La femme est l'égal de l'homme? Dans les années 2020 cette affirmation n'est toujours pas vraie. Les femmes ne sont pas payées à salaire égal pour un travail égal, elles subissent des réflexions sexistes, autant au boulot que dans la rue. Et surtout les femmes se retrouvent avec une note bien plus salée à la sortie du coiffeur que n'importe quel homme. Ok certaines ont les cheveux longs, mais les metalleux ne paient pas plus cher, enfin encore faut-il qu'ils aillent chez le coiffeur. Les inégalités sont nombreuses, les violences verbales et physiques envers les femmes sont courantes. Il est toujours étonnant de voir des gars qui en insultant des femmes dans la rue ,pensent les draguer. C'est vrai un beau sale pute, ou t'es bonne salope, ça attire la gent féminine à coup sûr. Certains hommes abusent de leur place dominante au sein de la société, pour écraser la femme ou obtenir des faveurs. Évidemment tout cela est dégueulasse.


L'affaire Weinstein étant passée par là on sent la volonté de réalisatrice de dénoncer les choses qu'elles subissent. Elle fait un mélange des genres qui fonctionne pas mal. Entre comédie romantique, revenge porn, drame, comédie tout ça s'entrecroise, seulement c'est une série B et rien de plus. Le discours est un peu simpliste. Tous les hommes seraient de vilains prédateurs, et même les plus gentils ne sont pas tout rose. Si l'occasion leur est offerte ils ne peuvent pas résister à abuser d'une femme sans défense. Leur instinct primaire reprend forcément le dessus. Qu'elle dise non ça ne change rien, leur cerveau reptilien serait le plus fort. Le personnage de Cassandra cherche à débusquer ces hommes insoupçonnables. Elle sort seule, se fait passer pour saoule et trouve toujours un gentil jeune homme pour la raccompagner non pas chez elle, mais chez lui. Son but est de le confronter à l'ignominie qu'il allait commettre. L'idée n'est pas mauvaise d'autant qu'il plane sur ces scènes un doute. Franchit elle le pas elle aussi en basculant dans une autre horreur que celle du viol, ou ne fait elle rien? La chose est assez bien menée par la réalisatrice, et les différents univers présents aussi. Seulement il y a de vraies failles dans le comportement des personnages.


Cassandra ouvrirait son cœur à un homme alors qu'elle ne fait que soir après soir de voir la face sombre de ceux-ci? Elle passerait en un instant de méfiante à un amour inconditionnel. C'est d'autant moins crédible que le gars resurgi d'années qui ont données lieu à son traumatisme. Il y a également des choses incompréhensibles comme l'instant ou semblant inconsciente elle reste dans son véhicule immobiliser en plein carrefour(pas le magasin, le croisement). Un automobiliste passe et ne se demande pas comme n'importe qui le ferait si elle va bien, il se met à l'insulter. Elle sort de son véhicule et fracasse à coup de démonte pneus les phares et le pare-brise d'un gars qui ne bouge pas d'un poil. Mais le plus gros c'est cette histoire de vidéo. Elle apprend l'existence de celle-ci des années après le viol de son amie, alors que Cassandra est en boucle depuis plus de 5 ans sur le sujet. D'autant que la propriétaire du téléphone dit que c'est une vidéo que tout le monde a reçu à l'époque. Elle n'est pas au courant de la chose, ça semble étrangement étonnant. C'est une preuve suffisante pour faire condamner tout le monde. Le stratagème trouvé pour faire continuer l’histoire est très grossier.


Cassandra utilise la violence psychologique, elle est bien plus que border line dans certains de ces comportements. Cas actes sont répréhensibles, peut-être pas autant que ceux qu'elle dénonce, mais répréhensible. Cette femme exerce un emploi précaire, mais elle peut quand elle le veut s’offrir des journées de congés et passer ses nuits en boîte avec des tenues différentes. Elle est un peu l’égal de Bruce Wayne, ou du joker, car il y a un clair clin d’œil à ce personnage lorsqu'elle se maquille et fait dépasser son rouge à lèvres sur le coin de sa bouche. Ces points manquent de crédibilité. Quant à la résolution finale là on est clairement dans la pure série B, c'est assez foireux il faut bien l'admettre. L’image n'est pas terrible, la musique est pas mal, elle utilise les sons de Britney Spears et une chanson de Paris Hilton. Des filles qui n'ont surement pas fait avancer la cause féminine, mais qui l'ont plutôt ramenées à l'état sexuel. Les acteurs sont clairement des acteurs de série B, Chris Lowell comedien qui incarne Al joue très mal la tristesse, il en fait quinze fois trop quand il pleure. Par contre Carey Mulligan est très bien dans ce rôle de femme aux multiples apparences. Les dialogues sont bien écrit et le point mis sur le silence imposé aux victimes est la force du film. Si la réalisatrice pense avoir fait un film coup de poing elle se trompe, elle n'a fait qu'une petite série b certes efficace, mais loin d'être maitrisé d'un bout à l'autre.

Heurt
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Cest bien! La preuve c'est marqué sur l'affiche.

Créée

le 10 juin 2021

Critique lue 578 fois

9 j'aime

Heurt

Écrit par

Critique lue 578 fois

9

D'autres avis sur Promising Young Woman

Promising Young Woman
Sergent_Pepper
5

Faces of a woman

Alors que de nombreuses études historiques tendent à définir des modèles idéologiques dominants dans la fiction (capitalisme, phallocratie, racisme, impérialisme, etc.), celle-ci n’en est pas moins...

le 28 mai 2021

55 j'aime

7

Promising Young Woman
Super-Marmotte
8

Ne venez pas nous parler (de subtilité)…

Promising young woman. C’est moi. C’est toi. C’est elle. Ta voisine, ta meilleure amie ou même ta sœur. C’est un cri du cœur. C’est un film très tape à ton œil. C’est parfois superficiel, totalement...

le 24 mars 2021

53 j'aime

14

Promising Young Woman
Moizi
2

C'est un pic, c'est un cap, que dis-je ? c'est un désastre !

Ah... un film qui croit avoir inventé le rape and revenge... J'ai trouvé ça assez désolant comme film tant il n'a pour lui que le message qu'il veut faire passer super lourdement. C'est ça la...

le 9 juin 2021

51 j'aime

19

Du même critique

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Heurt
2

Le jet d'ail.

En voilà une chose qui en fait du vacarme, ça bouge dans tous les sens mais pourquoi? Pour faire du divertissement, c'est pour cela que Disney a acheté la licence Star wars après tout. La société aux...

le 18 déc. 2019

79 j'aime

44

Jojo Rabbit
Heurt
4

Rabbi Jocob

L'endoctrinement de la jeunesse Allemande est le sujet de ce Jojo Rabbit, qui voit Adolf Hitler comme la seule voie à suivre. Adolf est là constamment pour le petit Jojo, il est son ami imaginaire...

le 28 janv. 2020

66 j'aime

16

Once Upon a Time... in Hollywood
Heurt
5

Cette fois il est temps.

Les années 60 à 70 ont été une très bonne période du cinéma, elles étaient inventives et permissives. Pourtant la censure était omniprésente, mais les cinéastes trouvaient tout un tas de stratagèmes...

le 28 nov. 2019

55 j'aime

6