👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Un policier. Un téléphone. Quatre murs. Un enlèvement. Un coupable.

Ce n'est pas parce qu'il fait froid à Copenhague que les danois ne sortent pas leurs caméra mais parce qu'ils ont compris l'essence même du thriller : la tension.

Elle se tend en même temps que les traits de l'acteur accompagnée par une caméra jouant des profondeurs afin de plonger le spectateur dans les lieux décrits au bout du fil.

Le téléphone est le seul moyen d'action du policier Asger. Il doit guider, s'imposer et jouer de son réseau pour secourir la victime.

Mais alors on peut questionner la pertinence du medium ? Un audio comme "Calls" de Timothée Hochet aurait peut-être convenu à délivrer aussi bien l'histoire du film ?

Et bien je ne pense pas. Pour la simple et bonne raison de l'attachement que le spectateur finit par prendre pour le héros. L'acteur principal arrive bien à dépeindre la détermination et les doutes du personnage par le regard.

Un personnage qui, dès le début, est au bord de la crise.

Mais encore, les dialogues sont tellement bien écrits et bien délivrés oralement que l'on finit avec l'étrange sensation d'avoir vu un deuxième film : le film décrit par les interlocuteurs qui est dépeint par notre imagination.

Le seul bémol est que les twists sont un peu prévisibles si l'on commence à douter des certitudes admises. Mais cela n'enlève aucunement le frisson de la révélation si l'on est vraiment dans le film.

Avant la séance, je trouvais le titre du film vraiment bateau et banal. Néanmoins la fin magistrale donne tout son sens au titre :

Le héros est "le coupable". Et le poids de la culpabilité finit par guider ses actions.


Le déroulé des événements l'amène à se rendre compte qu'il doit payer pour ce qu'il a fait.


Il quitte le commissariat sous le regard inquisiteur de ses collègues et passe un dernier coup de fil. Mais à qui ? Son ex ? Son ami qui lui avait dit de rentrer chez lui ? À son ami complice du crime ?


Une chose est sûre : cela sera pour annoncer qu'il ne sera pas chez lui le lendemain soir.

Adrin
8
Écrit par

il y a 4 ans

1 j'aime

2 commentaires

The Guilty
EricDebarnot
7
The Guilty

Blow In

On connaît suffisamment la vitalité du "polar scandinave", en littérature du moins, pour faire confiance les yeux fermés à ce petit film conceptuel danois qui nous arrive auréolé de critiques...

Lire la critique

il y a 4 ans

58 j'aime

22

The Guilty
dagrey
7
The Guilty

Au bout de la nuit, la rédemption...

Iben, mère de 2 enfants est kidnappée par son ex. Elle contacte les urgences de la police. La communication est coupée brutalement. Pour la retrouver, Asger, le policier qui a reçu...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

1

The Guilty
AnneSchneider
10
The Guilty

Le film invisible

Un policier, Asger Holm (Jakob Cedergren, à la fois sobre et intense, brillant, en un mot, avec, dans certains plans, le profil pur et grave d’Albert Camus...), répond au téléphone, affecté au...

Lire la critique

il y a 3 ans

35 j'aime

12

La Soupe aux choux
Adrin
8

Deux chevaliers cons comme la Lune, sous la Lune

"Un film de merde comme La Soupe Aux Choux !" ... Mon interlocuteur ne sait pas. Il sirote langoureusement sa bière sans prêter attention à mon regard empli de rage. Il ne sait pas qu'il vient de...

Lire la critique

il y a 5 ans

18 j'aime

13

Baby Driver
Adrin
7
Baby Driver

De la comédie visuelle au film d'action auditif

Fini les hommages avec la trilogie Cornetto, Edgar Wright débarque, toujours avec une maîtrise millimétrée de l'art de la réalisation, pour un film de pure action. Baby, interprété par un Ansel...

Lire la critique

il y a 5 ans

13 j'aime

3

Streets of Rogue
Adrin
7

Alors c'est un médecin, un voleur, un gorille et un vampire qui rentrent dans un bar

Le premier assomme le barman, le second fait les poches des clients et récupère la clé du coffre, le troisième enchaîne des grosses patates de forain sur le vigile et le dernier se fait un gueuleton...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

4