Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Béni soit Del Toro ! Coproduit par cet autre mexicain de Cuarón, "El Laberinto del Fauno" constitue un spectacle de tous les instants. Une histoire à la fois pessimiste et pleine d'espoir selon ce que vous voudrez bien y trouver, le tout servi par de solides acteurs et une photographie d'exception.

La véritable prouesse n'est pas à chercher du côté de cette reconstitution d'une Espagne fragile et de son opposition entre franquistes et républicains. Si les scènes "réelles" sont bien faites et globalement crédibles, on sent qu'elles sont souvent là afin d'équilibrer le réel et l'imaginaire. Ancrer l'histoire, et ainsi donner plus d'impact aux délires de Del Toro. Pan ! La force du film, c'est l'alchimie parfaite créée par son géniteur. Un mélange savamment dosé entre la féerie d'un conte pour enfants, berceuse incluse, et la dure réalité de la guerre. A grands renforts d'effets globalement maîtrisés et d'idées en pagaille, il nous propose un conte mature, une rêverie réaliste jusqu'au final, aussi magistral qu'il est ambigu.

Au milieu de ces échos de la guerre civile, le Capitaine Vidal, si vil. Sergi Lopez est impressionnant, totalement imprégné de son personnage. Tellement détestable qu'il finirait presque par devenir attachant. Sa naïveté n'a d'égale que sa détermination. La réflexion ? Le franquiste vainc sans ! Coûte que coûte, les "salauds" doivent mourir. Hacer lo que sea necesario. Finalement, les véritables salauds dorment en paix, eux. Ivana Baquero réussit à émouvoir et à ne pas agacer, tout en demeurant juste du début à la fin. De la part d'une enfant, nous avons là un véritable tour de force ! Maribel Verdu, Alex Angulo, Ariadna Gil ou encore Doug Jones (Pan) complètent une distribution sans failles.

A la fin du film, quand bien même certains se seront perdus en cours de route, une seule certitude: celle de ne pouvoir reprocher à Guillermo de ne pas y être allé franco.
Gothic
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Blu-Ray's finest et Les plus belles claques esthétiques

Créée

le 10 juil. 2014

Critique lue 2.3K fois

70 j'aime

22 commentaires

Gothic

Écrit par

Critique lue 2.3K fois

70
22

D'autres avis sur Le Labyrinthe de Pan

Le Labyrinthe de Pan
Behind_the_Mask
10

Modern fairy tale

Le violon plaintif pleure une dernière fois cette berceuse, lente, bouleversante, d'une tristesse infinie. En réponse aux premiers instants du film, où cette chanson est murmurée, alors que ce visage...

le 12 avr. 2017

98 j'aime

15

Le Labyrinthe de Pan
Sergent_Pepper
8

De l’autre côté du mouroir.

Il fallait bien un labyrinthe pour organiser ce tortueux carrefour entre histoires et Histoire, entre contes et réel. Le labyrinthe de Pan est une odyssée tout à fait passionnante, un double parcours...

le 27 févr. 2016

95 j'aime

17

Le Labyrinthe de Pan
Hypérion
6

Le refuge du faune

El Laberinto del fauno est un film bancal. Tentant avec toute la bonne volonté du monde de faire cohabiter un univers onirique de créatures chimériques et une campagne espagnole encore inquiétée par...

le 28 juil. 2013

81 j'aime

2

Du même critique

Lucy
Gothic
2

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

le 7 déc. 2014

275 j'aime

53

Blade Runner
Gothic
10

Le Discours d’un Roy

[SPOILERS/GACHAGE] Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty, ce frisson ininterrompu le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger...

le 3 mars 2014

261 j'aime

64

Bienvenue à Gattaca
Gothic
10

Ah ! Non ! C'est un peu court, génome !

A la suite d'un "accident", Jérôme est en fauteuil. Devenu "semi-homme" pense-t-il, ce mytho contrit ressent le besoin de s'évader, tandis qu'à Gattaca, Vincent est las de jouer les majordomes. Ce...

le 16 oct. 2014

252 j'aime

39