Je suis bien forcé de dire que j'ai préféré le remake. Sans doute plus classique dans sa structure et moins audacieux, mais après tout les classiques que l'on retient aujourd'hui sont pour la plupart très lisses sur la forme.

Le film de Wim Wenders est intéressant pour son concept intrusif ; sorte de remake inavoué de "L'homme à la caméra", Wim s'incruste dans la vie des gens et les filme à leur insu. le hic, c'est que rien n'est réel, tout est inventé, et que ça manque cruellement d'idées. On s'emmerde un peu quoi, soyons franc. Et puis ce concept, s'il est intéressant, ne me semble pas abouti. Wim aurait dû, à mon grand dam, virer toute forme de narration ! Ici il reste une histoire principale qui avance petit à petit.

Je pourrais aussi tiquer sur cette manie des jeunes auteurs de considérer les enfants comme étant purs ou bien de la beauté de s'arrêter devant un clochard pour en montrer toute la beauté poétique... mais ce ne serait pas très bien, c'est trop subjectif. Chacun est libre de dire ce qu'il veut. C'est un avis, donc, que je ne partage pas du tout, qui me semble naïf, mais dont je ne tiendrai aps compte dans ma note.

Ce qui m'a vraiment gêné c'est ce scénario trop narratif, pas assez jusqu'au-boutiste dans son concept. Et puis quand même les petites histoires qui s'enchaînent manquent un peu de profondeur, ça ne sent pas le vécu, Wim semble traiter de choses qu'il ne connaît pas, c'est naïf.

Formellement, c'est intéressant ce jeu de couleurs. En plus, je ne sais pas si c'est juste ma copie qui est de mauvaises qualité, mais parfois, au milieu de ce noir et blanc, des problèmes de couleurs surgissent, un jaune bavant le plus souvent. Cela a joute un certain mystère. mais je ne pense aps que c'était voulu car cela apparaît de manière aléatoire alors que le jeu de passage du noir et blanc à la couleur suit une logique. Les acteurs sont corrects, mais bon, difficile de juger avec ce genre d'oeuvre où justement on évite de les faire jouer ; la personne, dira-t-on, se contente de réciter son texte, le plus souvent en voix off, et de faire quelque chose en même temps. Ou rien.

Bref, un film intéressant mais qui aurait pu être mieux si Wim avait mieux respecté son concept. Le remake est certainement plus classique, mais au moins il assume sa narration, alors qu'ici, Wim se trouve le cul entre deux chaises, partagé entre l'idée de coller une narration et celui de présenter des bouts de vie. Cela a pour conséquence de rendre le propos assez lourd...
Fatpooper
5
Écrit par

Créée

le 3 mars 2014

Critique lue 2K fois

24 j'aime

14 commentaires

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 2K fois

24
14

D'autres avis sur Les Ailes du désir

Les Ailes du désir
Rawi
9

Critique de Les Ailes du désir par Rawi

Dans l'Allemagne encore divisée, les anges Damiel et Cassiel sont occupés à survoler le ciel de Berlin afin de recueillir les pensées des simples mortels qu'ils croisent. Ils ne font que les...

Par

le 18 févr. 2014

75 j'aime

9

Les Ailes du désir
Ticket_007
9

Envolées en "eaux profondes" du Moi

Attention, chef-d'oeuvre ! Attention, danger ! Parce que "Les ailes du désir" est un spectacle anti-spectaculaire au possible, pour approcher cette vérité inconfortable : vivre en le sachant. On sort...

le 16 juin 2016

40 j'aime

22

Les Ailes du désir
Sergent_Pepper
8

Berlin l’enchanteur

La poésie si singulière du cinéma de Wenders avait jusqu’alors tenu à un état de fait, celui d’une errance ou d’une stagnation au cours de laquelle émergent les réflexions ou sensations que le temps...

le 16 déc. 2020

38 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55