NEVADA : the poor lonesome cowboy en tenue orange

Voila un beau sujet ! l'homme emprisonné qui reprend gout à la vie et aux relations affectives en dressant un cheval sauvage, capturé et enfermé comme lui, qui se cabre et refuse la clôture comme lui...Hélas, encore aurait-il fallu qu'un scenario digne de ce nom enrobe ce sujet. LAS, il n'en est rien, le déroulé du film oscille entre le documentaire et la série télévisée. Hormis un plan génial au début ou l'on voit la silhouette de l'homme en orange se refléter dans l’œil craintif du cheval , une Belle séquence de capture des chevaux et les paysages somptueux du Nevada.Tout est sans surprise. Puis, ici et là comme un rebus quelques scènes censées donner de l'humanité et de l’épaisseur à ce colosse énigmatique qu'interprète (avec un minimum d'expression) le très monolithique Matthias Schoenardt...il est violent, taiseux, pas très attachant..Et les scènes tardives ou il se répand en profusion lacrymales repenties face à sa fille, sont trop mal amenées pour provoquer l’émotion..Dommage, on ne demandait pas mieux que d’être en empathie avec ce personnage...Il faut croire que c'est démodé et que de peur de sombrer dans le Mélodrame, les réalisateurs et les acteurs ne jugent plus utile de conduire le spectateurs dans les zones du sensible.On en ressort en se disant que ce programme de réinsertion des détenus est bien intéressant mais on est davantage touchés par les photos des véritables duos (cavalier et cheval) du générique que par ce laborieux récit de fiction.

LADYA
6
Écrit par

Créée

le 19 juin 2019

Critique lue 521 fois

4 j'aime

LADYA

Écrit par

Critique lue 521 fois

4

D'autres avis sur Nevada

Nevada
lhomme-grenouille
5

Quand la muse tangue…

Je ne vois pas. Non, je ne vois pas où voulait en venir Laure de Clermont-Tonnerre avec ce « Nevada ». Pour le sujet, ça va, c’est clair. Un homme en quête de rédemption trouve une voie de sortie...

le 25 juin 2019

11 j'aime

2

Nevada
limma
6

Critique de Nevada par limma

Laure De Clermont-Tonnerre aime-t-elle les chevaux ? non pas tant pour en avoir fait des personnalités si facilement domptables, mais en ne sachant malheureusement pas comment les filmer, ni...

le 25 oct. 2019

10 j'aime

1

Nevada
Cinephile-doux
7

Remède de cheval

Belle aventure que celle de l'actrice française Laure de Clermont-Tonnerre qui réalise son rêve américain, avec son premier long-métrage, Nevada, parrainé par M. Robert Redford, pas moins. Il est...

le 23 juin 2019

8 j'aime

Du même critique

Edmond
LADYA
5

EDMOND : Les Grosses Ficelles et l'éloge du Factice.

Nous ne ferons pas un procès en originalité à ce film, même si écrire sur la genèse imaginaire d'un chef-d’œuvre est un mode de mise en abyme assez fréquent (on pense à Shakespeare in Love qui était...

le 11 janv. 2019

37 j'aime

3

L'Empereur de Paris
LADYA
5

Vidocq anti-heros sans panache ni auréole..

Malgré les décors fastueux et la reconstitution historique soignée du Paris sous le premier empire, malgré des scènes d'action musclées et sanglantes, malgré l'itinéraire du héros voyou devenu...

le 21 déc. 2018

22 j'aime

1

L'Heure de la sortie
LADYA
5

L'Heure de la Sortie : une série de fausses pistes..

Qu'est-ce que c'est que ce film ? Un objet atypique à n'en pas douter, qui mélange les genres, (psychologiques, suspense et science fiction..) Est-ce réussi ? Pas vraiment raté, mais il laisse un...

le 29 janv. 2019

21 j'aime

1