Alors que de nombreuses études historiques tendent à définir des modèles idéologiques dominants dans la fiction (capitalisme, phallocratie, racisme, impérialisme, etc.), celle-ci n’en est pas moins réactive pour tenter de saisir l’air du temps. Au-delà des simples éléments -généralement périphériques et accessoires - permettant de jouer la carte contemporaine, on peut aussi la voir prendre à bras le corps certaines revendications pour les intégrer à une nouvelle façon de raconter. Spike Lee l’a par exemple très laborieusement fait dans son oubliable Da 5 Bloods l’année dernière, arrosant de sauce Black Lives Matter son intrigue de chasse au trésor.


Promising young woman surfe ainsi sur l’ère #MeToo, en proposant une relecture du rape & revenge à vertu quasi pédagogique à destination des prédateurs de femmes sous l’emprise de l’alcool, et dont les défenses sont sérieusement affaiblies. La cause est évidemment légitime, et le regard porté sur cette société triomphante de la petite élite wasp rangée quelques années après des exactions tendrement qualifiées de délires de jeunesse est aussi décapant que glaçant.
Emerald Fennell, à l’écriture et à la réalisation, prend pourtant le parti d’un mélange des genres assez original pour conduire sa démonstration : thriller bien rodé, comédie romantique, satire sociale s’entremêlent autour du personnage joué par Carrey Mulligan, qui alterne elle-même entre la figure de la traumatisée, l’héroïne blasée et la vengeresse d’une intelligence redoutable.
C’est probablement dans cette diversité que se maintient l’intérêt et que pourront se ménager quelques surprises.


Le spectateur peut se laisser gagner par la romance en germe qui semble indiquer une renaissance avant la brutale révélation du jeune premier. De la même façon, la manière dont la situation se retourne pour l’héroïne qui semble affublée de la puissance et du look d’Harley Quinn est véritablement choquante, et l’étouffement subitement réaliste (la longueur de la scène est franchement éprouvante) brise tout le verni confortable dans lequel on avait glacé la fiction.


Mais c’est aussi ce qui fait sa limite : le sujet traité semble ici le creuset à la dénonciation la plus limpide, mais aussi à une exploitation assez facile au profit d’un thriller improbable et qui se perd dans des directions éparses. Informations différées le plus tard possible, musique poussive, manipulations improbables, démonstration au forceps… A bien des égards, les leçons imposées par la trentenaire ont la légèreté de celles de Jarod dans Le Caméléon : des petites scénettes en forme de « loi du talion pour de semblant » : pour un film qui cherche à dénoncer et nous faire regarder la vérité en face, on a plus envie de lever les yeux au ciel.

Sergent_Pepper
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Portrait de femme et Vu en 2021

Créée

le 28 mai 2021

Critique lue 4.1K fois

56 j'aime

7 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 4.1K fois

56
7

D'autres avis sur Promising Young Woman

Promising Young Woman
Sergent_Pepper
5

Faces of a woman

Alors que de nombreuses études historiques tendent à définir des modèles idéologiques dominants dans la fiction (capitalisme, phallocratie, racisme, impérialisme, etc.), celle-ci n’en est pas moins...

le 28 mai 2021

56 j'aime

7

Promising Young Woman
Super-Marmotte
8

Ne venez pas nous parler (de subtilité)…

Promising young woman. C’est moi. C’est toi. C’est elle. Ta voisine, ta meilleure amie ou même ta sœur. C’est un cri du cœur. C’est un film très tape à ton œil. C’est parfois superficiel, totalement...

le 24 mars 2021

54 j'aime

14

Promising Young Woman
Moizi
2

C'est un pic, c'est un cap, que dis-je ? c'est un désastre !

Ah... un film qui croit avoir inventé le rape and revenge... J'ai trouvé ça assez désolant comme film tant il n'a pour lui que le message qu'il veut faire passer super lourdement. C'est ça la...

le 9 juin 2021

51 j'aime

19

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

769 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

706 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53