Au-delà de sa fameuse réflexion dualiste — de la légèreté, de la pesanteur — le roman éblouit d’abord par la précision des sentiments. Une précision d’une justesse bouleversante puisque de celles qui se heurtent aux limites de la condition humaine ; qui apportent ce qu’il faut d’amertume à un texte, flanqué dès lors d’un arrière-goût de mélancolie.
Les personnages, de qui la nature factice est judicieusement assumée, se construisent au travers d’une psychologie particulièrement riche — elle aussi factice — d’une tenue irréprochable, et d’une évolution remarquable ; toujours mis en lumière à travers les concepts premiers de légèreté et de pesanteur. Kundera concède ainsi un travail de fiction de l’esprit, qui finalement, par toute les vérités qu’elle entraîne, n’aura d’irréel que la clairvoyance psychanalytique dont chaque personnage fait preuve sur lui-même.

Tereza, Tomas, Sabina, Franz, se font finalement office de grandes figures, diverses, personnelles et universelles ; et cette distanciation des êtres sur eux-mêmes, c’est encore ce qui rend le roman si beau, par ce qu’il installe d’ironique. De l’esprit naît l’intrigue : ce que l’amour a de raté ne l’a que parce que chacun aime différemment — et c’est le drame et la réussite du roman : l’inconciliable association des êtres. Ainsi les personnages ne réussiront jamais à se trouver, et même Tereza et Tomas, réunis dans le couple, se ratent dans l’amour. La fatalité qui les foudroie deviendra en ce sens une félicité ; car elle les embrasse dans un unique moment d’allégresse, prolongeant celui-ci dans l’éternité.

Ce travail de fiction par l’esprit, il faut encore le voir dans la construction fascinante d’un texte qui ne trouve comme cheminement que celui de la réflexion et de la pensée. Le temps et la chronologie se dispersent, et dispersent avec eux le roman dans cette intemporalité nuageuse — qui préserve son contexte, très important, du Printemps de Prague et de l’invasion russe — d’une beauté qui n’a d’égal que le sentiment d’absolu qui s’en dégage. Aussi, il s’agit de jouer avec de grandes vérités, de grands concepts, par un jeu d’échelle vertigineux : des profondeurs de la conscience — comme de l’inconscient — jusqu’aux réflexions sur les peuples, sur la politique, à l’instar de cette méditation sur le kitsch, qui, pour Tereza, alimentera tant d'observations sociétales que personnelles.

Un roman magnanime, une grande œuvre, à la fois si vaste et si synthétique sur l'existence humaine qu’il en devient difficile de saisir l'étendue du travail fourni ou du génie de Kundera.
Vincent_Liveira
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 7 octobre 2014

7 j'aime

L'Insoutenable Légèreté de l'être
Rawi
8

Ne pouvoir vivre qu'une vie, c'est comme ne pas vivre du tout !

Tereza et Tomas ! J'ai lu ce roman plusieurs fois. A chaque fois je l'aime un peu plus. J'ai vu l'adaptation, pas si mal, même si elle met de côté tout un pan de la réflexion abordée dans le roman...

Par

il y a 9 ans

56 j'aime

7

L'Insoutenable Légèreté de l'être
Babalou
10

"Alors, que choisir ? La pesanteur ou la légèreté ?"

L'insoutenable légèreté de l'être, c'est d'abord un titre magnifique, pour lequel on aurait seul envie de lire ce livre. Puis c'est l'histoire d'hommes et de femmes pris dans la Vie, traçant leur...

il y a 11 ans

45 j'aime

3

L'Insoutenable Légèreté de l'être
About
5

Critique de L'Insoutenable Légèreté de l'être par About

Rien de très abstrus dans l'Insoutenable légèreté de l'être, juste des dynamiques desquelles il faut bien revoir la pertinence à la baisse. Pour récapituler le procédé, deux plateaux d'une balance...

il y a 11 ans

28 j'aime

8

Memories of Murder
Vincent_Liveira
10

L'enquête d'une vie

Du film noir traditionnel, il ne reste au final, dans Memories of Murder, qu’un sujet ; un pessimisme ; et puis quelques codes déjoués, qui résonnent comme une moquerie, sardonique mais sotte. Ses...

il y a 9 ans

8 j'aime

6

Le Regard d'Ulysse
Vincent_Liveira
10

Un Regard Prisonnier

Ulysse, à son retour, ne retrouve des Balkans que l’essoufflement de la guerre ; mélancoliques régions dans l’ombre des ruines ; dans le silence des rues désertes, comme celui des peuples, usés et...

il y a 8 ans

7 j'aime

3

L'Insoutenable Légèreté de l'être
Vincent_Liveira
10

L'inconciliable association des êtres

Au-delà de sa fameuse réflexion dualiste — de la légèreté, de la pesanteur — le roman éblouit d’abord par la précision des sentiments. Une précision d’une justesse bouleversante puisque de celles qui...

il y a 8 ans

7 j'aime