👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Vu en salle.

Suzanne ne sait pas inventer une histoire digne de ce nom,
Suzanne ne sait pas jouer,
Suzanne ne sait pas non plus diriger (ou du moins sélectionner) ses acteurs
Suzanne ne sait absolument pas écrire de dialogue,
Suzanne n'est pas douée (c'est le moins que l'on puisse dire) pour les représentations imagées et leurs insertions.
Suzanne aime l'aspect lumineux typique des films indés et autres favoris des "bobos" au point d'en abuser,
Suzanne voudrait peut-être rappeler la simplicité et le naturel de Pialat?
Suzanne aime citer "L'effrontée" (et se rapporter à Charlotte Gainsbourg?) :
Suzanne engage Dominique Besnehard,
Suzanne se trouve jolie à déambuler en jean, baskets et chemisier (Celine ou Chanel bien sûr).
Et Suzanne ne sait pas chanter ! (ni glisser discrètement un titre de film)
Malgré toute l'honnêteté et la volonté qu'elle affiche dans son travail, Suzanne n'aurait donc jamais dû pouvoir étaler l'ensemble de ses (non-)talents face à la France entière.

Pourtant, Suzanne remercie Yann Barthès&Laurent Bon/Bangumi d'avoir apporter de l'argent à son projet,
Suzanne remercie également Chanel et autres compagnies.
Suzanne n'oublie pas non plus de remercier Thierry Frémaux pour son label Cannes 2020 ("CoViDé") si... valorisant.
Et surtout, Suzanne remercie papa et maman pour ces connections.
Car Suzanne est Suzanne Lindon, fille de Vincent Lindon.

Score: 2/10
Plaisir: 1/5 (Jamais je n'ai eu une telle gêne devant un film, je me sens mal pour cette jeune fille.)

"Fils/fille de", une nouvelle forme de pouvoir maudit?

PS: mais qu'est-ce que Frédéric Pierrot est venu faire là-dedans?!

PPS: évitons de nous lancer dans l'américanisme typique de l'internaute moyen et laissons les principaux intéressés s'occuper de la laide "moralité" de l'affreuse idée d'un rapport entre enfant de 16 ans et trentenaire.


Statutory Rape: The Romance
Spring Blossom is like when you go to your friend's place so he can introduce you to his girlfriend and he brings out a goat and starts doing sex things right there in the middle of the living room and everybody looks at you like you're the crazy one for finding it insane.
A 35-year-old man seduces the 16-year-old child who's crushing on him, and everyone but me thinks it's cute when he buys her kool-aid when he gets himself a beer or buys her candy when he gets his cigarettes.

― Un américain à Paris.

AyanamiRei
2
Écrit par

il y a 1 an

7 j'aime

Seize printemps
Diabetico
6

Culte

Je suis parti le voir à cause (ou grâce) de la polémique autour du film… et faut l’avouer j’ai rarement autant rigolé devant un film qui n’est pas fait pour. Les dialogues sont tout simplement...

Lire la critique

il y a 1 an

23 j'aime

Seize printemps
Bouffe_Chiasse
1

Hâte de voir Dix-Sept Été

Mon Dieu mais quelle daube ! Faut arrêter de donner les rennes de projet à des enfants de réalisateurs/acteurs/ producteurs, car ça donne ceci. Alors le film raconte l'histoire de Suzanne (comme...

Lire la critique

il y a 1 an

21 j'aime

9

Seize printemps
Moizi
3

C'est nul, mais j'aurais jamais été capable de réaliser ça à 18 ans...

Le film qui s'en est pris plein la tronche parce que réalisé par une petite bourgeois cooptée (et parce que ça avait l'air assez nul, on ne va pas se mentir) est enfin sorti en VOD ! Et franchement...

Lire la critique

il y a 10 mois

17 j'aime

3

Seize printemps
AyanamiRei
2

Suzanne... (Pas une critique!)

Vu en salle. Suzanne ne sait pas inventer une histoire digne de ce nom, Suzanne ne sait pas jouer, Suzanne ne sait pas non plus diriger (ou du moins sélectionner) ses acteurs Suzanne ne sait...

Lire la critique

il y a 1 an

7 j'aime

Icare
AyanamiRei
6
Icare

Pas une critique!

Vu en avant-première, ateliers Premiers Plans 2022. The Minotaur legend twisted into a hollow kiddie fate & friendship tale wich the myth serves simply as a backdrop for. While trying to flesh...

Lire la critique

il y a 5 mois

6 j'aime

Titane
AyanamiRei
4
Titane

Pas une critique!

Vu en salle, Cannes. Palme d'Or, Cannes 2022. Moins structuré que Grave/pas d'histoire. Simplement un bout de vie d'une tueuse en série "horrifiée" par les prétendants sexuels, violée par une...

Lire la critique

il y a 11 mois

4 j'aime