Mes frères et moi, le premier long-métrage de Yohan Manca, présenté à Un certain regard à Cannes, est une bonne surprise, pour peu que l'on n'ait pas eu l'opportunité de voir ses trois courts. Ce film, qui raconte le quotidien de 4 frères, à travers les yeux du cadet, décrit les embrouilles et les magouilles pour survivre dans un quartier populaire, avec un tropisme méditerranéen très prononcé, le film se déroulant pendant l'été avec la plage et les jeux de ballon à proximité. Mais Mes frères et moi a aussi un autre versant, qui fait son originalité, dans une version assez lointaine de Billy Elliott où la musique classique remplace la danse. C'est ce contraste entre l'univers fraternel qui se meut entre frictions et solidarité et l'épanouissement du jeune héros par l'entremise d'une professeure, chanteuse lyrique de profession, qui fait tout le prix du film qui sait assez bien court-circuiter tous les clichés par la grâce d'un scénario vif, bien écrit avec des moments très drôles et une mise en scène sans chichis mais chaleureuse et bienveillante. La musique adoucit le quartier et son protagoniste principal et il est autorisé d'avoir des frissons quand La Traviata résonne. Aux côtés de comédiens qui fleurent bon l'authenticité, Judith Chemla, dont on ne dira jamais assez le grand talent, trouve la note juste et sublime ce "petit" film dont la simplicité n'est pas synonyme de pauvreté, bien au contraire.

Cinephile-doux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2022

Créée

le 16 juil. 2021

Critique lue 2.7K fois

16 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 2.7K fois

16

D'autres avis sur Mes frères et moi

Mes frères et moi
Cinephile-doux
7

La musique adoucit le quartier

Mes frères et moi, le premier long-métrage de Yohan Manca, présenté à Un certain regard à Cannes, est une bonne surprise, pour peu que l'on n'ait pas eu l'opportunité de voir ses trois courts. Ce...

le 16 juil. 2021

16 j'aime

Mes frères et moi
Trilaw
8

Fratrie sensationnelle

Il apparaît que l’on ressort du film avec davantage d’allocentrisme pour ces vies détériorées, qui sont sans échappatoire. Ce métrage éclairé et éblouissant évite splendidement les poncifs pour mieux...

le 10 mai 2022

7 j'aime

Mes frères et moi
MassilNanouche
8

Survie en Quartier Mineur

Nour a 14 ans. Dans son quartier populaire au bord de la mer, son été rythmé par les mésaventures de ses grands frères, la maladie de sa mère et des travaux d'intérêt général. Il fait la rencontre...

le 2 janv. 2022

7 j'aime

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13