Début du XXe siècle.Orlando,duc d'Oxford,est un aristocrate anglais pacifiste proche du pouvoir britannique.A la tête d'un groupe formé de son fils Conrad,de sa gouvernante Polly et de son garde du corps Shola il doit tenter de contrecarrer le maléfique projet d'une mystérieuse organisation clandestine qui veut provoquer une guerre à l'échelle européenne.Le british s'appuie pour cela sur un réseau de domestiques,des gens qui sont toujours là et qu'on ne remarque pas,infiltrés chez les gouvernants concernés et chargés d'identifier les mauvaises influences que peuvent subir les souverains.Ce film constitue le troisième épisode de la saga "King's Man" mais il se déroule avant les deux autres,c'est donc une prequel.Matthew Vaughn,le réalisateur-scénariste-producteur de ces adaptations des comics de Gibbons et Millar,est toujours aux commandes de la franchise et propose une origin's story présentant les mêmes défauts et qualités que ses prédécesseurs.C'est un enchantement visuel,il y a des décors dingues,des personnages excentriques,de la violence hard parfois teintée d'humour et quelques scènes de guerre de tranchées assez réalistes.Comme en plus Vaughn sait filmer l'action ça dépote un maximum avec des meurtres sauvages et des combats pêchus shootés avec dynamisme et de manière lisible,ce qui devient rare.Du coup ça passerait tout seul si Matt le scénariste n'essayait pas de faire le malin.Il est certes difficile d'innover dans le cadre d'une suite,surtout si c'est le troisième opus,et il est méritoire d'avoir voulu inventer des péripéties inattendues,hélas c'est vraiment raté de ce point de vue.L'astuce a donc été de revisiter les évènements ayant conduit à la Première Guerre Mondiale en en rendant responsable une hypothétique société secrète influençant les chefs d'états.Ce révisionnisme historique totalement délirant ne fonctionne guère et les auteurs tentent maladroitement de colmater les brèches de leur script halluciné pour le rendre vaguement crédible et cohérent.On est à peu près dans "James Bond contre 14-18" avec ce héros nommé Orlando Oxford,00 donc,qui parcourt le Monde afin de se friter avec des agents d'un cercle mafieux dominé par un mégalomane fou furieux,on pourrait appeler ça le SPECTRE.Ce qui fait la distinction avec Bond c'est que les affidés du cinglé sont des personnages réels,ainsi que leurs cibles.Il faut alors faire coïncider les actions de protagonistes collectivement perçus comme négatifs,genre Raspoutine,Hanussen,Mata Hari,Princip,et même Lénine et Hitler,avec les évènements authentiques qu'ils auraient impulsés,principalement la WW1.L'idée est que tous ces braves gens faisaient partie d'une sorte de secte qui aurait manigancé le bordel de 14-18.Mais...mais...mais c'est du complotisme!C'est n'importe quoi,ça tient du trip de camé mais au moins c'est original.On arrange la vérité des faits afin que ça rentre dans les cases du récit et roulez jeunesse!Gavrilo Princip assassine l'archiduc d'Autriche François-Ferdinand et son épouse Sophie à Sarajevo,ce qui entraîne la guerre,c'est OK,mais le gars faisait juste partie d'un groupe d'agitateurs serbes et il n'est pas l'auteur du premier attentat manqué.Le moine fou Raspoutine et l'illusionniste Hanussen ont bien eu de l'influence à la cour de Nicolas II et auprès de Guillaume II,mais pas dans les proportions indiquées.Et Lénine et Hitler qui prennent leur relais après qu'ils aient échoué,ben voyons!Il est tout aussi absurde de mêler cette pauvre Mata Hari,qui fut une espionne de petit calibre,à un chantage sexuel subi par le président Wilson pour l'empêcher d'intervenir dans le conflit et d'ainsi permettre à la glorieuse Amérique de sauver l'Europe.Quant aux motivations du grand méchant,dont au passage on grille tout de suite l'identité,elles sont d'une débilité consternante:le gars est un indépendantiste écossais qui veut venger son pays en détruisant l'Angleterre.Initier une Guerre Mondiale pour ça c'est un peu excessif et compliqué,mais pourquoi faire simple?Les héros,à bien y regarder,sont d'une efficacité toute relative.Vaughn n'a quand même pas osé leur attribuer l'empêchement d'une guerre qui a bien eu lieu,tout juste sont-ils capables de récupérer le film compromettant Wilson,ce qui déterminerait l'entrée des USA dans le conflit et la fin de celui-ci,après quatre ans de massacres quand même.On ne va donc pas aussi loin que "Inglorious Basterds" dans la falsification historique mais ça reste copieux.Bon point toutefois avec beaucoup de morts imprévues,notamment l'élimination soudaine d'un des principaux personnages.Le casting est riche en stars mais le niveau de performance est variable.Côté héros Ralph Fiennes et Djimon Hounsou sont neutres,on les a trop vus dans ce type de rôles,peut-être même qu'on les a trop vus tout court.Gemma Arterton est à côté de ses pompes et Harris Dickinson est fade à souhait.Tom Hollander incarne à lui tout seul les trois souverains,ce qu'il fait avec la même absence de talent et d'énergie.C'est encore une fois chez les affreux qu'il faut chercher les bonnes performances.Rhys Ifans,acteur rarement sobre,s'en donne à coeur-joie en Raspoutine déchaîné,Daniel Brühl campe solidement Hanussen,Valerie Pacher est une Mata-Hari fort séduisante et Joel Basman est très bien en Princip fiévreux.On voit aussi l'excellent Matthew Goode en capitaine anglais,ce bon vieux Charles Dance en général Kitchener et Aaron Taylor-Johnson en caporal miraculé.Notes et critiques de films de Matthew Vaughn publiées précédemment:"Kingsman:Le cercle d'or"-7,"Kingsman:Services secrets"-4,"X-Men:Le commencement"-4.Moyenne:5.

