Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

"Je pourrais vous parler trois semaines sans m'arrêter, sans pouvoir vous rendre le moindre compte de la douleur qu'à engendré la mutilation de mon œuvre sincère" (Erich Von Stroheim).


9 heures réduites à 140 minutes (de 42 bobines à 18, puis à 10) par la production pour cette œuvre diminuée de ses scènes les plus dures, Les Rapaces est considéré comme l'unes des plus grandes pertes de l'histoire du cinéma, et l'un des dix plus grands films ayant existé... qui ne fut vu intégralement que par une poignée de spectateurs durant une séance unique.


Adaptation intégrale d'un roman de Frank Norris, tourné uniquement en extérieur, aucune séquence n'ayant été réalisée en studio, les Rapaces bénéficie d'un souffle extraordinaire. Dès le départ, nous comprenons que nous avons affaire à un film sombre, noir et dramatique qui finira mal, mais qui heureusement ne nous laisse pas deviner comment (et c'est là ce qui fut pour moi l'un des points forts de cette oeuvre : cette fin dont je ne voudrais pas parler mais qui est splendide, rarement égalée et qualifiée de mythique, digne d'un Sergio Leone avant l'heure...)


Un univers monstrueux, sans concession dont le plus fou est désormais visible dans la partie reconstitué depuis 1999 suite à un remontage qui utilise des photos de tournage en plan fixes intercalés et nous laisse voir, deviner le plus glauque, en somme le meilleur.


Avec ses passages en couleur, ou avec des morceaux de bobines (qui représentent en général, l'or) colorées, qui tranchent, brisent la noirceur du récit ou encore avec cette scène qui revient, leitmotiv allégorique, de mains tremblantes qui brassent de l'or, aux bras rachitiques, le film peut laisser sans voix.... Ce montage accentue encore le côté monstrueux, unique des Rapaces...


Les personnages, quant à eux, grandiloquents sont de vrais «freaks» uniques et fous furieux, enfants d'une humanité noire et pessimiste, touchés par le désir de possession, («Greed», titre original du film), qui les démonte et en font des pantins inhumains qui ont perdu leur âme, le sens du partage et la rationalité.


Mais les qualités ne s'arrêtent pas là : comment ne pas savourer la mégalomanie qui s'en dégage et qui est confirmée par des lectures sur Stroheim : «Erich von Stroheim a tenu à tout tourner dans les lieux réels (...) Il fit rouvrir la mine d'or qui figure dans le livre, il traîna dans la Vallée de la Mort toute son équipe qui se mit à le haïr pour ces conditions épouvantables (...) et la chaleur fut si insupportable pour l'acteur principal qu'il passa plusieurs semaines à l'hôpital»


Les Rapaces est l'incarnation du film maudit qui en a, en plus, l'apparence et le thème, la forme et le sens...

Créée

le 20 janv. 2012

Critique lue 2.3K fois

54 j'aime

32 commentaires

Ochazuke

Écrit par

Critique lue 2.3K fois

54
32

D'autres avis sur Les Rapaces

Les Rapaces
drélium
8

Jungle massive

Le poids-lourd des films maudits, la légende qui veut que le pire désastre du cinéma Hollywoodien soit la destruction des bobines les plus virulentes à condamner l'avidité, la manigance et les...

le 16 juil. 2013

32 j'aime

1

Les Rapaces
Sergent_Pepper
8

Greed is God

L’appellation « naturaliste » n’est généralement pas très heureuse au cinéma, si ce n’est pour plaquer des thèmes apparus au préalable dans la littérature, et adaptés avec plus ou moins de fidélité –...

le 13 oct. 2017

19 j'aime

Les Rapaces
PabloEscrobar
10

Déplumer pour mieux s'envoler

Quand on fait face au somptueux, au grandiloquent, à l'investissement sans limites et à l'ambition suprême, force est de constater que l'œuvre d'une vie devient vite le fléau de tout grands...

le 29 oct. 2023

9 j'aime

5

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ochazuke
10

Eros et Thanatos

(Ne pas lire cette interprétation si le film n'a pas été vu) Je me suis demandé si je pouvais partir sur une interprétation, je ne dirai pas que le film est parfait, les quatre acteurs principaux...

le 9 mars 2012

223 j'aime

63

Les Anges déchus
Ochazuke
10

Critique de Les Anges déchus par Ochazuke

J'aimerais bien... voir plus souvent des films, comme celui-là dont la trame narrative s'estompe au point d'être insignifiante et laisser place à la surprise du contenu, voir plus souvent des films...

le 5 déc. 2011

199 j'aime

28

Gravity
Ochazuke
3

De la pesanteur du vide

Allumant la radio, mardi, sur France Inter, j'ai entendu les louanges d'un film qui serait celui du troisième millénaire, celui qui (enfin !) reléguerait 2001 à sa place : un film qui a crée la...

le 25 oct. 2013

166 j'aime

89