Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

C'est l'adaptation littéraire la plus juste qui soit, j'ai envie de dire la seule valable, car elle ne considère pas le livre d'origine comme un canevas (un scénario, ou une structure), mais comme un simple signe, décrypté plan après plan, quelque chose qui se dit, qui se prononce : un langage et non une communication, une gravure pariétale sur la paroi d'une grotte. Et c'est bien là, précisément, que le film nous conduit : à l'origine. D'ailleurs les derniers plans montrent ce qui deviendra quelques années plus tard le parc de Belleville, où passait à l'époque la rue Vilin où Perec a grandi jusqu'à la guerre.
Le texte est dit par Ludmila Mikaël, qui nous donne à entendre non le sens du texte (ce qu'il exprimerait) mais ses mouvements (ascendants, descendants). Ce qu'elle fait est prodigieux : débarrassée de la question des intentions, elle se mue en voix pure, en cri, en chant ou en murmure, mais ces cris, chants et murmures semblent désaffectés, débarrassés de la personne qui les prononce, émanant d'elle par le seul fait d'une articulation, d'un timbre, d'une vitesse. Elle n'a pas de ton, pas d'humeur, pas de manière : seulement une bouche, un palais, une langue et des cordes vocales. Les mots, les phrases éclatent, dits sans être élucidés, entendus sans être expliqués. Alors les images apparaissent.
Elles sont d'une clarté folle, ne suivant pourtant aucun chemin trop systématiquement tracé, parfois littérales (on voit ce qui est dit), parfois décalées (on voit aussi le contraire de ce qui est dit), et par moments formant de fulgurantes synthèses poétiques (un évier en feu dans un champ de ruines, un cheval qui se couche, une plume qui s'élève au-dessus d'un escalier, un visage coupé en deux). Elles ont leur place, parce qu'elles n'obéissent pas au texte pourtant omniprésent - je dirais qu'elles ne cherchent pas à l'illustrer, mais seulement à jouer avec lui un jeu presque mathématique (d'identité, d'inversion, de multiplication). C'est aussi en cela, par cette précision extrême, qu'elles parviennent à vivre malgré la puissance écrasante du texte. Et quand, à quelques reprises, la voix s'arrête, on se demande comment les images vont pouvoir continuer, pourtant elles continuent, et elles tiennent, et on ne comprend pas comment c'est possible - ce qui est tout le sujet du livre de Perec : comment faisons-nous pour tenir alors que nous sommes dévastés ? En fait, Un homme qui dort propose d'écouter des images. 
D'écouter une ville aussi. Paris n'a que rarement été aussi bien arpentée. Il y a un désir documentaire qui se cache derrière cette adaptation (désir qui se révèle réellement lorsque Perec filme le décor irrattrapable de son enfance perdue). Et ce n'est pas le moindre des paradoxes du film que de faire de ce récit de réclusion, de séparation d'avec le monde, un état des lieux des quartiers de Paris. Une promenade, la promenade d'un absent.

Multipla_Zürn
10
Écrit par

Créée

le 13 févr. 2020

Critique lue 346 fois

13 j'aime

2 commentaires

Multipla_Zürn

Écrit par

Critique lue 346 fois

13
2

D'autres avis sur Un homme qui dort

Un homme qui dort
Messiaenique
9

Critique de Un homme qui dort par Messiaenique

Basé sur le texte éponyme de Georges Perec (La Vie mode d'emploi), et réalisé par un certain Bernard Queysanne (Le diable au cœur), ce film raconte l'histoire d'un étudiant à priori ordinaire, campé...

le 12 juin 2012

38 j'aime

1

Un homme qui dort
Albion
8

La victoire ne t'importe plus.

Un homme qui dort est l'une de ses rares adaptations dirigée par l'auteur du livre lui-même. Livre dont le film prend sa source afin de se mettre sur pieds. Un homme qui dort est par ailleurs un...

le 10 mai 2012

25 j'aime

5

Un homme qui dort
Incisif
10

C'est un jour comme un autre

L'oeuvre de Bernard Queysanne marque principalement par son univers poétique autant visuel que littéraire. Ce personnage dénué de toute identité face à la solitude, nous interroge sur le genre humain...

le 22 janv. 2015

18 j'aime

4

Du même critique

As Bestas
Multipla_Zürn
2

Critique de As Bestas par Multipla_Zürn

Un cauchemar de droite, créé par l'algorithme du Figaro.fr : un projet de construction d'éoliennes, des bobos néo-ruraux en agriculture raisonnée, des vrais ruraux sous-éduqués qui grognent et...

le 26 sept. 2022

44 j'aime

44

Les Herbes sèches
Multipla_Zürn
9

Critique de Les Herbes sèches par Multipla_Zürn

Les Herbes sèches est un film sur un homme qui ne voit plus, parce qu'il n'y arrive plus, et parce qu'il ne veut plus se voir lui-même au coeur de tout ce qui lui arrive. Il prend des photographies...

le 25 juil. 2023

37 j'aime

2

Moonlight
Multipla_Zürn
4

Critique de Moonlight par Multipla_Zürn

Barry Jenkins sait construire des scènes (celle du restaurant, notamment, est assez singulière, déployant le temps dans l'espace via le désir et ses multiples incarnations, à savoir la nourriture, la...

le 5 févr. 2017

37 j'aime

1