Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

John Cassevetes, j'ai un peu de mal. Pourtant y a toujours des choses qui me plaisent dans ses films. Mis je ne m'avoue pas vaincu, je verrai ses films que je n'ai pas encore vu.

Le scénario m'a paru assez chaotique. Ce qui en soi renforce les thèmes du film. Il n'empêche qu'au final, on ne suit pas l'évolution de l'héroïne qui se contente d'aller de plus en plus mal sans qu'on puisse réellement la comprendre ; en fait, au-delà du tourment apparent et de quelques idées narratives fort sympathiques (le double, le fantôme), le personnage ne nous est jamais délivré, il apparaît comme inaccessible et donc... pas si construit que ça. Fâchée un jour, bourrée un autre. Les objectifs sont plus ou moins là, les conflits aussi, mais les résolutions sont bien trop faciles, en témoigne ce happy ending final qui 'a paru tellement inapproprié. On manque de repères aussi : on ne nous montre jamais vraiment la scène parfaite, dès le début, quelque chose cloche. Dès lors, il est difficile de vraiment comprendre de soi-même quand l'héroïne est hors sujet ou pas ; l'auteur doit alors se raccrocher aux réactions des autres personnages, et là seulement on comprend.

C'est vraiment dommage parce qu'il y a de bonnes choses. Par exemple ce flou entre le rêve et la réalité, la représentation fidèle et l'improvisation. Mais ça ne me paraît au final que traité superficiellement, juste pour l'effet, et non pas pour approfondir quoi que ce soit. Je pense aussi que ce film a dû influencer David Lynch.

La mise en scène est franchement sympathique. De chouettes séquences, une caméra toujours proche des comédiens qui se donnent à fond dans leur rôle. C'est très beau à regarder, et certaines scènes sont très fortes au niveau de l'émotion plus grâce à la performance des acteurs que par l'écriture du scénario. John joue bien aussi de l'ambiguïté lors du passage du rêve à la réalité.

Bref, pas inintéressant, mais le scénario m'a paru manquer de structure et trop facile à plusieurs moments.
Fatpooper
5
Écrit par

Créée

le 22 mars 2015

Critique lue 900 fois

11 j'aime

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 900 fois

11

D'autres avis sur Opening Night

Opening Night
Sergent_Pepper
8

Une femme sans influences

Quelque soit son sujet, Cassavetes ne déroge jamais, au fil de sa filmographie, à une ambition de plus en plus précise : celle d’un portrait obsessionnel. Alors que ses premiers films s’attachaient...

le 17 mai 2015

41 j'aime

Opening Night
EIA
10

Miroir, miroir ( critique fleuve)

AVEC DU SPOIL DEDANS Un film qui m'a intéressée sur plusieurs points. Une réflexion sur la condition d'actrice, d'abord. Il n'est pas facile de vieillir quand on est une femme. Il l'est encore moins...

Par

le 13 juil. 2013

28 j'aime

20

Opening Night
Fatpooper
5

Un égo gros comme ça

John Cassevetes, j'ai un peu de mal. Pourtant y a toujours des choses qui me plaisent dans ses films. Mis je ne m'avoue pas vaincu, je verrai ses films que je n'ai pas encore vu. Le scénario m'a paru...

le 22 mars 2015

11 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55