Que ceux qui avaient un peu perdu Mia Hansen-Løve dans Bergman Island se rassurent, l'on retrouve la cinéaste sensible et gracieuse du Père de mes enfants dans Un beau matin, une merveille d'équilibre entre la tristesse et le bonheur que distille parfois simultanément la vie. Depuis ses débuts, la réalisatrice puise dans des éléments personnels et intimes de sa sphère privée, tout en les frottant au plaisir de la fiction. Ainsi, Un beau matin évoque la maladie de son père de manière aussi directe que pudique mais avec la volonté farouche de ne pas uniquement le caractériser par son affaiblissement chronique, en évoquant aussi, par petites touches, celui qu'il a été avant, dans toute son humanité. La question de la transmission est également très présente dans le film, lequel donne de la place à 4 générations de femmes. Au côté d'un Pascal Greggory remarquable, qui a évité, autant que faire se peut, d'être dans la "performance", Léa Seydoux trouve l'un de ses rôles les plus marquants, où elle excelle notamment dans les scènes à émotion, en composant à la fois une mère, une fille et une amante. Le casting, complété par Ncole Garcia et Melvil Poupaud, parfaits, rend la partition de la cinéaste délicate et poignante. Mais ce qui rend ce film si brillant et touchant en même temps, est une qualité déjà évidente dans plusieurs films précédents de Mia Hansen-Løve, et qu'elle partage avec Mikhaël Hers, par exemple, à savoir la gestion des temporalités avec des ellipses douces comme de la soie. Point besoin d'avoir une mise en scène voyante pour faire passer des sentiments complexes et contrastés, la réalisatrice y parvient par des scènes courtes et un montage d'une absolue fluidité.

Cinephile-doux
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Au fil(m) de 2022 et Les meilleurs films de 2022

Créée

le 7 juil. 2022

Critique lue 728 fois

8 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 728 fois

8

D'autres avis sur Un beau matin

Un beau matin
Cinephile-doux
8

Tourments de la vie

Que ceux qui avaient un peu perdu Mia Hansen-Løve dans Bergman Island se rassurent, l'on retrouve la cinéaste sensible et gracieuse du Père de mes enfants dans Un beau matin, une merveille...

le 7 juil. 2022

8 j'aime

Un beau matin
Alienure
4

Pompeux, péteux, pédant, mention spéciale à Poupaud

C'est l'histoire de Sandra, traductrice veuve, maman de Linn, ainsi que de son papa, Georg, ancien professeur de philosophie ayant passé sa vie à cultiver et nourrir son cerveau de matière noble. A...

le 10 oct. 2022

5 j'aime

2

Un beau matin
Anne-Julie
1

Pourquoi tant d'indulgence ? Un film qui n'a rien à dire

Il ne suffit pas d'avoir de bons, voire très bons acteurs, il faut un propos. Certes, c'est très confortable : Paris, les bourgeois, les beaux intérieurs, etc. Mais que dit ce film sur la maladie, la...

le 11 oct. 2022

4 j'aime

1

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13