👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Et en plus ça n'a pas pris une ride" concluait l'autre jour quelqu'un rendant un hommage vibrant à "Shichinin no samourai". Toute l'absurdité de ce lieu commun m'a sauté au visage aujourd'hui face au film ressorti presqu'en catimini au coeur de la canicule. Que veut dire cette obsession de la modernité, comme si l'argument définitif pour qu'un film soit bon c'est qu'il pourrait avoir été fait aujourd'hui ? Aurait-on l'idée de dire d'un autoportrait de Rembrandt "ça n'a pas pris une ride" ? Ah ah ah,surtout lui qui se plaisait justement à se rajouter au fil des années toutes celles qui creusaient son visage inexorablement ? Qui donc vieillit sans rides, sinon les morts ?

Or ce film est vivant, étonnement vivant. Il se pourrait même que le personnage principal de cette oeuvre fleuve (3h30) soit le Temps : le temps qu'il faut pour lever une armée, pour fortifier un village, pour aimer, pour oublier, pour devenir un homme, pour apprendre à lutter, pour gagner une bataille (surement la plus longue du cinéma mondial), le temps qu'il faut pour faire un film, et pour le voir, vraiment le voir. (Il me parait évident que Shichinin no samourai est l'exemple type d'un film qu'il serait absurde de regarder chez soi, en trois fois, sur petit écran. Le Temps ne se laisse pas apprivoiser ainsi, il faut qu'il pèse de tout son poids quand il est au coeur d'une oeuvre). En se moquant des conventions et des ellipses, Kurosawa ose l'impensable : construire son récit à l'encontre du suspens. On sait dès la troisième phrase tout ce qu'il va se passer, place au spectacle pur. Plus d'histoire à proprement parler, c'est désormais le regard qui règnera en maître.

A l'instar des assiégés qui scrutent l'horizon dans l'attente de l'attaque, le spectateur doit décoder les gestes et les regards pour s'approcher à pas de loup de tous les secrets que les personnages tentent de surmonter en les taisant. Kurosawa monte son film comme on monte la température sous une casserole pour faire bouillir de l'eau, et la pression est telle qu'il n'est pas étonnant que la dernière bataille ait lieu sous la pluie, comme si le ciel lui-même avait fini par exploser.

La maîtrise incroyable de Kurosawa, qui tient dans une main de fer tous ses personnages, et toutes les micro-histoires qui parsèment cette aventure en huis-clos, en mêlant tragique et bouffonnerie, sens de l'épique et détails quotidiens, ne fait qu'exprimer l'incommensurable confiance que le maître avait dans le cinéma. Si il parait justement très improbable qu'on puisse arriver à un tel degré d'excellence aujourd'hui, je ne crois pas que ça soit la faute à une quelconque dégénérescence des auteurs, mais bien la faute au cinéma lui-même, qui est peut-être arrivé au bout de son histoire. Il est un temps pour vivre, et un temps pour mourir. En héros, sans se plaindre.
Chaiev
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Résumons-nous : Akira Kurosawa, - Le théorème Torpenchaiev, 映画 et Arrête ton cinéma !

il y a 9 ans

202 j'aime

46 commentaires

Les Sept Samouraïs
guyness
9

Les sept s'arment ou raillent

Sept des plus grands -enfin connus- réalisateurs sont réunis dans une salle à la demande de l'association de tous les grands studios que compte la planète. L'enjeu est simple. Réussir le plus beau...

Lire la critique

il y a 9 ans

263 j'aime

65

Les Sept Samouraïs
Chaiev
9

Le temps, et tous les droits

"Et en plus ça n'a pas pris une ride" concluait l'autre jour quelqu'un rendant un hommage vibrant à "Shichinin no samourai". Toute l'absurdité de ce lieu commun m'a sauté au visage aujourd'hui face...

Lire la critique

il y a 9 ans

202 j'aime

46

Les Sept Samouraïs
DjeeVanCleef
10

AKIRA !

Ton monde existe pourtant avant le choc. C’est une certitude. Avec ses murs, ses limites. Il est minuscule, cloisonné, presque vétuste. Tu ne le sais pas encore, mais bientôt s’ouvrira la fenêtre...

Lire la critique

il y a 7 ans

135 j'aime

34

The Grand Budapest Hotel
Chaiev
10

Le coup de grâce

Si la vie était bien faite, Wes Anderson se ferait écraser demain par un bus. Ou bien recevrait sur le crâne une bûche tombée d’on ne sait où qui lui ferait perdre à la fois la mémoire et l’envie de...

Lire la critique

il y a 8 ans

261 j'aime

36

Rashômon
Chaiev
8
Rashômon

Mensonges d'une nuit d'été

Curieusement, ça n'a jamais été la coexistence de toutes ces versions différentes d'un même crime qui m'a toujours frappé dans Rashomon (finalement beaucoup moins troublante que les ambiguïtés des...

Lire la critique

il y a 11 ans

251 j'aime

23

Spring Breakers
Chaiev
5

Une saison en enfer

Est-ce par goût de la contradiction, Harmony, que tes films sont si discordants ? Ton dernier opus, comme d'habitude, grince de toute part. L'accord parfait ne t'intéresse pas, on dirait que tu...

Lire la critique

il y a 9 ans

239 j'aime

74