch. Mais finalement ça passe. Disons que l'enquête me paraissait peu intéressante jusqu'à ce qu'on entre dans les détails, car ce qui a trahi l'ennemi est un fait plutôt intéressant, original et moyennement bien exploité. Disons que ça aurait pu aller plus loin. L'enquête en soi n'est pas vraiment palpitante. Ce qui la rythme, ce sont les crises du héros. mais là aussi ça ne va pas assez loin. C'est un peu dommage. Si bien que le film paraît un peu mou tout du long malgré de bonnes idées.


Et puis vient cette 'première confrontation finale' : une confrontation entre les deux ennemis qui aurait gagné à être mieux préparée (le côté haine des deux personnages passe sur le moment, mais il aurait été bon d'insister dessus avant qu'ils ne se retrouvent) mais qui reste en soi la scène clef du film, la scène où le spectateur se dit 'waw', la scène qui donne envie de passer de 6/10 (film un peu mou) à 7/10 (film dont on se remémorera pour une bonne raison).


Ensuite vient cette 'seconde confrontation finale'. Là je me suis demandé si la production n'avait pas elle-même rajouté cette fin pour que ça plaise à plus de monde et que les acteurs, hypocrites, auraient accepté de tourner avant de crier leur mépris pour les studios. C'est moche parce que ça ne sert absolument pas ce qui a été dit auparavant. C'est vrai que la première confrontation finale se termine un peu abruptement, mais là c'est complètement idiot de faire une telle marche arrière et ce de manière aussi spectaculaire alors que l'histoire ne le nécessitait pas. Et là, on se dit que, finalement, ça restera un 6/10 (parce que malgré une très bonne scène, y en a une autre vraiment très nulle qui gâche tout le plaisir... le pire étant que cette mauvaise scène qui gâche tout ne dure que 5 minutes, ce qui renforce vraiment l'impression que ça a été rajouté à la dernière minute).


La mise en scène est aussi un peu pauvre. On imagine que Refn aurait pu amener quelque chose d'un peu plus remarquable s'il était resté au poste de réalisateur ; sans doute aurait-il pu, de manière symbolique et poétique, mettre en avant la folie naissante du héros (en fait, on ne le saura jamais, ptet qu'il aurait pété un plomb et fait une sorte de 'Bronson' avec une caméra épileptique et des tas d'effets de style bien moches).


En tous cas, Schrader, lui, on voit son boulot, et même si il dit que ça a été remonté, il faut bien admettre qu'il y a pas mal de maladresses, des petits détails de mise en scène qui font sourire, notamment dans certains bureaux qui ne paraissent pas très convaincants. Le découpage est classique, et l'on évite avec joie le surdécoupage parkinsonien, tant mieux, mais d'un autre côté la plupart des plans sont assez pauvre, et la plupart des champs et contre-champs ne sont pas très réussis (et oui). Et ça, ce n'est vraiment pas juste une histoire de remontage. La scène d'action finale est un peu trop expéditive, peu passionnante. la première scène d'action, dans le parc, est correcte quoi qu'aussi trop expéditive.


Les acteurs sont bons. Cage était le choix parfait (bien plus que Harrison Ford) pour camper cet agent vieillissant et en proie à la démence. En fait, je pense qu'il aurait fallu que ce soit Herzog qui filme ça. Il avait déjà fait un bel exploit avec son "Bad Lieutenant", je pense qu'il aurait pu réitérer cette réussite. En tous cas, même si le jeu de Nic n'est pas très bien mis en valeur, il fait rudement bien le boulot, rappelant que quand il ne s'enfonce pas dans des séries B pourries, il est toujours capable de performances magnifiques. Le tout est de lui donner un bon personnage (oui, parce que Nic ne sera jamais un vrai bon super héros, ce grain de folie ne sied pas à ce genre de personnage... d'ailleurs je me dis que Nic aurait pu faire un excellent Joker). Les autres acteurs font l'affaire aussi, même s'ils ne servent que de faire valoir en fait.


Bref, voilà un thriller comportant quelques chouettes moments et un grand acteur, mais aussi pas mal de maladresses narratives et scéniques. Mais bon, c'est divertissant tout du long, et ça c'est déjà bien. Donc, je suis content de ne pas avoir boycotté;

Fatpooper
6
Écrit par

Créée

le 31 juil. 2015

Critique lue 798 fois

1 j'aime

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 798 fois

1

D'autres avis sur La Sentinelle

La Sentinelle
Fatpooper
6

Malade dans la tête

Difficile de savoir quels furent les changements apportés par la production contre le gré de Schrader. En tous cas, le résultat final n'est pas si calamiteux que ça. Je vais attribuer ces qualités à...

le 31 juil. 2015

1 j'aime

La Sentinelle
Fabio-R
4

Critique de La Sentinelle par Fabio R.

Nicolas Cage et Paul Schrader ont comme point commun d'avoir une carrière sur le déclin depuis plusieurs années ce qui est triste tant les deux ont marqué dans leur domaine le monde du cinéma. La...

le 18 févr. 2015

1 j'aime

La Sentinelle
Moizi
3

America, fuck yeah !

Pff, franchement ce film me déprime, pas parce qu'il est triste, mais parce qu'il est tellement nul et si peu drôle. Non parce qu'on ne va pas se mentir, aller voir un petit Nicolas Cage c'est un peu...

le 8 févr. 2015

1 j'aime

2

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55