Après des bandes annonces abominables et spoiliatrices au possible, je n'attendais tellement rien de ce reboot de Spider-Man que j'en suis ressorti finalement assez agréablement surpris. Si quelques soupirs de dépit ou d'agacement ont ponctué la séance, quelques sourires et approbations devant des scènes d'actions réussies ont également été essaimés en cours de visionnage.

Forcément, la comparaison avec la trilogie de Sam Raimi est un fil rouge bien involontaire durant toute la projection. L'approche de Marc Webb (en voilà un patronyme pré-destiné) se veut plus arachnide que son prédécesseur. Les pouvoirs de Peter Parker ne sont pas évidents dès le début, notamment ce "spider-sens" qui révèle ici sa part dérangeante, questionne sur la part d'humanité perdue en sa faveur.

Côté bonnes surprises, Andrew Garfield campe un Peter Parker crédible et attachant. D'une timidité différente, son côté effronté à l'humour pourri en plein combat est bien amené, Tobey Maguire apparait finalement bien fadasse à côté. Autre bonne surprise... On ne s'ennuie pas. Oui, je suis déjà un peu à courts d'arguments.

Côté mauvaises (non) surprises, le scénario, sans être un désastre pour le genre, enchaine les poncifs avec un professionnalisme rare. Malgré un prologue sur le mystère de la disparition des parents de Peter Parker intriguant, on enchaine bien vite sur tout ce qui nous est servi depuis 20 ans quant aux films de gus en collants. Un héros mal dans sa peau qui tourne un brin badass en découvrant ses pouvoirs jusqu'à une nécessaire douloureuse prise de conscience? Check. Un savant qui tourne fou et devient le grand méchant (C'est le troisième rien que dans les films spider-man...) ? Check. Une scène patriotique à la mord moi le nœud (SPOILER Non franchement la scène de grues ?!!!! :grossoupirsonore: FIN SPOILER) ? Check. Je ne vais pas tous les faire, mais juré, ils y sont tous.

La réalisation, globalement honnête, a un aspect très brouillon durant les scènes de "vol/déplacement" de Spider-Man dans les rues de New York. C'est certainement voulu mais ça m'a personnellement donné la gerbe. Quant à la musique, plus aucun souvenir.

Au final, cet "Amazing Spider-Man" nous propose un Peter Parker intéressant qui n'a plus qu'à s'étoffer dans des suites d'ors et déjà programmées (scène post générique oblige). A part ça, ma foi, je lui cherche encore des arguments. J'allais mettre 6. Finalement ce sera 5. Je deviens aigri.

EDIT : Au second visionnage, sans la 3D, les scènes aériennes sont un peu moins dérangeantes. Mais la fameuse scène spoilée plus haut reste une catastrophe de crédibilité (oui, oui, même pour un film de super-héros).
Hypérion
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films critiqués notés 5 et Mardi cinéma [Liste Perso]

Le 11 juillet 2012

85 j'aime

39 commentaires

The Amazing Spider-Man
Hypérion
5

L'originalité, c'est plus fort que toi

Après des bandes annonces abominables et spoiliatrices au possible, je n'attendais tellement rien de ce reboot de Spider-Man que j'en suis ressorti finalement assez agréablement surpris. Si quelques...

il y a 10 ans

85 j'aime

39

The Amazing Spider-Man
fraise_magique
8

On s'fait une toile ?

"Non mais c'est n'importe quoi ! franchement le réalisateur n'a rien compris à l'histoire de Spiderman !!!" Sous-entendu : "moi, blogueur de l'espace, expert en Peter Parker et titulaire d'un...

il y a 10 ans

60 j'aime

39

The Amazing Spider-Man
real_folk_blues
3

De la différence entre la toile et la croûte.

Voici un produit aussi crétin que pétri de bonnes intentions (dont celle de ne pas perdre les droits d’exploitation du personnage), aussi bourré de lourdingueries Dawsonniennes que de fulgurances...

il y a 10 ans

53 j'aime

51

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

il y a 11 ans

452 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

il y a 9 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

il y a 11 ans

364 j'aime

57