Du film noir traditionnel, il ne reste au final, dans Memories of Murder, qu’un sujet ; un pessimisme ; et puis quelques codes déjoués, qui résonnent comme une moquerie, sardonique mais sotte.

Ses tristes héros, ripou empoté ou jeune premier, entrent dans une tragédie sans armes, dépouillés de tout ce que le film noir leur attribue, généralement, de romantique ; l’éternel cynisme ne leur offre pas sa distance comme refuge, l’expérience blasée ne les prépare pas, et les deux hommes embrassent tout entier la douleur d’une enquête qui les poursuivra à jamais.
Memories of Murder tire toute sa beauté de ce terrible déclin, depuis la naïveté des hommes, leur pureté bonhomme, même bête, même méchante, jusqu’à la cicatrice irrémédiable que le doute, l’impuissance — d’autant plus éreintante que sa résolution est proche — va laisser de profond.

La valeur toute subjective accordée à l’enquête — et sa résolution — est intensifiée par l’étroitesse du groupe qui se la partage. De même que le film, à travers sa société, dévalue l’importance de ces hommes, il dévalue l’importance de leur travail ; jamais des policiers n’ont eu si peu d’autorité, jamais de scènes de crimes n’ont été si peu respectées. Les enquêteurs, au-delà des difficultés inhérentes à l’investigation, doivent essuyer les bévues comiques d’une société insouciante, alors loin de leur accorder la cérémonieuse attention dont ils sont entourés aujourd’hui.
Mais les autres ne sont pas les seuls fautifs. La police elle-même est la première à sous-estimer l’enquête. Les hommes paieront aussi pour leur propre bêtise, et ils causeront leur plus importante perte : la mort de leur seul témoin. Son tortionnaire aura son sang sur les mains. Bong le filme littéralement.

Esseulés, dépassés, tant moralement que techniquement, les investigateurs se maintiennent à la surface grâce à plusieurs pistes amenés aux bons moments. La résolution de l’enquête se rapproche de minute en minute sans jamais être atteinte. Les hommes doivent lâcher prise et n’y arriveront jamais complètement : en témoigne la fin, magnifique et tragique coup du sort, qui malgré les années écoulées rappelle encore douloureusement à quel point ils étaient proche de la vérité.
Vincent_Liveira
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les enquêtes d'une vie et Top 10 Films

Créée

le 13 avr. 2014

Critique lue 490 fois

8 j'aime

6 commentaires

Critique lue 490 fois

8
6

D'autres avis sur Memories of Murder

Memories of Murder
Nushku
9

Thriller aigre-doux

Memories of Murder n'est pas monolithique. Il est certes en premier lieu un polar captivant au rythme parfaitement construit sur la traque d'un serial-killer mais il est aussi fait d'antagonismes...

le 4 mars 2011

214 j'aime

6

Memories of Murder
guyness
9

Corée graphique

Je ne sais pas pourquoi, le cinéma asiatique m'a toujours laissé froid (1). La preuve: côté nippon, je n'aime que Kurosawa et Miyazaki. Les chinois m'ennuient, les films HK me plongent dans une...

le 5 janv. 2013

170 j'aime

21

Memories of Murder
Gothic
10

Lettre triste

[SPOILER ALERT / ALERTE GACHAGE] Le détective Park Doo-Man me fait rire, il est si maladroit. Et puis il me peine, aussi. Etre désespéré d'attraper un homme au point de falsifier des preuves, de...

le 6 juil. 2014

145 j'aime

43

Du même critique

Le Regard d'Ulysse
Vincent_Liveira
10

Un Regard Prisonnier

Ulysse, à son retour, ne retrouve des Balkans que l’essoufflement de la guerre ; mélancoliques régions dans l’ombre des ruines ; dans le silence des rues désertes, comme celui des peuples, usés et...

le 25 avr. 2015

8 j'aime

3

Memories of Murder
Vincent_Liveira
10

L'enquête d'une vie

Du film noir traditionnel, il ne reste au final, dans Memories of Murder, qu’un sujet ; un pessimisme ; et puis quelques codes déjoués, qui résonnent comme une moquerie, sardonique mais sotte. Ses...

le 13 avr. 2014

8 j'aime

6