Mouairf, que dire de ce film...
Pour être honnête je ne lui en demandais pas beaucoup, c'était plutôt en mode easy watching que nous l'avons choisi et lancé, avec pour seule mission de divertir un peu, pourquoi pas, sur base de gros robots qui se tatanent allègrement.
Dit comme ça, ça ne semble pas bien compliqué.

Le gros souci, c'est qu'hormis les robots justement, et encore ai-je trouvé les combats relativement peu entraînants, Real Steel n'a pas la moindre originalité, vraiment pas la plus petite surprise pour venir perturber cette collaboration tristement scolaire entre Dreamworks et Disney.
Tout est déjà vu, déjà entendu, la trame convenue au possible, tant et si bien qu'on passe juste son temps à attendre de voir arriver des scènes que l'on a écrites 1h avant leur passage à l'écran.

Le tout agrémenté d'un de ces gamins insupportables comme on voudrait en voir bien moins, et saupoudré d'une bonne dose de morale et de guimauve pour une histoire de relation père/fils déjà usée jusqu'à la corde avant même que Shawn Levy n'ait l'embryon de l'idée du projet de la réutiliser. Je ne vous parle même pas de l'état du truc après son passage.

Résultat, une accumulation parfaitement invraisemblable de clichés (à faire pâlir de jalousie Priest et Prometheus réunis, sans exagération aucune), une Evangeline Lilly qu'on prend tout juste plaisir à voir tellement elle est cantonnée dans son rôle de potiche, un rôle parfaitement transparent, sans profondeur et sans saveur et un Hugh Jackman qui arbore toute la panoplie du héros loser au grand coeur, avec les facettes sportif déchu, papa démissionnaire mais qui veut se racheter, et manager de robot incompétent.
Tout cela serait au pire neutre, sans la présence intempestive du gamin susnommé, donc, qui vient faire étalage d'une science bien improbable, d'une arrogance au diapason mais fort heureusement tout ce petit monde va converger de bonne grâce vers une formidable réconciliation, satisfaisant aux canons de la famille recomposée unie et aimante.

Au niveau visuel et sonore on se traîne lourdement du légèrement énervant à l'incroyablement neutre. La technique est bien maîtrisée, les robots sont bien faits mais encore une fois tout ceci est bien académique, y'a rien qui dépasse.
Les méchants sont très méchants, et seront de toute façon bien punis sans que nos héros aient à se salir les mains, car le Karma est tout-puissant.

Finalement seule une promesse lâchée un peu vite me contraint à octroyer un généreux 3/10 à cette regrettable bobine, puisque la fin tente timidement de ne pas céder complètement au happy end dégoulinant, même si bien sûr on nous explique que c'est quand même génial.

SPOIL
En gros le robot de nos joyeux papa-fiston ne gagne pas contre le gros méchant robot favori des vilains capitalistes sans coeur et sans âme, mais quand même il a tenu tout le combat, ça se départage aux points, ils sont juste battus d'un point ou deux, ou évidemment c'est une victoire quand même car le robot de notre petit merdeux préféré est (plus ou moins auto-)proclamé "robot du peuple", David a presque vaincu Goliath et c'est déjà merveilleux.
Larmichette.
FIN SPOIL

J'assume pleinement mon statut de connard froid et insensible vis-à-vis de ce genre de ramassis facile de bons sentiments, car c'est ici excessivement mal fait. Tout le monde est en roue libre et ça se sent, gravement.
Les note de Slumdog et autres Intouchables vous confirmeront que ce n'est pas une généralité.

Le 19 décembre 2012

18 j'aime

Real Steel
Gand-Alf
7
Real Steel

Back to the 80's.

D'un blockbuster mettant en scène des robots boxeurs devant la caméra endormie de Shawn Levy ("Treize à la douzaine", "La nuit au musée"... que des chefs-d'oeuvres), on pouvait absolument tout...

Lire la critique

il y a 10 ans

20 j'aime

2

Real Steel
SBoisse
5
Real Steel

Max et les maxy-robots

Que ne faut-il pas voir pour ses enfants ! Avouons que la langue anglaise est efficiente. Si nous nous astreignions à suivre les recommandations surannées de l’Académie Française, nous devrions dire...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

10

Real Steel
SeigneurAo
3
Real Steel

Sans réel style

Mouairf, que dire de ce film... Pour être honnête je ne lui en demandais pas beaucoup, c'était plutôt en mode easy watching que nous l'avons choisi et lancé, avec pour seule mission de divertir un...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

Your Name.
SeigneurAo
10
Your Name.

10 minutes : allez, encore 1h35 à supporter. 1h45 : mais... qu'est-ce qu'il vient de se passer ?

Il est des séances qui tombent à pic. Voici quelques jours, je devais expliquer en long, en large et en travers pourquoi, non, je n'avais pas aimé le merveilleux Arrival du non moins fantastique...

Lire la critique

il y a 5 ans

192 j'aime

49

Léon
SeigneurAo
10
Léon

OK

Luc Besson de nos jours, c'est quasi-exclusivement Europa Corp, société quasi-caritative qui donne de l'argent pour que des films de daube puissent finir la lobotomie entamée par TF1 sur nos chères...

Lire la critique

il y a 12 ans

171 j'aime

14

Mr. Robot
SeigneurAo
5
Mr. Robot

Mr Grosses Bottes bien boueuses et bien lourdes (avec spoilers)

Vous pouvez vous épargner Mr Robot. Et aussi cette critique si vous souhaitez persister, car elle est plombée de spoils. Regardez Fight Club (évidemment, tout le monde l'a déjà dit), Dexter,...

Lire la critique

il y a 7 ans

132 j'aime

80