pierrick_D_
5
Écrit par

Créée

le 2 févr. 2024

Critique lue 72 fois

8 j'aime

2 commentaires

pierrick_D_

Écrit par

Critique lue 72 fois

8
2

D'autres avis sur The King's Man - Première Mission

The King's Man - Première Mission
Plume231
1

Passé décomposé !

Un préquel aux Kingsman, d'accord, je prends. Si cela peut laisser le temps à Matthew Vaughn de rattraper la cata du deuxième volet (non, une grande méchante ne faisant que péter les plombs toutes...

le 29 déc. 2021

59 j'aime

9

The King's Man - Première Mission
SimplySmackkk
7

Kingsman : Le Commencement, retour heureux

En 2015, adaptant le comic-book de Mark Millar, Matthew Vaughn signe avec le premier KingsMan: Services secrets une belle réussite, mêlant une certaine élégance anglaise infusée dans un film aux...

le 30 déc. 2021

39 j'aime

12

The King's Man - Première Mission
lhomme-grenouille
5

The King’s man : première (dé)mission

En cette fin d’année 2021 où les mots « franchises », « remake », « reboot » ou autre « prequel » sont rentrés dans le langage courant du blockbuster hollywoodien, j’avoue qu’ils étaient devenus de...

le 1 janv. 2022

27 j'aime

9

Du même critique

La Mule
pierrick_D_
7

Critique de La Mule par pierrick_D_

Earl Stone,vieil horticulteur ruiné,accepte de convoyer de la drogue pour le compte d'un cartel mexicain,mais le gang a la DEA sur le râble.Clint Eastwood produit le film avec sa compagnie,la...

le 25 mars 2021

29 j'aime

7

Robin des Bois - Prince des voleurs
pierrick_D_
8

Critique de Robin des Bois - Prince des voleurs par pierrick_D_

12e Siècle,pendant la Troisième Croisade.Robin de Locksley,jeune noble anglais parti guerroyer avec les troupes de Richard Coeur de Lion,est prisonnier des arabes à Jérusalem.Il parvient à s'évader...

le 3 oct. 2022

28 j'aime

22

The Ghost Writer
pierrick_D_
7

Critique de The Ghost Writer par pierrick_D_

Un écrivain anglais raté décroche le pactole lorsqu'il est embauché pour rédiger les mémoires d'Adam Lang,ex premier ministre britannique très médiatique.Il se rend dans la propriété du...

le 14 nov. 2021

27 j'aime

8