L’appellation assez dépréciative des « abonnés cannois » désigne ces réalisateurs habitués de la compétition, et dont la participation n’est même plus questionnée, au point de voir ronronner des sélections où chaque auteur vient proposer une œuvre qui cochera toutes les attentes, sans plus vraiment surprendre. On l’a vu pour Almodovar, Nani Moretti ou les frères Dardenne, et Kore-eda semble, avec son nouveau film, prendre discrètement cette voie. Les Bonnes étoiles a beau exporter ses thématiques coutumières en Corée (après la France dans le très oubliable La Vérité en 2019) et s’offrir les services de la superstar Song Kang-Ho, il ne faudra pas s’attendre à un véritable renouveau. Il sera en effet toujours question de familles brisées, de la question cruciale de la filiation et de la manière dont la recomposition par une famille choisie est peut-être la seule solution apportée au désamour contemporain. Une sorte de relecture, en somme, de Tel Père, tel fils ou d’Une affaire de famille, films qui ont assuré le succès à leur réalisateur, et qui en offre ici une nouvelle variation, à travers un road-movie prenant d’abord des allures de cavales sur un trafic de nourrisson, avant que n’émergent une initiation plus solide au lien familial et à l’altruisme.


L’humanisme du réalisateur infuse donc cette virée un brin bancale, dans laquelle la maladresse des « criminels » n’est qu’un prélude à de plus sains élans : la délicatesse de certains échanges décape progressivement le mensonge généralisé (lui aussi au centre d’Une affaire de famille), et révèle les failles, la solidarité et la fuite en avant d’âmes perdues. Si certaines scènes fonctionnent, notamment grâce au jeu toujours impeccable de la distribution, les bonnes étoiles cèdent le pas aux bons sentiments, jusqu’à frôler la mièvrerie. Que ce soit dans la poursuite des femmes flics ou l’arrivée d’un enfant, toute la progression du périple semble obéir à une défilé d’ondes positives, et aligne les scènes attendues (éclats de rire, jeu de la communauté, confidences intimes dans les larmes…) en soulignant assez lourdement les parallèles entres les différents membres du groupe. Il ne suffit pas de citer Aimee Mann et Magnolia pour en convoquer la puissance mélodramatique : l’entreprise de séduction n’échoue pas sur toute la ligne, mais la longueur du récit (2h10) et la mécanique un peu stérile de ses procédés condamne ce road-movie à un surplace assez regrettable.


Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Famille, Road Movie, Rumeurs Cannes 2022, Vu en 2022 et Vu en salle 2022

Créée

le 8 déc. 2022

Critique lue 672 fois

20 j'aime

1 commentaire

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 672 fois

20
1

D'autres avis sur Les Bonnes Étoiles

Les Bonnes Étoiles
EricDebarnot
5

Le voyage (raté) à Busan

Il est quelque part choquant de lire le concert de louanges offert par la « critique institutionnelle » pour accueillir les Bonnes Etoiles, le dernier Hirozaku Kore-eda… qui n’est pas loin d’être son...

le 8 déc. 2022

28 j'aime

2

Les Bonnes Étoiles
Plume231
3

Cinq Gentils et un couffin !

Bon allez, je vais certainement être dans une minorité minoritaire, mais ce film de Hirokazu Kore-eda ne m'a pas touché. Pour moi, c'est un ratage. Et pourtant que ce soit bien clair, j'apprécie ce...

le 7 déc. 2022

28 j'aime

17

Les Bonnes Étoiles
Sergent_Pepper
6

One more for the road

L’appellation assez dépréciative des « abonnés cannois » désigne ces réalisateurs habitués de la compétition, et dont la participation n’est même plus questionnée, au point de voir ronronner des...

le 8 déc. 2022

20 j'aime

1

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

704 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53