Écrit et réalisé par Emerald Fennell, Promising Young Woman est un film qui vaut surtout pour la performance magistrale de Carey Mulligan. Crédible dans l’ensemble des registres que son personnage l’amène à explorer, l’actrice britannique fait effectivement des merveilles dans la peau de cette femme imprévisible, tantôt fatale et perverse, tantôt traumatisée et romantique. C’est peu de dire qu’elle constitue le principal attrait du long-métrage. Si ce dernier n’est pas dénué de qualités, notamment formelles, il affiche en effet très vite ses limites. Oscillant constamment entre plusieurs genres (comédie noire, comédie dramatique, revenge movie…), le film ne se montre vraiment convaincant dans aucun. Avec son scénario manichéen qui enfonce des portes ouvertes et part dans tous les sens (la trajectoire des personnages laisse perplexe), il est d’ailleurs bien difficile de déterminer ce qu’a vraiment voulu nous dire la réalisatrice. Même l’apparente audace de certains ressorts narratifs sonne complètement faux au regard du traitement qui nous est proposé par la suite.


Cela étant, comme je l’évoquais plus tôt, le film présente tout de même quelques atouts non négligeables. Outre la prestation dramatique incroyablement dense de Carey Mulligan, on retiendra par exemple l’approche graphique rafraîchissante de l’œuvre. Si la photographie chatoyante des images participe malheureusement à la dimension un peu insaisissable du film, elle lui confère néanmoins une identité visuelle appréciable. Indépendamment de sa pertinence avec le fond, l’aspect formel suscite ainsi un réel intérêt. Malgré un scénario pour le moins hasardeux, on appréciera également la qualité des dialogues. Plutôt soutenus et bien écrits, ils rythment efficacement le long-métrage, offrant par la même occasion aux acteurs quelques échanges savoureux. Autant d’éléments qui viennent en définitive contrebalancer l’impression générale plutôt négative, mais qui ne permettent toutefois pas au film de sortir véritablement du lot.


Plombé par un scénario bancal, Promising Young Woman est donc un drame profondément inégal, construisant son récit autour d’audaces scénaristiques pour le moins maladroites. Manquant cruellement de subtilité dans son traitement du féminisme, le long-métrage ne doit son salut qu’à l’interprétation phénoménale de Carey Mulligan, ainsi qu’à l’approche pop rafraîchissante de la bande son et des images.


https://cinerama7art.com/2021/07/05/critique-promising-young-woman/

Wolvy128
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Cuvée 2021

Créée

le 5 juil. 2021

Critique lue 54 fois

Wolvy128

Écrit par

Critique lue 54 fois

D'autres avis sur Promising Young Woman

Promising Young Woman
Sergent_Pepper
5

Faces of a woman

Alors que de nombreuses études historiques tendent à définir des modèles idéologiques dominants dans la fiction (capitalisme, phallocratie, racisme, impérialisme, etc.), celle-ci n’en est pas moins...

le 28 mai 2021

55 j'aime

7

Promising Young Woman
Super-Marmotte
8

Ne venez pas nous parler (de subtilité)…

Promising young woman. C’est moi. C’est toi. C’est elle. Ta voisine, ta meilleure amie ou même ta sœur. C’est un cri du cœur. C’est un film très tape à ton œil. C’est parfois superficiel, totalement...

le 24 mars 2021

53 j'aime

14

Promising Young Woman
Moizi
2

C'est un pic, c'est un cap, que dis-je ? c'est un désastre !

Ah... un film qui croit avoir inventé le rape and revenge... J'ai trouvé ça assez désolant comme film tant il n'a pour lui que le message qu'il veut faire passer super lourdement. C'est ça la...

le 9 juin 2021

51 j'aime

19

Du même critique

Hunger Games : La Révolte, partie 1
Wolvy128
6

Critique de Hunger Games : La Révolte, partie 1 par Wolvy128

Depuis l’adaptation du dernier tome de Harry Potter en deux films distincts, la plupart des grandes sagas littéraires semblent emprunter la même trajectoire (Twilight, Divergente…) et Hunger Games...

le 20 nov. 2014

49 j'aime

3

Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E.
Wolvy128
7

Critique de Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E. par Wolvy128

Quatre ans après sa dernière réalisation, le réalisateur britannique Guy Ritchie revient sur le devant de la scène avec un film dans la veine de ce qu’il a l’habitude de proposer, celle d’un...

le 21 août 2015

35 j'aime

1

Mary
Wolvy128
7

Critique de Mary par Wolvy128

Mis en scène par Marc Webb, surtout connu pour son fabuleux (500) Jours Ensemble et son sympathique reboot de Spider-Man (avec Andrew Garfield et Emma Stone), Mary (Gifted en VO) est un drame...

le 11 juil. 2017

27 j'aime