Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La comédie romantique par excellence. Faut dire que le genre, largement et piètrement repris depuis, a été magnifié dans ces années 30 /40. Lubitsch père tenait un magasin de vêtements à Berlin. Ernst ado y avait travaillé et a dû puiser dans cette expérience pour retranscrire avec génie toute l’effervescence d’une boutique au coin de la rue et la fragilité de la condition de ses employés, qui se chamaillent et s’agitent au moindre geste du gérant, Monsieur Matuschek. Lubitsch réussit le pari, entre-deux comédies satiriques plus politisées et subversives (Ninotchka et le régime stalinien en 1939 et Jeux Dangereux et le régime nazi en 1942), de réaliser une œuvre d’une époustouflante élégance, qu’elle soit dans la note sentimentale, le trait humoristique ou la teinte sociale. Le duo James Stewart (Alfred Kralik) / Margaret Sullavan (Klara Novak) fonctionne à merveille et renvoie à « l’opposition complémentaire » de Clark Gable et Claudette Colbert dans New-York – Miami six ans plus tôt. Le grain de folie dans les mœurs de la romance, déjà exhorté un peu avant par Hawks dans l’Impossible Monsieur Bébé, semble tout-à-fait perceptible sans omettre les similitudes avec les comédies de Capra s’agissant de la griffe sociale. A contrario des films hollywoodiens de l’âge d’or se déroulant majoritairement au sein d’une haute-société, The shop around the corner nous donne rendez-vous avec quelques employés d’une maroquinerie de Budapest, tous conscients de la précarité de leur situation, avec la crise et le chômage en toile de fond. La boutique Matuschek constitue le théâtre de tensions comiques accentuées par la rivalité de Kralik et Novak. Les deux collègues correspondent chacun par lettres d’amour anonymes envoyées l’un-à-l’autre, sans savoir ni se rendre compte de leur attirance masquée par les bisbilles du quotidien. Lubitsch diffuse, par une mise en scène et une interprétation remarquables (notamment des bons seconds rôles), une comédie tendre et efficace, où l’amour idéal parait bien terne face au charme de l’ironie, et au jeu de l’amour et du hasard.

Créée

le 11 janv. 2017

Critique lue 512 fois

28 j'aime

6 commentaires

Palatina

Écrit par

Critique lue 512 fois

28
6

D'autres avis sur Rendez-vous

Rendez-vous
Grimault_
9

Sur les planches de l'humanité

« Pour la comédie humaine, je n'ai rien produit d'aussi bon. Je n'ai jamais fait non plus un film dans lequel l'atmosphère et les personnages aient été plus réels que dans celui-ci », s’exclame Ernst...

le 10 févr. 2019

50 j'aime

9

Rendez-vous
raisin_ver
10

Critique de Rendez-vous par raisin_ver

Mieux vaut avoir vu le film avant de lire ma critique, elle vous révélerait trop d'informations. Klara Novak et Alfred Kralik s'aiment mais ne se connaissent pas. Klara Novak et Alfred Kralik...

le 28 juin 2011

45 j'aime

3

Rendez-vous
Sergent_Pepper
9

“Psychologically, I’m very confused”

Encore une comédie fondatrice. Deux personnes s’aiment par le biais d’un échange épistolaire anonyme et se détestent cordialement sur leur lieu de travail. Cet artifice permet au ressort connu des...

le 10 juil. 2013

41 j'aime

1

Du même critique

The Revenant
Palatina
7

Get Wild and Tough

Dans la profondeur de la forêt résonnait un appel, et chaque fois qu'il l'entendait, mystérieusement excitant et attirant, il se sentait forcé de tourner le dos au feu et à la terre battue qui...

le 13 janv. 2016

47 j'aime

6

Her
Palatina
7

Le cœur à l'épreuve d'une romance informatisée

Un homme. Solitaire. Tendre. Négligemment dépressif. Il est à la fois geek et épistolier talentueux. Théodore (Joaquin Phoenix) manie en effet avec brio les doux mots d'amour, telles que ses rimes...

le 17 janv. 2015

38 j'aime

9

Silence
Palatina
7

La Foi selon Scorsese

On dit qu’aimer, c’est la moitié de croire. « Aimer Dieu » et « croire en Dieu » restent néanmoins deux pans fort distincts, fort distants. Ils se révèlent d’abord être un choix en âme et conscience...

le 10 févr. 2017

34 j'aime

8