👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'apprécie le cinéma de Christophe Honoré en général mais je reconnais que sur ce coup-là c'est bien la curiosité qui m'a poussé à aller voir son dernier film. Ayant appris que l'histoire, très largement autobiographique, se déroulait en partie à Rennes au début des années 90, c'est en tant qu'ancien étudiant rennais de cette même période que je m'installais confortablement dans les fauteuils du cinéma du TNB comme Marty McFly dans sa machine à remonter le temps : en route vers le passé !
Bien m'en a pris.
D'abord parce que le film est d'une très grande justesse cinématographique tant dans la mise en scène que dans la direction d'acteur, Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps et Denis Podalydès (parfait en contre emploi) donnant le meilleur d'eux-mêmes. Bien qu'abordant très directement la question du SIDA au travers du personnage de Jacques, le film ne tombe jamais dans le pathos, au contraire même : légèreté, humour et lumières estivales habitent le film. On rit beaucoup, autant que l'on s"émeut, dans des scènes d'une belle authenticité.

Mais je dois surtout à cette séance, le plaisir inédit d'une situation où fiction et réalité se sont entrecroisées de façon particulièrement troublante. Je guettais en effet depuis le début de l'histoire toute image se rapportant à notre capitale bretonne, intrigué par la façon dont Christophe Honoré avait reconstitué la Rennes des années 90. Ce jeune Arthur bien que très différent de ce que j'avais pu être comme étudiant, n'en était pas moins une sorte d'alter égo, une sorte de double projeté dans l'espace temps. Je l'observais donc avec cette curiosité mi-sévère, mi-indulgente que l'on peut porter sur son propre passé. Et voilà qu'à la 20ème minute du film environ, à l'occasion d'une scène de nuit, le personnage de Jacques apparait dans la rue St Hélier et s'approche...du TNB (Théâtre National de Bretagne). Frissons dans la salle, c'est le bâtiment où nous nous trouvons, là, en ce moment même à regarder le film ! Puis on le voit entrer dans le bâtiment. Puis grimper ces escaliers si familiers, ceux-là mêmes que nous avons empruntés quelques minutes plus tôt. Et contre toute attente, le voici qui entre dans la grande salle sur l'écran de laquelle un film est en cours de projection... Moment incongru où l'espace du cinéma rejoint celui du spectateur. Pensée fugace pour Mia Farrow dans la Rose Pourpre du Caire qui voyait son héros lui parler depuis l'écran. et douter de la réalité. Même sentiment d'étonnante étrangeté. Mise en abyme vertigineuse qui valut à la plupart des spectateurs de se retourner pour vérifier que Pierredeladonchamps ne se tenait pas là, derrière nous, prêt à s’installer dans un fauteuil.
La magie du cinéma !

Histoire/scénario : 8/10
Personnages/interprétation : 9/10
Mise en scène/réalisation : 8/10

8.5/10

Plaire, aimer et courir vite
takeshi29
9

J'aime leurs petites chansons (d'amour) même s'ils passent pour des cons...

Pour ceux qui comme moi aiment "les gens qui doutent, ceux qui disent et qui se contredisent, et sans se dénoncer" Oui je comprends qu'on puisse reprocher des tonnes de choses à Honoré, que ce...

Lire la critique

il y a 4 ans

43 j'aime

13

Plaire, aimer et courir vite
seb2046
8

Jacques et le garçon formidable...

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE (17,2) (Christophe Honoré, FRA, 2018, 132min) : Cette superbe romance en plein été 93, conte la rencontre entre Arthur, jeune étudiant breton de 22 ans et Jacques, un...

Lire la critique

il y a 4 ans

36 j'aime

7

Plaire, aimer et courir vite
Théloma
8

Quelques souvenirs de sa jeunesse

J'apprécie le cinéma de Christophe Honoré en général mais je reconnais que sur ce coup-là c'est bien la curiosité qui m'a poussé à aller voir son dernier film. Ayant appris que l'histoire, très...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

27

L'Anomalie
Théloma
8
L'Anomalie

Perte de sens...critique

Il est assez rare que j’écrive des papiers sur des romans sauf quand il m’ont vraiment emballé ou qu’ils sortent de l’ordinaire. C’est doublement le cas de cette savoureuse Anomalie que je viens de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

95 j'aime

13

Ad Astra
Théloma
5
Ad Astra

La gravité et la pesanteur

La quête du père qui s’est fait la malle est un thème classique de la littérature ou du cinéma. Clifford (Tommy Lee Jones) le père de Roy Mac Bride (Brad Pitt) n’a quant à lui pas lésiné sur la...

Lire la critique

il y a 3 ans

94 j'aime

55

Life - Origine inconnue
Théloma
7

Martien go home

Les films de série B présentent bien souvent le défaut de n'être que de pâles copies de prestigieux ainés - Alien en l’occurrence - sans réussir à sortir du canevas original et à en réinventer...

Lire la critique

il y a 5 ans

79 j'aime

17