Dans une interview au site Cineuropa, Carlo Sironi confie avoir beaucoup regardé les films de Mikio Naruse avant de tourner son premier long-métrage. Il y a effectivement dans Sole une rigueur mélancolique, si l'on ose dire, qui est aussi présente chez le maître japonais. Rien ne semble dû au hasard dans la conception du film, tant sur le plan de l'image (avec des objectifs des années 60), de ses couleurs océaniques qui plongent les deux jeunes héros du film dans une sorte d'aquarium, ou encore de son étrange musique électronique. Le récit n'en est pas moins précis dans son laconisme avec des dialogues minimalistes et le peu d'information donnée sur ses protagonistes principaux que l'indifférence à la situation vécue (la vente programmée d'un bébé dès sa naissance) est couplée à la perspective d'amasser un peu d'argent. Le film prend le risque calculé de nous présenter des personnages peu sympathiques de prime abord mais dont on pressent le changement d'attitude quand l'enfant paraîtra. L'idée de faire jouer la jeune fille par une actrice professionnelle (polonaise) et un garçon débutant (italien) était bonne tant il est évident dès le départ que leur culture et leur expérience sont dissemblables. Sole est un joli film, indéniablement, mais pas dans une acception mièvre du terme. Il a des accents réalistes et possède tous les atours d'une fiction réussie, en particulier dans sa dernière demi-heure. Sa fin est ouverte, en toute logique, comme la vie qui attend ces deux jeunes gens qui l’appréhenderont sans doute avec moins d'indifférence après leur singulière et perturbante aventure commune.

Cinephile-doux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Au fil(m) de 2020 et Les meilleurs films de 2020

Créée

le 10 août 2020

Critique lue 346 fois

2 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 346 fois

2

D'autres avis sur Sole

Sole
mikeopuvty
2

Si Si La Fa Mi Do Ré

Sole, archétype du court métrage cancéreux qui se retrouve à durer 90 longues et pénibles minutes au lieu des 20 qui suffisaient à traiter le sujet : une sorte de remake neurasthénique de Juno. Un...

le 1 sept. 2020

4 j'aime

Sole
Agyness-Bowie
7

Cette obscure lenteur du désir

SOLE ce sont les battements de coeur dans le silence, des battements de coeur dans l'indifférence. Un film sans maquillage, du "concret", pour reprendre un qualificatif cher à Carlo SIRONI. La...

le 2 sept. 2020

3 j'aime

Sole
constancepillerault
8

Critique de Sole par constancepillerault

Bonne période pour les films italiens en ce moment. Après le Défi du champion et Citoyens du monde, comédies très sympathiques mais pas forcément ambitieuses formellement, ce film-ci, qui se situe...

le 14 sept. 2020

2 j'aime

1

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

75 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13