Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

"psychologically, I'm very confused... But personally, I don't feel bad at all..."

À quelques détails près, c'est super, il faut bien le dire. Tout est millimétré, l'ambiance est vivace, enjouée et se révèle si pertinente comparée à tout boulot à échelle d'entreprise familiale qui prend toute une vie que tout cela est d'autant plus charmant. Et c'est si bien réalisé forcément. J'ai aimé Franck Morgan le patron humain, j'ai ri sur William Tracy le jeunot opportuniste, j'ai jovialement détesté Joseph Schildkraut le vendeur faux jeton et précieux, j'ai absolument adoré Felix Bressart, je l'adore à chaque fois en fait, j'ai prié aussi James Stewart si subtil...

Mais James, comment peux-tu t'armer d'autant de patience, de tact et de non-dits pour cette...

... Non mais il me faudrait un montage sans les scènes avec Margaret Sullavan pour bien, mais il resterait plus grand chose. C'est un problème j'en conviens, et je manquerais les autres acteurs, ou alors quelqu'un d'autre, une femme différente... Parce que je lis Aurea : "les deux héros commencent par se détester cordialement pour finir dans les bras l'un de l'autre." Doux euphémisme ! Ils finissent dans les bras l'un de l'autre le dernier plan ! TOUT le reste du film, ils se détestent cordialement mais c'est même pire que ça parce que je veux pas être taxé de tous les noms de brutes mais James est plus que conciliant et ouvre la porte un nombre incalculable de fois tout en cachant la vérité pour des raisons pas toujours crédibles, mais elle ! Avec ce ton de sainte nitouche horripilante qui ne comprend rien, totalement aveuglée par ses lettres romantiques qui sont de James et on le sait depuis le débuuuuuuuut ! Oulala, qu'est-ce que ça peut m'énerver, d'autant plus quand on devine ce qui va se passer et que plus la fin approche, plus tout le monde devient mielleux à souhait, en particulier James qui ménage Margaret...


....




Purée de chaise mais tu pouvais pas le dire dés le début que t'étais psychologiquement confuse mais que personnellement ça allait bien, t'aurais vu que James t'aimait tellement ça crevait l'écran banane... Pimbêche... Et calculatrice en prime... Dur.

Créée

le 13 févr. 2013

Critique lue 1.1K fois

40 j'aime

11 commentaires

drélium

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

40
11

D'autres avis sur Rendez-vous

Rendez-vous
Grimault_
9

Sur les planches de l'humanité

« Pour la comédie humaine, je n'ai rien produit d'aussi bon. Je n'ai jamais fait non plus un film dans lequel l'atmosphère et les personnages aient été plus réels que dans celui-ci », s’exclame Ernst...

le 10 févr. 2019

50 j'aime

9

Rendez-vous
raisin_ver
10

Critique de Rendez-vous par raisin_ver

Mieux vaut avoir vu le film avant de lire ma critique, elle vous révélerait trop d'informations. Klara Novak et Alfred Kralik s'aiment mais ne se connaissent pas. Klara Novak et Alfred Kralik...

le 28 juin 2011

45 j'aime

3

Rendez-vous
Sergent_Pepper
9

“Psychologically, I’m very confused”

Encore une comédie fondatrice. Deux personnes s’aiment par le biais d’un échange épistolaire anonyme et se détestent cordialement sur leur lieu de travail. Cet artifice permet au ressort connu des...

le 10 juil. 2013

41 j'aime

1

Du même critique

Edge of Tomorrow
drélium
7

Cruise of War

Personne n'y croyait mais il est cool ce film ! Dingue ! On aurait juré voir la bouse arriver à 100 bornes et voilà que c'est la bise fraîche ! Doug Liman reprend pourtant le concept de "Un jour sans...

le 23 juin 2014

202 j'aime

31

World War Z
drélium
2

Brade pire.

Misérable. Pire film de zombies. Je m'attendais à rien et j'ai eu rien. J'ai même eu plus que rien, ou plutôt moins que rien. Il n'y a rien. Les seules scènes valables sont les trois moments...

le 5 juil. 2013

180 j'aime

66

Requiem pour un massacre
drélium
10

Va et regarde la guerre

Il y a peut-être un micro poil trop de gros plans de visages pétrifiés qui mettent en évidence un fond légèrement binaire comparé à d'autres œuvres plus ambigües et analytiques. Il n'est pas question...

le 26 avr. 2011

175 j'aime

18