Comme beaucoup, je trouve la mafia italienne particulièrement fascinante, mélange de grandeur et de décadence, où le luxe ne cache jamais l’horreur et l’enfer qui y règne. Sans compter tout ce qu’on peut y ajouter de part de mystère, de coulisses du pouvoir, d’impact sociopolitique, etc. Ajoutons à cela toutes les approches sont possibles, du lyrisme à la Coppola au réalisme esthétique de Scorsese, sans compter un autre réalisme propre au cinéma italien, du politique à la Francesco Rosi en passant par l’approche documentaire d’un Gomorra.


Je ne connais pas très bien Marco Bellocchio, mais je sais qu’une de ses marques de fabrique est de partir d’un destin individuel pour parler des dysfonctionnements de l’Italie, ce qui en général m’intéresse fortement comme approche. Je sais aussi que ce qui gravite autour de la figure de Tommaso Buscetta est éminemment complexe, et n’aurait jamais pu être résumé en un film, même de 2h30. C’est le premier problème d’Il Traditore : la multitude des personnages, les tenants et aboutissants de tous les événements (la seconde guerre de la mafia, le juge Falcone, le procès contre Andreotti) et la quantité d’informations à digérer sont tels qu’on finit par être un peu dépassé par le film, à moins de bien connaître le sujet.


Bellocchio en a peut-être conscience, car il multiplie pour le spectateur les effets de mise en scène avec plus ou moins de bonheur (les meurtres brutaux de la mafia, la musique ironique de Nicolas Piovani, le premier procès guignolesque, quelques plans marquants comme les interrogatoires de la police brésilienne, et puis surtout


la mort du juge Falcone, caméra embarquée dans la voiture au moment de l’attentat de Capaci, symbole littéral de l'ascension du juge avant sa chute, d’une violence et d’un lyrisme impressionnants).


Paradoxalement, il n’évite pas non plus des facilités poussiéreuses en 2020 (la séquence de rêve de Buscetta, l’arrestation de Totò Riina avec en montage parallèle des hyènes en cage) et le reste de la mise en scène me fait terriblement penser à un téléfilm par moments (j’ignore si cela provient du cadrage, majoritairement en plans moyens, ou du rendu de l’image elle-même).


Tout ça pour dire que le film est dense, complexe, trop sans aucun doute, et étrangement trop long sur certaines parties (une petite demi-heure de moins n’aurait pas fait de mal, curieusement). La dimension tragique du personnage de Buscetta et l'incroyable interprétation de Pierfrancesco Favino sauvent très majoritairement les meubles d’un film qui aurait dû être une mini-série en soi. Pourquoi ai-je donc eu du mal ? Peut-être parce que le genre est devenu trop balisé pour tolérer les écarts un peu trop grands sans laisser quelques spectateurs sur le côté.

Cinemaniaque
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Défi 2020 - cinoche

Créée

le 4 juil. 2020

Critique lue 198 fois

4 j'aime

Cinemaniaque

Écrit par

Critique lue 198 fois

4

D'autres avis sur Le Traître

Le Traître
EricDebarnot
8

Le Soprano

Et si Marco Bellocchio était l'un des grands réalisateurs italiens (presque) oubliés par l'histoire ? Depuis le choc de son "les Poings dans les Poches" en 1965, il a réalisé près d'une cinquantaine...

le 1 nov. 2019

40 j'aime

12

Le Traître
Grimault_
8

L'homme qui tua les nervis balance !

Même si le nom de Marco Bellocchio attisait déjà l’intérêt des festivaliers, Il Traditore n’était pas le film le plus attendu de la Compétition. Pourtant, au sortir de la séance de gala au Grand...

le 26 mai 2019

39 j'aime

7

Le Traître
Dagrey_Le-feu-follet
8

Lorsque les hommes de la Mafia sicilienne parleront, c'en sera fini de Cosa Nostra(Giovanni Falcone)

Dans les années 80, la guerre fait rage au sein des différents clans de la Mafia. L'un de ses membres, Tommaso Buscetta, va briser la loi du silence et livrer des révélations qui permettront au juge...

le 29 oct. 2019

33 j'aime

11

Du même critique

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

le 21 oct. 2012

53 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

le 13 janv. 2012

50 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

le 4 juin 2011

50 j'aime

1