👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Que ne faut-il pas voir pour ses enfants !

Avouons que la langue anglaise est efficiente. Si nous nous astreignions à suivre les recommandations surannées de l’Académie Française, nous devrions dire : le film « Vrai acier » est une « traversée/transition/passerelle » entre un long métrage de boxe et un second de robotique. C’est lourd. Reprenons : Real Steel est un cross over entre Rocky, I, Robot et le petit garçon d’E.T. C’est plus clair.

Shawn Levy sait faire rire les enfants, sans inquiéter les parents. Nous lui devons notamment Treize à la douzaine, un remake de La Panthère rose et la trilogie La Nuit au musée. Vous voilà prévenus.

Dans un futur proche, la boxe a cédé sa place à la roboxe, des combats à mort entre drones androïdes, pilotés à distance. Ancien boxeur professionnel, Charlie Kenton (Hugh Jackman) est le manageur inconséquent d’une écurie de robot de troisième division. Il négocie mal, dirige encore plus mal et vit d’expédients à bord d’un vieux, mais photogénique, poids lourd. Dix ans plus tôt, Il a abandonné un fils. Le (très) mauvais père hérite du gamin perdu, s’empresse de le vendre à terme à son beau-frère, la livraison étant programmée pour la fin de l’été. La suite est cousue de fil blanc.

Le gosse prépare un robot… qui s’avère différent. À l’image du Hobbes de Calvin, dès qu’il est hors de portée des observateurs, l’automate s’ouvre à la conscience. De fait, il combat différemment, apprend vite, encaisse bien et, à la fin de l’envoi, touche.

Sachant que le gamin de moins de dix ans est la cible de M. Levy, vous admettrez aisément que son public acceptera que le petit et sympathique petit Max (Dakota Goyo) puisse être un génie en robotique, en négociation, en stratégie et s’exprime dans un parfait japonais. À cette condition, le film n’est pas dénué de qualités. Les robots bougent bien et tapent dur, sans souffrir, les méchant sont agréablement typés et les combats variés.

Pour tous les autres, gamins précoces, adolescents boutonneux et adultes normaux : oubliez.

il y a 3 ans

18 j'aime

10 commentaires

Real Steel
Gand-Alf
7
Real Steel

Back to the 80's.

D'un blockbuster mettant en scène des robots boxeurs devant la caméra endormie de Shawn Levy ("Treize à la douzaine", "La nuit au musée"... que des chefs-d'oeuvres), on pouvait absolument tout...

Lire la critique

il y a 10 ans

20 j'aime

2

Real Steel
SBoisse
5
Real Steel

Max et les maxy-robots

Que ne faut-il pas voir pour ses enfants ! Avouons que la langue anglaise est efficiente. Si nous nous astreignions à suivre les recommandations surannées de l’Académie Française, nous devrions dire...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

10

Real Steel
SeigneurAo
3
Real Steel

Sans réel style

Mouairf, que dire de ce film... Pour être honnête je ne lui en demandais pas beaucoup, c'était plutôt en mode easy watching que nous l'avons choisi et lancé, avec pour seule mission de divertir un...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

Lire la critique

il y a 4 ans

119 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

30