Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Emerald Fennell nous mène là où on ne l’attendait pas forcément. Showrunner sur la saison 2 de Killing Eve et surtout interprète de Camilla Parker Bowles dans les saisons 3 et 4 de The crown, Fennell déboule en tant que réalisatrice (et scénariste) de ce Promising young woman remaniant à sa sauce le genre rape & revenge avec plein de morceaux de #MeToo dedans, et transformant pour l’occasion une Carey Mulligan, qui s’était faite rare ces derniers temps, en redresseuse de torts féministe aiguisée par la vengeance. Car la nuit venue, Cassie "part en mission", écume les bars et feint l’ivresse, éveillant ainsi l’appétit sexuel des hommes qui voient en elle une proie facile avec laquelle ils pourraient "se défouler".


Sauf qu’une fois avachie sur le canapé ou étendue sur le lit, laissée là à leur merci (et à leurs envies, ou plutôt à leurs pulsions), Cassie reprend les choses en main pour mettre les choses au clair : pas touche. Deux évènements vont, soudain, venir bouleverser sa routine quotidienne et ses appétits chevaleresques : sa rencontre avec Ryan, pédiatre cool et gentil tout plein, et l’opportunité de rendre enfin justice à une amie d’enfance victime d’un viol lors d’une soirée étudiante. Masculinité toxique, objectivisation de la femme (voir la scène brillante avec les ouvriers résumant, à elle seule, l’attitude et le regard que peuvent avoir beaucoup d’hommes envers et sur les femmes), violences sexuelles, consentement et culture du viol : tout y passe et tout résonne évidemment, tragiquement, avec les remous et scandales que l’on sait de l’ère pré et post-Weinstein.


Fennell a pris le parti de ne réaliser ni un plaidoyer ni un drame sociologique. Plutôt une charge rentre-dedans, acidulée et pop en mode Gregg Araki qui, tout en ne s’embarrassant guère de subtilités, aborde mine de rien des thèmes et des questions plus que jamais d’actualité autour de l’oppression féminine à tout âge, à tous les niveaux et dans tous les domaines (et sa dissimulation/négation sociale et institutionnelle). Engagée, Fennell, mais pas démago. Certes, son film suit son programme de déboulonnage en règle du machisme le plus ordinaire et le plus crasse, voire meurtrier, mais il s’attache finalement à décrire davantage l’existence interrompue de Cassie, alors "jeune femme pleine d’avenir", rongée par la culpabilité et le souvenir d’une injustice qu’on aura préféré réduire à pas grand-chose, à une parole en l’air qui, il n’y a pas si longtemps encore, n’avait aucune valeur ni aucune importance.


Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
7
Écrit par

Créée

le 24 févr. 2021

Critique lue 1.3K fois

14 j'aime

2 commentaires

mymp

Écrit par

Critique lue 1.3K fois

14
2

D'autres avis sur Promising Young Woman

Promising Young Woman
Sergent_Pepper
5

Faces of a woman

Alors que de nombreuses études historiques tendent à définir des modèles idéologiques dominants dans la fiction (capitalisme, phallocratie, racisme, impérialisme, etc.), celle-ci n’en est pas moins...

le 28 mai 2021

55 j'aime

7

Promising Young Woman
Super-Marmotte
8

Ne venez pas nous parler (de subtilité)…

Promising young woman. C’est moi. C’est toi. C’est elle. Ta voisine, ta meilleure amie ou même ta sœur. C’est un cri du cœur. C’est un film très tape à ton œil. C’est parfois superficiel, totalement...

le 24 mars 2021

53 j'aime

14

Promising Young Woman
Moizi
2

C'est un pic, c'est un cap, que dis-je ? c'est un désastre !

Ah... un film qui croit avoir inventé le rape and revenge... J'ai trouvé ça assez désolant comme film tant il n'a pour lui que le message qu'il veut faire passer super lourdement. C'est ça la...

le 9 juin 2021

51 j'aime

19

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

171 j'aime

14

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25