Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Mort ou vif
6.3
Mort ou vif

Film de Sam Raimi (1995)

Une jeune femme (Sharon Stone, sublime) se rend à un concours de tir organisé dans la ville tenue par le bandit (Gene Hackman) qui a autrefois tué son père (Gary Sinise) sous ses yeux, avec la ferme intention de se venger.


Il est permis de trouver que, sur le papier, le scénario du film de Raimi semble le plus basique du monde. Le problème, c’est qu’à l’écran, il l’apparaît tout autant. Non qu’on en veuille au scénario d’être simple, les plus grands westerns, d’Il était une fois dans l’Ouest à Hostiles, ont toujours eu un scénario de la plus grande simplicité. Seulement, simplicité n’est pas simplisme, et c’est ce que Raimi semble oublier ici.
Ce simplisme se manifeste notamment au travers de personnages qui, non contents d’être d’un outrancier manichéisme, se caractérisent par une absence totale de profondeur. Dénué de toute psychologie autant que de subtilité (pourquoi diable Raimi se croit-il obligé de souligner tous ses effets au stabilo épais ?), Mort ou vif semble avoir pour seul but de nous convaincre que ses scénaristes n’ont jamais su capter l’essence du western. Là où toutes les grandes œuvres du genre ont toujours eu pour visée de nous faire réfléchir sur la dualité entre le bien et le mal, sur l’effacement de la frontière entre les deux, sur la nature humaine, etc., ici, rien de tout ça. On est là pour regarder d’insupportables vantards se tirer les uns sur les autres, et… c’est tout.
Que Raimi ait pour but de faire un pastiche ne change rien au ratage de son film : Mort ou vif échoue à faire passer quoi que ce soit, et certainement pas un hommage au western. D’autant que le pastiche n’exclut pas une vraie originalité (que l’on revoie le merveilleux Lone Ranger). Ici, il faudrait n’avoir jamais mis le nez dans un Lucky Luke pour trouver la moindre originalité aux péripéties ou aux personnages, tandis que des dialogues terriblement fadasses achèvent de faire sombrer le film de Raimi dans les limbes de l’oubli.
Par pur souci d’honnêteté, on signalera tout de même une belle photographie de Dante Spinotti qui, quoique charcutée par un montage à la limite du scandaleux, réussit à créer bon nombre de plans iconiques, une bande originale d’Alan Silvestri qui, à défaut d’être inventive, réussit (elle) à nous proposer un excellent pastiche d’Ennio Morricone, et un duo Sharon Stone-Russell Crowe très convaincant (même si Stone impressionne davantage par son physique que par son jeu). A eux seuls, ces quelques éléments réussissent à relever la sauce pour éviter à Mort ou vif de franchir la limite du navet.
Reste qu’en refusant d’emprunter la voie de la franche comédie, le film de Raimi échoue totalement dans sa fonction de pastiche, basculant du côté de la parodie involontaire. Fort heureusement, il ne restait plus longtemps à attendre pour que Gore Verbinski vienne enfin nous livrer la recette du véritable pastiche...

Tonto
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films avec Russell Crowe et Les meilleurs films de 1995

Créée

le 14 juil. 2018

Critique lue 1.6K fois

14 j'aime

7 commentaires

Tonto

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

14
7

D'autres avis sur Mort ou vif

Mort ou vif
Ugly
8

Festival de duels et clins d'oeil

Sam Raimi, le génie de la trilogie Evil Dead et des Spiderman, redynamise le western à sa façon avec ce pastiche épatant, car il s'agit bien plus d'une parodie habile et réussie qu'un vrai western...

Par

le 17 juil. 2016

36 j'aime

18

Mort ou vif
Hawk
8

Le Western selon Sam Raimi

Beaucoup de personnes boudent ce film réalisé par Sam Raimi dont la mesure où il n'est pas dans son domaine de prédilection : le fantastique. Au contraire, je trouve intéressant qu’un réalisateur...

Par

le 13 nov. 2015

28 j'aime

16

Mort ou vif
LeTigre
9

Les femmes tirent comme des nouilles.

Ellen, une ravissante et respectable étrangère, débarque à la ville de Rédemption où un tournoi de duels est organisé chaque année. Herold, le maître tyrannique et souffre-douleur de...

le 25 mars 2017

24 j'aime

2

Du même critique

Solo - A Star Wars Story
Tonto
8

Mémoires d'un Han

Dans les méandres de la planète Corellia, où la population a été asservie aux ordres de l’Aube écarlate, organisation au service de l’Empire, un jeune homme, Han (Alden Ehrenreich) tente de s’évader...

le 24 mai 2018

79 j'aime

32

Hostiles
Tonto
9

La fantastique chevauchée

1892, Nouveau-Mexique. Vétéran respecté de l’armée américaine, le capitaine Joseph Blocker (Christian Bale) se voit donner l’ordre de raccompagner le chef cheyenne Yellow Hawk (Wes Studi), en train...

le 20 mars 2018

78 j'aime

15