L'homme n'a jamais été autant un loup pour l'homme qu'aujourd'hui, à partir du moment où l'argent est plus que jamais le nerf de toutes les guerres sociales. Mano de obra est un exemple cinématographique de plus de la lutte des classes, cette fois-ci au Mexique, mais il témoigne aussi de la lutte à l'intérieur des classes, quand les plus pauvres, au-delà d'une solidarité éphémère, n'hésitent pas à trahir leur condisciples selon la loi de l'avidité humaine. Le premier long-métrage de David Zonana a un côté fruste, tant dans sa réalisation que dans un scénario qui ne donne aucune explication superflue. Cela donne un film rythmé mais qui frustre par son peu de goût pour la psychologie, notamment celle de son personnage principal, parfois indéchiffrable dans son comportement et surtout présenté à grands traits, sans approfondissements, dans sa vie hors du travail et de sa famille. Le film se déroule pour la plus grande partie dans l'appartement en construction d'un riche propriétaire dont on ne sait pratiquement rien et dont la disparition est pour le moins mystérieuse. Le scénario se veut radical et factuel mais ce positionnement a quelque chose d'univoque et de monotone dans le sens où le film, privé d'humour et d'un regard social plus élaboré semble ne vouloir atteindre qu'un seul but sans prendre de recul. Mano de obra est certes une démonstration efficace sur un sujet récurrent dans le cinéma latino-américain mais il lui manque cependant un peu d'ampleur et de distance dans son traitement.

Cinephile-doux
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2020

Créée

le 27 août 2020

Critique lue 246 fois

1 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 246 fois

1

D'autres avis sur Mano de obra

Mano de obra
StphaneBlin
6

Critique de Mano de obra par Stéphane Blin

Rude et violente injustice sociale des sociétés fracturées ; on plonge avec eux, le film nous y amène subtilement mais surement au point qu'on puisse en ressentir des sentiments ou des émotions...

le 10 janv. 2022

1 j'aime

Mano de obra
Cinephile-doux
6

La loi des plus pauvres

L'homme n'a jamais été autant un loup pour l'homme qu'aujourd'hui, à partir du moment où l'argent est plus que jamais le nerf de toutes les guerres sociales. Mano de obra est un exemple...

le 27 août 2020

1 j'aime

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13