👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Je suis une fleur. Fragile. Un coquelicot. Il faut de la délicatesse pour me cueillir sans m'abîmer, sans que mes pétales ne s'envolent aux quatre vents.
Et il y a des films qui te cueillent comme ça, doucement, avec soin, sans que tu t'y attendes, par mégarde presque.

J'ai vu la morne plaine après la tempête, après le cyclone, défigurée, semant des hommes, engrais fertilisant la terre.

J'ai bien vu les uniformes, les gueules cassées, les demi-hommes, la boue, le sang, la sueur, j'ai vu l'eau qui coule des yeux de ceux qui restent, l'espoir aussi.

J'ai vu les bamboulas, les bicots, les nouaches. Ils peuvent mourir pour toi mais il faut qu'ils mangent loin des yeux.


J'ai entendu Noiret et sa voix trombone qui tonne. Le médecin des âmes. Je l'ai vu inflexible dans sa mission. Des lauriers ? Il n'en voudrait même pas pour l'aider à bourrer sa pipe. Sans façon. Non.
Je l'ai vu bouillonnant de colère, entretenant sa haine pour ces stratèges qui creusent des trous où poser leurs enfants.
Comme un nuage noir et strié de feu.

Mais surtout.

J'ai vu le tonnerre être foudroyé. Quand les hasards, les coïncidences, sont des rendez-vous. Un coup de foudre. Je l'ai vu se prendre dans les fils du piège et devenir pantin.
J'ai vu un commandant plus désarmé qu'au premier jour, frappé de plein fouet et sa carcasse où se répand l'élixir doucereux oublié, l'amour lui portant l'estocade, tremblante de jalousie, aveuglée. Un chêne redevenant brindille.
Je l'ai vu contempler la fleur fadée, j'ai l'ai vu se fissurer à son contact, bouffé d'elle. Lui que rien ni personne ne fait plier, un bout de femme l'aura mis à genoux, une joue contre la terre.
Et lui faire faire un rêve un peu fou, partager son royaume.

J'avoue, pour ceux qui ont entendu crier, c'était pas un chien qu'on égorge, c'était moi. J'ai hurlé que la lumière était moche. Et en fait non. C'est un monde monochrome qui passe dans ta tête en technicolor. C'est splendide. Noiret écrase tout, son ADN c'est la grande classe, Azéma fait le boulot et Tavernier n'est pas bon qu'à servir des binouses.

Comme quoi, les mecs qui louchent, à l'instar des borgnes, peuvent faire du cinéma.
DjeeVanCleef
8
Écrit par

il y a 8 ans

64 j'aime

20 commentaires

La Vie et rien d'autre
DjeeVanCleef
8

Les fleurs du Mâle

Je suis une fleur. Fragile. Un coquelicot. Il faut de la délicatesse pour me cueillir sans m'abîmer, sans que mes pétales ne s'envolent aux quatre vents. Et il y a des films qui te cueillent comme...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

20

La Vie et rien d'autre
Sergent_Pepper
9

Mémoire de nos pairs

La vie et rien d’autre est un film historique. Ample par sa reconstitution, doté d’un casting prestigieux, il semble s’inscrire dans une tradition dont nous visionnons aujourd’hui encore les...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

12

La Vie et rien d'autre
Ze_Big_Nowhere
8

Mémoires d'outre-tombe

Octobre 1920. Un bord de plage terne et délavé où des vagues grises frappent le sable comme un cocher les cuisses de son canasson. Un jeune homme accompagné d'une infirmière, se tient sur un...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

23

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

Lire la critique

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Inside Llewyn Davis
DjeeVanCleef
10

Like a rolling stone.

http://youtu.be/754sRFIHIrA (note le chat sur la pochette) Ça commence comme une chanson qui prend son temps. Avec une guitare, une voix et des silences. Une chanson qui raconte la vie d'un type...

Lire la critique

il y a 8 ans

184 j'aime

44

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

Lire la critique

il y a 9 ans

181 j'aime

11