Après la fin de la série, si intimiste et délicate, il nous fallait ça: un hurlement de pure folie. La symphonie s'est faite requiem, il est temps de dire adieu et de voir la pyramide d'Evangelion, née autant du talent de l'auteur que des recherches et des réflexions des fans, se briser et s'écrouler dans un fracas insupportable. The End est le film de toutes les désillusions: celle de l'Homme qui cherche à se faire Dieu et qui finit en bouillie orangée (avec des glaçons, s'il vous plaît), celle du créateur conspué qui balance à la gueule des fans, durant un bref instant, les lettres d'insultes qu'ils lui ont envoyées, celle du spectateur, surtout, qui, s'il avait réussi à élaborer la moindre théorie sur la signification de la série, se retrouve complètement entubé, largué, malmené, mis KO. Tout est foutu, tout est à recommencer, tout est redevenu totalement incompréhensible. Comme il se doit.

Un profond dégoût envahit nos coeurs. Mais il ne durera pas: c'est tellement beau. Tellement osé, nihiliste... tellement barré. Je doute revoir ça un jour à l'écran. On a approché, avec ce film, le degré ultime de la destruction. Et franchement, putain, c'est ce qu'il nous fallait. Un coup de pied au cul magistral, comme à ce couillon de Shinji. Fini de pleurnicher. Tout est à refaire. Pour nous comme pour cet anti-héros. Cette fois, on fera moins d'erreurs.

Et ainsi commença la reconstruction d'Evangelion...
Amrit
8
Écrit par

Le 21 juillet 2011

87 j'aime

5 commentaires

The End of Evangelion
Guillaume_Lnt_R
10

Le rêve est un ersatz de la réalité

Evangelion n'est résolument pas une épopée à prendre au premier degré. Ceux-qui se sont risqués à l'analyser comme telle se fourvoient bien souvent dans une simple comparaison entre une série animée...

Lire la critique

il y a 9 ans

64 j'aime

1

The End of Evangelion
Tanaziof
9

Plan de complémentarité de l'otaku

Ce qu'il y a de formidable avec Evangelion c'est que le plus retors des pièges à otakus s'est transformé en une machine "d'otakusation" massive, source éternelle de fan-service et remplisseur notoire...

Lire la critique

il y a 11 ans

41 j'aime

7

The End of Evangelion
Liehd
4

The End of the HARICOGELIONS

Après l'échec cuisant de sa série-mise en abyme (pourtant un succès planétaire, mais le titre n'est pas un paradoxe près), Anno décide d'offrir aux fans la conclusion qu'ils méritent. Ainsi, là où il...

Lire la critique

il y a 8 ans

19 j'aime

14

Lost : Les disparus
Amrit
10

Elégie aux disparus

Lost est doublement une histoire de foi. Tout d'abord, il s'agit du sens même de la série: une pelletée de personnages aux caractères et aux buts très différents se retrouvent à affronter des...

Lire la critique

il y a 10 ans

220 j'aime

77

Batman : The Dark Knight Returns
Amrit
9

Et tous comprirent qu'il était éternel...

1986. Encombré dans ses multivers incompréhensibles de l'Age de Bronze des comics, l'éditeur DC décide de relancer la chronologie de ses super-héros via un gigantesque reboot qui annonce l'ère...

Lire la critique

il y a 10 ans

91 j'aime

15

The End of Evangelion
Amrit
8

Vanité des vanités...

Après la fin de la série, si intimiste et délicate, il nous fallait ça: un hurlement de pure folie. La symphonie s'est faite requiem, il est temps de dire adieu et de voir la pyramide d'Evangelion,...

Lire la critique

il y a 11 ans

87 j'aime

5