Titre précurseur du Nouvel Hollywood, Le Lauréat se pose avant tout en entreprise de déconstruction : celle des sentiments, celle des postures, celle des conventions et enfin celle d'un cinéma en plein renouvellement.

Mais tout ceci nécessite peut-être quelques explications. Les sentiments, d'abord. Ceux de Benjamin Braddock évoluent au gré des circonstances, tant à l'égard d'une cellule familiale étouffante que vis-à-vis des sentiments qu'il nourrit par rapport à Madame Robinson. On attend de lui sérieux et ambition, selon un modèle archétypal qui a façonné la génération de ses parents, mais lui aspire à autre chose : l'ivresse des sentiments et celle de la liberté. Quant au flirt entamé avec sa séduisante aînée, il a le mérite de le désinhiber mais ne l'empêche pas de garder ce même regard mélancolique, figé, qu'il arbore déjà lors de son arrivée, prostrée, où il se laisse guider par le tapis automatisé, dans l'aéroport.

Les conventions, elles, subissent une attaque en règle. Il y a donc ce modèle parental de réussite qui finit aux oubliettes. Il y a aussi cette relation adultère, interdite, qui prend un essor inattendu - et autrement plus touffu - quand Benjamin se lie d'affection avec la fille de sa maîtresse, ce qui donne lieu à un triangle amoureux un peu pervers. Plus généralement, il y a l'abandon d'une certaine Amérique, celle des petits bourgeois aux vies toute tracées, pour une quête de liberté rafraîchissante, pas linéaire pour un sou, qui trouve un corollaire dans la bande-son, puisque des titres populaires s'y nichent volontiers, ce qui n'est pas courant à l'époque.

Mike Nichols s'offre par ailleurs une belle liberté de ton. Il filme les jambes de Mme Robinson sans réserve. Il rend son héros volage, alors qu'il est censé être un jeune diplômé rangé et bien comme il faut. Il fait du foyer américain un objet d'étude, et pas seulement de moeurs, où la trahison et les non-dits occupent une place prépondérante. Enfin, il finit par donner à son oeuvre des airs de road-movie, puisque le final (mariage avorté) s'attarde sur deux visages poupins assis à l'arrière d'un bus en marche.

Bref, une leçon de cinéma, bien léchée et pleine d'idées de mise en scène.
Kubritch
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 8 févr. 2015

Critique lue 560 fois

20 j'aime

2 commentaires

Kubritch

Écrit par

Critique lue 560 fois

20
2

D'autres avis sur Le Lauréat

Le Lauréat
Samu-L
5

Facepalme

Une bien mauvaise surprise que ce Lauréat. Un film considèré comme un grand classique. Un film faisant partie du top 100 des films américains. Autant vous dire que cette réputation me semble en...

le 19 déc. 2012

81 j'aime

15

Le Lauréat
Pravda
8

Piscine. Cigarette. Drôle. Simon & Garfunkel. Des bas. Frais. Palmes.

On me disait ce matin "C'est un film à voir l'été". C'est un film de fin d'été. Fin d'été pour Ben, qui se trouve arrivé au point où il doit maintenant décider ce qu'il va faire de sa vie. D'abord...

le 4 sept. 2013

80 j'aime

11

Le Lauréat
Pukhet
10

It's like I was playing some kind of game, but the rules don't make any sense to me.

Au tout début, il y a cette scène d'introduction parfaite. Plan fixe, Ben dans l'avion, parmi les autres voyageurs, perdu. Second plan, Ben, sur un escalator, toujours le regard fixe, vague et porté...

le 26 mai 2012

73 j'aime

4

Du même critique

Shining
Kubritch
9

Esprits brouillés

"Shining" est typiquement le genre de film qui vous marque au fer rouge. Avec une bande-son diabolique et des plans-séquences interminables, Kubrick nous emmène aux portes d'une folie collective...

le 9 mars 2014

35 j'aime

Taxi Driver
Kubritch
10

Grandeur et décadence

De Niro hante l'écran, impose son regard inquiétant et ses accès de fureur. Somptueusement filmé par Scorsese, il personnifie un glissement vers la folie progressif, mais inexorable. Quelques...

le 7 oct. 2014

21 j'aime

1

Le Lauréat
Kubritch
9

Le Nouvel Hollywood est en marche

Titre précurseur du Nouvel Hollywood, Le Lauréat se pose avant tout en entreprise de déconstruction : celle des sentiments, celle des postures, celle des conventions et enfin celle d'un cinéma en...

le 8 févr. 2015

20 j'aime

2