Voir le film

J’ignore encore aujourd’hui pourquoi je suis allé voir ‘The Gray Man’, film Netflix sorti au cinéma en Belgique. Je crois que le pitch me plaisait. Il y’avait la CIA, des tueurs à gages. Je m’étais sans doute dit que je verrai un thriller ou un film d’espionnage crépusculaire. Mais j’avais omis de vérifier qui réalisait le film. Ce sont les frères Russo, réalisateurs de plusieurs Avengers. Si j’avais été plus attentif au film, je l’aurais soigneusement évité car rien ne m’a plus dans ce film boursouflé, ennuyeux et interminable.


Gray Man est le nom de code de l’agent de la CIA Sierra Six. Recruté dans une prison fédérale par son officier traitant, Donald Fitzroy, Gentry était autrefois un redoutable tueur à gages à la solde de la CIA. Mais la situation a radicalement changé : Gentry est désormais la cible de Lloyd Hansen, ancien comparse de la CIA, totalement déterminé à le traquer à travers le monde pour l’éliminer. L’agent Dani Miranda le couvre – et il en aura besoin.


Ce qui frappe à première vue, c’est franchement la laideur de l’image qui n’est qu’un flot ininterrompu de plans agencés par montage mitraillette. Ca pique les yeux. Mais surtout le film est plombé par une surenchère sans fin d’effets spéciaux. On sent que quasiment tout a été filmé sur fond vert. Les séquences s’enchainent dans une ambiance très noire voir grisâtre. Les scènes d’actions sont ratées et totalement improbables. Notamment, celles tournées à Vienne qui est inepte. Il faut souligner que le film est un plaidoyer de l’Espace Schengen. C’est très étrange. Car même si l’agent ‘Sierra Six’ est poursuivi par de dangereux tueurs, il circule facilement entre la République tchèque, l’Autriche, la Croatie (ou Slovénie, je ne sais plus). Pour revenir aux scènes d’action, elles sont mal montées et empesées par les moyens colossaux qu’ont eu les frères Russo. Ca castagne dans tous les sens, ca tire des rafales toutes les microsecondes. Les scènes d’actions de la saga Mission Impossible sont autrement plus réussies. Il n’y a qu’une séquence réussie, celle dans la boîte de nuit thaïlandaise pendant le nouvel an, où la il y a de l’ambiance, du suspens. Mais sinon, le reste des scènes est raté.


Mais ‘The Gray Man’ est, avant d’être un film d’action, un film d’espionnage. Mais vraiment de l’espionnage de pacotille. On est ni chez John le Carré, ni chez Ben Macintyre dont la complexité et la subtilité des intrigues étaient passionnante. Ici, tout est ultra-lisible, ultra-prévisible. Il y avait pourtant une bonne idée de départ. L’agence d’espionnage (ici la CIA) est présentée comme un fruit pourri, rongée par le mal. Il semblerait que ce soit la nouvelle mode des divertissements d’espionnage hollywoodiens actuellement, si l’on se souvient de ‘The 355’ de Simon Kinsberg (autre nanard d’action/d’espionnage mais cette fois au féminin). Dans ce film, la CIA ne vaut pas mieux qu’une organisation terroriste et devient le tueur. Mais hélas, les frères-réalisateurs n’en font rien, de cette intrigue. Car le film n’a aucune profondeur, réflexion sur ce que deviennent ces organisations de renseignements. Mais cela est symptomatique de l’industrie Hollywoodienne qui ne cherche plus à épaissir ses films mais à simplement produire des films ‘zéro-neurone’ qui n’ont pour mission que de divertir, à condition bien sûr qu’on y adhère. Il y a pourtant quelques perles mais trop rares comme les Missions Impossibles ou Top Gun.


Question casting, la production a eu la plus mauvaise de l’histoire du casting cinématographique. Donner le rôle principal à Ryan Gosling. Certes, l’acteur est beau comme un Dieu, gaulé comme une statue. Mais il est surtout terne, transparent. Il n’a aucune expressivité. Face à lui, Chris Pratt est absolument inexistant. Seule la pétillante Ana de Armas a un peu de charme. Elle sauvait d’ailleurs le dernier mauvais James Bond, lors de la séquence du film à Cuba. Mais tout le monde à part elle est épouvantablement mauvais.


Le film est donc une catastrophe absolue, tant il est bâclé et laid. Pour les films d’espionnages et d’action, mieux vaut revoir les ‘Mission Impossible’. Pour voir un espion traqué par l’organisation qui l’a créé, il faut revoir les saisons 3 et 4 du ‘Bureau des Légendes’. Et pour voir une agence d’espionnage moribonde, mieux vaut revoir ‘Un homme très recherché’ d’Anton Corbijn, qui se révèle être en plus le dernier film dans lequel joue Philip Seymour Hoffman. Mais il vaut mieux éviter de s’infliger cette purge absolue.

Noel_Astoc
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les films que j'ai vu au cinéma en 2022

Créée

le 21 juil. 2022

Critique lue 968 fois

15 j'aime

3 commentaires

Noel_Astoc

Écrit par

Critique lue 968 fois

15
3

D'autres avis sur The Gray Man

The Gray Man
B_Jérémy
7

Citation selon Lloyd Hansen : « Pour faire une omelette, il faut casser des gens »

Je peux tuer n'importe qui. Peut-être pas n'importe qui. Ana de Armas je t'aime ! The Gray Man produit par Netflix et réalisé par Joe et Anthony Russo est un film pop-corn...

le 25 juil. 2022

53 j'aime

49

The Gray Man
EricDebarnot
3

Les héros Ver 2.0 ne sont plus fatigués, mais désincarnés

S’il est un domaine-clé du business de divertissement global dans lequel les plateformes n’arrivent pas, sinon à détrôner, mais même à égaler l’industrie hollywoodienne, c’est celui du blockbuster...

le 24 juil. 2022

21 j'aime

1

The Gray Man
Noel_Astoc
2

La chiasse à l'homme

J’ignore encore aujourd’hui pourquoi je suis allé voir ‘The Gray Man’, film Netflix sorti au cinéma en Belgique. Je crois que le pitch me plaisait. Il y’avait la CIA, des tueurs à gages. Je m’étais...

le 21 juil. 2022

15 j'aime

3

Du même critique

Spencer
Noel_Astoc
4

Princesse déchue

‘Spencer’ était un biopic qui promettait beaucoup car Pablo Larrain en a réalisé deux, l’un sur l’écrivain Pablo Neruda et l’autre sur la première dame Jackie Kennedy, et Kristen Stewart avait déjà...

le 2 janv. 2022

20 j'aime

2

Alphonse
Noel_Astoc
7

C'est gigolo comme tout !

Sortie en catimini sur Amazon Prime et quasi-unanimement décrié par la critique, la série de Nicolas Bedos vaut pourtant le détour, si l’on se base sur les trois premiers épisodes disponibles. Drôle,...

le 14 oct. 2023

15 j'aime

Les Volets verts
Noel_Astoc
4

Acteur drama-toc

‘Les volets verts’ promettait beaucoup par ses atouts : Simenon, Depardieu, Ardant. En résulte un film dont on pourrait dire qu’il est de « qualité française ». Il est surtout ennuyeux, sans rythme...

le 28 août 2022

15 j'aime

1