👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.


L’Homme est incapable d’être honnête avec lui-même. Il est incapable de parler honnêtement de lui-même sans embellir le tableau."


Vérité et réalité s'affrontent dans une oeuvre tout en clair obscur, depuis le soleil qui perce, éclatant, à travers les arbres de la forêt dans des scènes dont la beauté laisse pantois, à la pluie diluvienne qui s'abat sur cette "Porte des démons", symbole semble t-il de la noirceur humaine, où trois pauvres hères, dont un bûcheron et un moine, ont trouvé refuge.

Qui a tué Takehiro, ce riche seigneur de guerre qui escortait sa femme dans la forêt inondée de lumière ?
Qui a violé Masago, visage caché aux regards sous le voile blanc de son large chapeau, qui passait, apparition radieuse sur sa fière monture, vision presque irréelle, ne pouvant qu' exciter la convoitise de l'homme fruste, le bandit de grand chemin, Tajomaru, le bien nommé?

Des versions différentes et contradictoires vont donc nous être livrées, et peu importe à vrai dire de connaître La Vérité ô combien fluctuante, car chacun a la sienne : du bûcheron témoin mû par la peur, à la veuve qui se drape dans une dignité qui la grandit, n'ayant pas supporté, dit-elle, le mépris affiché dans le regard de son époux, ou encore l'aveu du coupable idéal, l'accusé qui n'a plus rien à perdre : Tajomaru sous les traits déformés du grand Mifune, s'enorgueillissant dans un rictus infernal, d'avoir triomphé d'un samouraï, lui volant son épouse et le dépouillant de son honneur.

Le défunt en personne, convoqué grâce à une femme chaman, n'hésite pas à diaboliser Masago, niant le viol : "jamais je n'avais vu son visage aussi radieux", s'accusant, tenaillé par la honte, d'avoir mis fin à ses jours.

C'est à une formidable exploration de l'âme humaine, de ses méandres et de ses contradictions, que Kurosawa nous convie, et au travers de chaque personnage empêtré dans ses paradoxes et la complexité changeante de ses sentiments, il nous renvoie face à nous mêmes, à nos bassesses et notre hypocrisie, mais aussi à ces moments de grâce qui font la grandeur de l'homme, fût-il puissant ou misérable.

Et comment oublier à cet égard le visage de ce bûcheron miséreux et pitoyable, menteur et voleur, tenant dans ses bras, ému et recueilli, le nouveau-né abandonné, lueur d'espoir dans ce monde de brutes tandis qu'un soleil timide apparaît enfin dans un horizon redevenu clair.

il y a 9 ans

397 j'aime

136 commentaires

Rashômon
Chaiev
8
Rashômon

Mensonges d'une nuit d'été

Curieusement, ça n'a jamais été la coexistence de toutes ces versions différentes d'un même crime qui m'a toujours frappé dans Rashomon (finalement beaucoup moins troublante que les ambiguïtés des...

Lire la critique

il y a 11 ans

251 j'aime

23

Rashômon
Sergent_Pepper
9
Rashômon

Autopsie des pleutres

Pour ouvrir la folie vertigineuse des récits qui va constituer son œuvre, Rashomon pose en premier lieu l’espace du récit encadrant : une porte délabrée, démesurée à l’échelle humaine, d’une beauté...

Lire la critique

il y a 8 ans

135 j'aime

15

Rashômon
Kalian
10
Rashômon

Critique de Rashômon par Kalian

Ne me sentant pas les capacités de faire une critique exhaustive du film, je vais simplement lister quelques unes des raisons pour lesquelles je l'aime particulièrement : Parce que l'ambiance qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

68 j'aime

4

Rashômon
Aurea
8
Rashômon

Qu'est-ce que la vérité ?

L’Homme est incapable d’être honnête avec lui-même. Il est incapable de parler honnêtement de lui-même sans embellir le tableau." Vérité et réalité s'affrontent dans une oeuvre tout en clair...

Lire la critique

il y a 9 ans

397 j'aime

136

Call Me by Your Name
Aurea
10

Parce que c'était lui...

Dans l'éclat de l'aurore lisse, De quels feux tu m'as enflammé, O mon printemps, mon bien-aimé, Avec mille et mille délices! Je sens affluer à mon cœur Cette sensation suprême de ton éternelle...

Lire la critique

il y a 4 ans

352 j'aime

278

L'Aurore
Aurea
10
L'Aurore

Amour et Désir

Je viens de regarder le chef-d'oeuvre de Murnau, son premier film américain, qui date de 1927 : L' Aurore, avec George O' Brien et Janet Gaynor, mais qui n'a strictement rien d'hollywoodien dans son...

Lire la critique

il y a 2 mois

342 j'aime

173