Serre-moi fort est un film très particulier parce que je me suis quand même fait chier pendant une bonne partie du film. Alors ça ne veut rien dire de la qualité du film, mais quasiment tout le film c'est une suite d'événements contradictoires, n'ayant pas nécessairement de sens et qui pourtant semblent avoir des liens entre eux. Comme si l'héroïne en quittant sa famille dans la scène d'ouverture imaginait tous les futurs possibles, mais semblait aussi regretter d'être partie. Et forcément, à ce moment on se demande juste pourquoi elle ne retourne pas simplement chez elle.


C'est vraiment confus, on ne comprend pas grand chose à ce que l'on regarde et je dois avouer qu'après quelque chose comme cinquante minutes à ne rien piger de ce que je vois, de ne rien comprendre à quoi ça correspond, le film me saoulait. Et en fait la fin, qui elle est explicite et qui explique beaucoup de choses qui étaient incompréhensibles avant (cette histoire de journal intime que la mère absente semblait dicter à sa fille par exemple) est vraiment très belle.


En fait je pense que j'apprécierais plus le film en le revoyant, parce que j'aurais moins l'impression de voir un truc décousu et vide de sens où je suis forcé de suivre les élucubrations d'une femme qui fout le camp sans savoir ce qui est réel ou non.


C'est pour ça que je me demande si le film n'aurait pas été meilleur en commençant à être plus explicite et à faire comprendre au spectateur plus tôt ce qui se passe réellement. Disons que ça donnerait une autre saveur aux scènes qui défilaient et qui n'avaient pour moi à l'époque aucun intérêt.


Reste que malgré tout, on a quelques scènes qui fonctionnent vraiment bien, même si on arrive pas à savoir à quoi elles correspondent réellement : je pense notamment à la scène dans la boîte de nuit où le couple semble se rencontrer pour la première fois.


Je suis donc assez partagé, parce que sur le final j'ai profondément été ému et c'est ce qu'on recherche, mais en même temps, cette émotion arrive après plus d'une heure d'incompréhension où mon intérêt pour le film allait déclinant.
En tous cas c'est un film singulier et déroutant et on en voit trop peu.

Moizi
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus en 2022

Créée

le 27 févr. 2022

Critique lue 1.6K fois

17 j'aime

3 commentaires

Moizi

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

17
3

D'autres avis sur Serre moi fort

Serre moi fort
Velvetman
8

Le souvenir de l'oubli

Serre-moi fort de Mathieu Amalric est un bijou sur l’oubli et la recherche incessante de l’autre. Serre-moi fort est difficile à déchiffrer au premier abord, tant le nombre de synapses qui jalonnent...

le 13 sept. 2021

50 j'aime

3

Serre moi fort
Cinephile-doux
5

Deuil flottant

Ne rien savoir (ou presque) d'un film avant sa projection n'est en rien un handicap, voire même une aubaine. Dans le cas de Serre-moi fort, cela se discute car impossible de ne pas patauger pendant...

le 10 sept. 2021

18 j'aime

4

Serre moi fort
Moizi
7

C'est particulier..

Serre-moi fort est un film très particulier parce que je me suis quand même fait chier pendant une bonne partie du film. Alors ça ne veut rien dire de la qualité du film, mais quasiment tout le film...

le 27 févr. 2022

17 j'aime

3

Du même critique

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Moizi
2

Vos larmes sont mon réconfort

Je ne comprends pas Disney... Quel est le projet ? Je veux dire, ils commencent avec un épisode VII dénué de tout intérêt, où on a enlevé toute la politique (parce qu'il ne faudrait surtout pas que...

le 21 déc. 2019

488 j'aime

48

Prenez le temps d'e-penser, tome 1
Moizi
1

L'infamie

Souvenez-vous Bruce nous avait cassé les couilles dans sa vidéo de présentation de son "livre", blabla si tu télécharges, comment je vis ? et autre pleurnicheries visant à te faire acheter son...

le 29 nov. 2015

303 j'aime

146

Le Génie lesbien
Moizi
1

Bon pour l'oubli

Voici l'autre grand livre « féministe » de la rentrée avec Moi les hommes je les déteste et tous les deux sont très mauvais. Celui la n'a même pas l'avantage d'être court, ça fait plus de 200 pages...

le 4 oct. 2020

240 j'aime

61