Bof bof. Je me disais que c'était filmé comme un film social européen chiant et je vois que c'est une réalisatrice française, héhé.


L'intrigue n'est pas très développée, il ne se passe pratiquement rien tout du long si ce n'est quelques péripéties très prévisibles ; le déroulement est assez convenu, sans surprise (en fait ce qui est surprenant c'est de délivré un film si convenu). C'est très dommage car l'idée de base, l'univers proposé est franchement intéressant... L'on regrette aussi que certains thèmes ne soient pas abordés : ces types qui dressent leurs chevaux avec bonheur et fierté, on ne nous montre pas la tristesse qu'ils peuvent avoir à les quitter de la sorte ! Surtout que c'est pour servir à des policiers, par une carrière sans danger !


La mise en scène sauve un peu les pots : la photographie est plaisante, le découpage est correct. Le montage est bien trop lent, trop mou, on y accentue toutes les longueurs du scénario. Le casting est correct, on appréciera surtout la performance de Schoenaerts dont le charisme déborde toujours plus à chaque nouveau film. La musique est convenue.


Bref, y fallait le retravailler ce film.

Fatpooper
4
Écrit par

Créée

le 4 janv. 2020

Critique lue 338 fois

2 j'aime

6 commentaires

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 338 fois

2
6

D'autres avis sur Nevada

Nevada
lhomme-grenouille
5

Quand la muse tangue…

Je ne vois pas. Non, je ne vois pas où voulait en venir Laure de Clermont-Tonnerre avec ce « Nevada ». Pour le sujet, ça va, c’est clair. Un homme en quête de rédemption trouve une voie de sortie...

le 25 juin 2019

11 j'aime

2

Nevada
limma
6

Critique de Nevada par limma

Laure De Clermont-Tonnerre aime-t-elle les chevaux ? non pas tant pour en avoir fait des personnalités si facilement domptables, mais en ne sachant malheureusement pas comment les filmer, ni...

le 25 oct. 2019

10 j'aime

1

Nevada
Cinephile-doux
7

Remède de cheval

Belle aventure que celle de l'actrice française Laure de Clermont-Tonnerre qui réalise son rêve américain, avec son premier long-métrage, Nevada, parrainé par M. Robert Redford, pas moins. Il est...

le 23 juin 2019

8 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

117 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

105 j'aime

55