Je suis faible, terriblement faible. Non mais si, c’est vrai, je vous jure.
Comment ai-je pu oser partir avec des préjugés ? Un film d’horreur français réputé choc, ça va forcément être moyen, de toute façon Irréversible ne m’a déjà pas convaincu.

MÉGA TORGNOLE DANS MA GUEULE.

Le début me donne raison, c’est quelconque, Laugier fait preuve de goût quasi-tarantinesque en matière d’hémoglobine, ça gicle dans tous les sens, hectolitre par hectolitre avec le talent en moins. Un film d’horreur lambda quoi, pas exceptionnel.

Puis l’intrigue devient intéressante et le gore laisse sa place au malsain, à l’impensable dans la mesure de la sainteté de notre esprit. Promesse tenue, émotifs prévenus, le choc est cru. Le malaise prend, vous raidit et votre bon sens s’efforce de vous rappeler que ce n’est qu’un film, ce ne sont que vingt-quatre instants figés qui s’abattent fatalement à la seconde.

Mais il est quelque part minimaliste de causer d’une telle futilité que le choc provoqué par l’image et le son car ce que j’ai ressenti, le glaçage instantané de mes cinq litres de sang, est intervenu à la toute fin de l’œuvre. La violence visuel et sonore est extrême mais le propos slalome dans des sommets jusqu’ici inconnus de ma personne tant il est brutal, là où ma balade quotidienne intérieure ne m’avait jamais emmené. La mise en scène prend tout son sens et même si le fond n’est pas évident et peut – je le conçois – agacer, le combat de Pascal Laugier pour que son travail puisse sortir au cinéma apparait comme étant un mal pour un bien.

On aime ou on déteste. Personnellement, j’ai tout bonnement été bousculé dans mon amour propre et ma conception de la violence. Martyrs marque l’Histoire du cinéma d’horreur et laisse une emprunte profonde dans le IIIème millénaire pour peu que l’on reste bien accroché en plantant les ongles.

De tout cœur, bon courage.
Deleuze
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'horreur et Les meilleurs films coup de poing

Le 16 décembre 2013

103 j'aime

11 commentaires

Martyrs
Ezhaac
9
Martyrs

Expérience traumatique

Peu de films ont su me retourner comme l'a fait Martyrs. Je vais éluder le débat stérile sur la légitimité du thème de la torture au cinéma et partir du postulat que la vocation première du film...

Lire la critique

il y a 12 ans

82 j'aime

4

Martyrs
Plug_In_Papa
5
Martyrs

Martyrs larigot

Difficile d'évoquer Martyrs sans parler de sa distribution en salle plutôt houleuse. Interdiction au moins de 18 ans mettant en péril l'étendu du réseau de salle enclin à distribuer le film, report...

Lire la critique

il y a 12 ans

64 j'aime

8

Martyrs
Spoof
9
Martyrs

Martyrs

Martyrs n'est pas un film facile. Loin de l'image de film opportuniste et voyeur auquel on pourrait le coller comme la plupart des torture-flicks aujourd'hui, le film de Laugier est probablement l'un...

Lire la critique

il y a 12 ans

55 j'aime

9

Raging Bull
Deleuze
9
Raging Bull

Lettre ouverte

Papy, J'aurais tant aimé voir ce film en ta compagnie. Voir De Niro, exposant son art, évoluer dans le monde de la boxe, ce monde d'hommes misogynes au possible où la virilité est de mise. Observer...

Lire la critique

il y a 9 ans

122 j'aime

22

Martyrs
Deleuze
8
Martyrs

Témoins

Je suis faible, terriblement faible. Non mais si, c’est vrai, je vous jure. Comment ai-je pu oser partir avec des préjugés ? Un film d’horreur français réputé choc, ça va forcément être moyen, de...

Lire la critique

il y a 8 ans

103 j'aime

11

La Ligne rouge
Deleuze
8

Soldats, quel est votre métier ?

2 jours, 2 films. Les moissons du ciel hier, La ligne rouge aujourd’hui. Hier, j’étais admiratif, aujourd’hui je le suis toujours. Admiratif devant cette façon qu’a Terrence Malick de filmer la...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

16