Attention, cet avis comporte ce genre de spoilers:


c'est quoi ce pays où on fait raboter des jacuzzis sur des murets où les finitions de peinture sont déjà faites?!



Tout le monde se pend à Mexico.



Vendu comme une histoire de vengeance d'un "serviteur" contre le "maître", le film se révèle plus subtil et ambitieux que prévu. Sur le papier du moins. En pratique, les choses se gâtent


Le film dure un peu plus d'1h et paraît durer un peu plus de 2h. Parce que la 1ère partie tourne en rond au regard de la seconde partie, parce que le réal a choisi un dispositif finalement trop voyant: il pose sa caméra et regarde les protagonistes se débattre avec la vie dans des plans fixes. Le procédé est tout à fait justifié puisqu'il souhaite tenir ses personnages à distance et mettre en avant leur impuissance face aux injustices subies. Ça fonctionne très bien... jusqu'à un certain point.



Brutalisme



Ce dispositif permet au réal de brosser en quelques scènes une vision terrifiante de la lutte de classe et finalement


du délitement de tous les rapports humains, quand l'argent devient le seul dénominateur commun



  • ce que Parasite, en tant que farce à peu près grand public, ne faisait pas. De ce point de vue, le film est implacable.
    Dans sa seconde partie, le réal change de braquet et se lance dans l'exploration d'une expérience


    socialiste


    qui relance le film de façon enthousiasmante.



Mais à force de rester extérieur aux motivations d'un personnage trop principal, le film nous laisse en vrac avec trop de questions en suspens.


On a peut-être vu quelque chose ou son contraire.


C'est drôlement commode et un peu paresseux pour


ménager un effet de manche final.


Du coup, j'aurai oublié ce film dans 3 semaines. Il vaut quand même le détour en salle.Et vivement le remake Sud-Coréen.

Dandure
7
Écrit par

Créée

le 23 août 2020

Critique lue 389 fois

2 j'aime

Dandure

Écrit par

Critique lue 389 fois

2

D'autres avis sur Mano de obra

Mano de obra
StphaneBlin
6

Critique de Mano de obra par Stéphane Blin

Rude et violente injustice sociale des sociétés fracturées ; on plonge avec eux, le film nous y amène subtilement mais surement au point qu'on puisse en ressentir des sentiments ou des émotions...

le 10 janv. 2022

1 j'aime

Mano de obra
Cinephile-doux
6

La loi des plus pauvres

L'homme n'a jamais été autant un loup pour l'homme qu'aujourd'hui, à partir du moment où l'argent est plus que jamais le nerf de toutes les guerres sociales. Mano de obra est un exemple...

le 27 août 2020

1 j'aime

Du même critique

Antebellum
Dandure
3

Un titre en latin ne rend pas un film intelligent

Attention, ce spoiler comporte ce genre d'avis: s'il y a un sujet qui n'est pas abordé par Antebellum, c'est bien le racisme. Et j'ai rarement vu des "scares" faire aussi peu "jump". Ici, je raconte...

le 11 sept. 2020

19 j'aime

7