👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Mean Streets est le film fondateur de Martin Scorsese.

C'est le premier d'une série assez imparable, un âge d'or qui culminera avec "Les affranchis" et déclinera très rapidement, à partir de Casino (qui marque pour la première fois l'application de recettes).
Depuis, ce sont au mieux des films honnêtes (Les infiltrés ? (mais ce n'est qu'un remake) - Aviator ?- Shutter Island ?-) au pire de sombres ratages d'autant moins pardonnables que prétentieux (Gangs of New York - Kundum - A tombeau ouvert -).

Avant Mean Streets, Martin, encore jeune étudiant en cinéma, se cherche et ses films, loin d'être désagréables, n'ont pas encore la portée visionnaire de sa grande période (Bertha Boxcar, ou "Alice n'est plus ici" qui, s'il a été réalisé juste après, pourrait se placer dans cette liste).

Mean Streets, donc.
Tout ce qui va faire la grandeur de Scorsese, pendant un peu plus de 15 ans est ici présent.
Le thème de la rue, de ses malfrats, de la pègre, son amitié longue avec ceux qui deviendront ses acteurs fétiches, Robert De Niro, Harvey Keitel en tête. Ensemble, ils vont s'embarquer dans une aventure qui marquera l'histoire du cinéma américain.

Il faut bien entendu voir et revoir ce Mean Streets séminal (hop ! Salut les Inrocks ! :o) édifiant à plus d'un titre. Plus d'ailleurs que l'histoire qu'il nous raconte, ce film porte en lui nombre de fulgurances dont Scorsese sera capable, voir coutumier, par la suite. Taxi Driver n'est déjà pas loin.

Mais ma scène fétiche restera à tout jamais celle du "ricochet biscuit", première fois (pour moi en tout cas) où l'on voyait à l'écran ce procédé de la caméra fixée au buste de son personnage, soulignant son aspect totalement imbibé et éméché. Le fil de ce (petit) plan séquence nous amenant à suivre un Keitel d'abord joyeux et convivial jusqu'à son évanouissement inévitable est tout à la fois révolutionnaire et magnifique.
Et puis la chanson qui accompagne l'ensemble n'est rien de moins que géniale.

"The other day I had a ricochet biscuit. Well that's a kind a biscuit that suppose to bounce off the wall back in your mouth. If it don't bounce back....you go hungry !"
http://www.youtube.com/watch?v=FQz32DByt5U

Il n'y a que des bonnes raisons de voir, revoir et redevoir Mean Streeets.
Thank's Martin !
Mean Streets
Gand-Alf
5
Mean Streets

Little Italy.

Après une poignée de courts-métrages, un premier film quasi-amateur et un passage obligé par la case Roger Corman, Martin Scorsese signait son premier film marquant, "Mean Streets", vaguement inspiré...

Lire la critique

il y a 9 ans

72 j'aime

7

Mean Streets
Docteur_Jivago
8
Mean Streets

Jumpin' Jack Flash

You don't make up for your sins in church. You do it in the streets. You do it at home. The rest is bullshit and you know it. C'est par cette affirmation que Martin Scorsese lance Mean...

Lire la critique

il y a 6 ans

60 j'aime

2

Mean Streets
guyness
8
Mean Streets

L'école de la rue

Mean Streets est le film fondateur de Martin Scorsese. C'est le premier d'une série assez imparable, un âge d'or qui culminera avec "Les affranchis" et déclinera très rapidement, à partir de Casino...

Lire la critique

il y a 11 ans

52 j'aime

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

310 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141