👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

D'un blockbuster mettant en scène des robots boxeurs devant la caméra endormie de Shawn Levy ("Treize à la douzaine", "La nuit au musée"... que des chefs-d'oeuvres), on pouvait absolument tout craindre. Sauf que non. Prenant vaguement appui sur un épisode de "La quatrième dimension", le film de Levy se révèle être en fait un remake à peine déguisé du mythique "Over the top" (le film où Stallone ne peut pas gagner un bras de fer s'il ne met pas sa casquette à l'envers), avec un soupçon de "Doux, dur et dingue", renforcé par la présence d'un Hugh Jackman des plus eastwoodien. Alors que l'on pouvait s'attendre à un spectacle bourrin et décérébré, "Real steel" mise plutôt sur une émotion certes calibrée et très hollywoodienne (on se doute forcément que la papa indigne finira par assumer ses responsabilités) mais réellement sincère, rappelant par instants les grandes heures du cinéma familial des années 80, péloches faites pour engranger un maximum de thune mais qui offraient en échange un divertissement fait avec le coeur et prompt à nous émerveiller. C'est exactement ce que fait "Real steel", parvenant à rendre crédible son postulat farfelu (notamment grâce à un refus d'un futurisme grossier et à des effets spéciaux remarquables) et surtout, à nous rendre pendant deux heures notre âme d'enfant, ce gosse trop souvent enfoui dans notre cynisme d'adulte, qui va ici prendre un pied fou à voir ces robots se foutre sur la gueule. Touchant, bien joué (le jeune Dakota Goyo est excellent), bien foutu, ne tombant jamais dans un merveilleux facile (pas de gentil robot qui parle ou qui pense ici, le guerrier d'acier ne prenant vie que sous le regard enfantin, donc faussé, du jeune héros), "Real steel" est, contre toute attente, une véritable bonne surprise aussi fun qu'attachante, nous transportant dans une époque que l'on pensait à jamais révolue.
Gand-Alf
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Gand-Alf and Emma Peel's Excellent Bluraythèque., DreamWorks. et 2011.

il y a 10 ans

20 j'aime

2 commentaires

Real Steel
Gand-Alf
7
Real Steel

Back to the 80's.

D'un blockbuster mettant en scène des robots boxeurs devant la caméra endormie de Shawn Levy ("Treize à la douzaine", "La nuit au musée"... que des chefs-d'oeuvres), on pouvait absolument tout...

Lire la critique

il y a 10 ans

20 j'aime

2

Real Steel
SBoisse
5
Real Steel

Max et les maxy-robots

Que ne faut-il pas voir pour ses enfants ! Avouons que la langue anglaise est efficiente. Si nous nous astreignions à suivre les recommandations surannées de l’Académie Française, nous devrions dire...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

10

Real Steel
SeigneurAo
3
Real Steel

Sans réel style

Mouairf, que dire de ce film... Pour être honnête je ne lui en demandais pas beaucoup, c'était plutôt en mode easy watching que nous l'avons choisi et lancé, avec pour seule mission de divertir un...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25